PHILIPPE MANGOU TAIS-TOI ET MANGE: Une Philippique de l’Honorable Mamadou Ben Soumahoro adressée au Général Mangou.

PHILIPPE MANGOU TAIS-TOI ET MANGE: Une Philippique de l’Honorable Mamadou Ben Soumahoro adressée au Général Mangou. dans Actualité mangou1-300x227J’ai longtemps hésité avant d’écrire ces quelques lignes qui ont pour ambition de calmer la plaie qui s’est ouverte en mon être, traumatisme  profond causé par un choc aussi réel que la blessure elle-même est censée être virtuelle. Car en fait, une blessure provoquée par une déception est d’autant plus difficile à guérir. Quand on a été ainsi trompé dans son attente et dans son espérance, le retour sur ses sentiments premiers  que l’on croyait définitifs est très pénible et dans le cas qui va nous occuper, véritablement déchirant. Personne au monde n’aurait pu me convaincre que le Général de Corps d’Armée Philippe Mangou aurait pu jeter le manche avant la cognée et s’enfuir dans une Ambassade étrangère à deux pas de la Résidence de son plus grand protecteur  et Chef Suprême Laurent Gbagbo, au moment précis où le Chef de l’Etat était en droit d’attendre de son Chef d’Etat Major Général des Armées ce qui pouvait constituer comme un retour sur investissement sur la personne de ce « brillant officier » qu’il avait nommé dans un incroyable élan de réalisme,  sur la base de ce que ses hommes l’avaient démocratiquement choisi sur la ligne de front des actions militaires de l’opération Dignité. Soulagé et content d’avoir trouvé sa perle rare, le Président Laurent Gbagbo  qui a constamment et en toutes circonstances la construction de la nouvelle Côte d’Ivoire en tête, avait dit ce soir là : « Il y a dans cette armée des garçons dont la Côte d’Ivoire  a de quoi être fière ». Dans ce cas précis, il se trompait et nous aussi, parce que nous avions approuvé son jugement et même applaudi. L’attitude du Président Laurent Gbagbo vis-à-vis de Philippe Mangou n’a jamais changé.
 
mangou2 dans ActualitéIl était Lieutenant-colonel. Il est ensuite devenu Colonel, Colonel-Major, Général de Brigade, Général de division, Général d’Armée, Général de Corps d’Armée. Les « étoiles » ont voltigé sur ses épaules à la vitesse d’un bolide de Formule 1. On sentait bien que le Président Laurent Gbagbo voulait lui donner ici et maintenant tous les instruments de son autorité et de son commandement, en brûlant la politesse à de nombreux autres officiers probablement frustrés. Mais chacun sait qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Comment faire autrement. Toutes les apparences plaidaient en faveur de Philippe Mangou : l’officier était bien fait de sa personne, et nul ne pouvait présumer qu’il était bête. Visiblement, il avait déjà réussi à se faire aimer de ses hommes du rang.  Il impressionnait les civils par son allure martiale et par la qualité de son discours. De surcroît, Philippe Mangou était fils de Pasteur et profondément croyant lui-même. C’est du moins ce qu’il laissait croire. Je n’ai pas d’éléments pouvant me permettre de mesurer le désappointement du Président Laurent Gbagbo mais en ce qui me concerne, je puis vous dire que le jour de la trahison du Général Philippe Mangou, j’ai eu le sentiment que la terre se dérobait sous mes pieds. Pour plusieurs raisons :
1 - Philippe Mangou n’a pas trahi le Président Laurent Gbagbo par cupidité ou par cynisme. Pour l’argent je puis témoigner qu’il n’avait aucune raison de se plaindre du Président. Et je peux affirmer maintenant qu’il n’était pas assez intelligent pour être cynique. Le Général Philippe Mangou a tout simplement trahi par impéritie, par incapacité à assumer ses charges ; il était inapte au commandement. Il n’avait rien compris à la mission que lui imposait ses « étoiles ». Des soldats de ses différentes garnisons ont dit de lui qu’il était un lâche et un fuyard  dans une lettre qui avait les relents d’un brûlot. Ils avaient probablement leurs raisons mais en fait, ils sont passés à côté du vrai caractère de leur chef.  En réalité Mangou philippe n’a pas eu le temps d’apprendre, de comprendre ce qu’est la fonction véritable d’un Général Chef d’Etat Major. Le Président de la République Chef Suprême des Armées, les Officiers Généraux, les Officiers Supérieurs, le Sous-Officiers, les Hommes de Troupes, le peuple, oui le peuple ; où Mangou Philippe a-t-il laissé tout ce monde, toutes ces familles dont les vies dépendaient de ses ordres. En fait, le Généralissime Mangou Philippe n’était qu’un « petit frimeur » fasciné par son propre uniforme  auquel il n’accordait qu’un pouvoir et une fonction dérisoires de séduction sur « les jeunes filles du Concours Miss District d’Abidjan ».
 
mangou3Il me faut remercier les FDS auteurs de la lettre adressée au Général fuyard pour avoir su expliquer preuves à l’appui à leur ancien chef  le sens du mot trahison dont il a oublié la signification depuis qu’il s’est improvisé diplomate (à la gomme) au Gabon.
 
mangou4En même temps que l’ordonnance de Alassane Dramane Ouattara,  notre homme a  sûrement été frappé d’illettrisme aigu.  Si c’était un poste d’Ambassadeur qu’il convoitait, il lui suffisait de le dire, Seigneur Dieu ! Et l’enfant de Mama le lui aurait donné ! Vous avez absolument raison chers enfants des FDS : la promotion vertigineuse de Philippe Mangou a été un véritable gâchis pour tout le monde.
2 – J’ai noté que le Général Philippe Mangou accordait à Alassane Dramane Ouattara des qualités de Chanoine : « Ouattara m’a nommé Ambassadeur, c’est la preuve qu’il est bon… »
 
mangou5 La nouvelle Côte d’Ivoire du RDR vient d’inventer une nouvelle notion dans la gestion administrative : la bonté, la magnanimité, au détriment du mérite et de l’efficacité. En plus, voici un homme, Alassane Dramane Ouattara dont l’ambition démesurée l’a emmené à introduire avec fracas dans notre pays une idéologie mortifère et des actes de barbarie médiévale pour le simple plaisir de nommer ses complices à des postes de hautes responsabilités par « bonté » et il se trouve des hommes assez stupides du type Mangou Philippe pour lui attribuer des satisfécits  dithyrambiques. Décidément, quand on regarde aujourd’hui Philippe Mangou, on est en droit de se dire que : « la bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini »
3 - Oui, la bêtise humaine, parce que Philippe Mangou sait pertinemment que Alassane Dramane Ouattara n’est pas bon. Il le sait parce qu’il a été lui-même victime d’un ordre du même Ouattara  qui l’a fait jeter en prison après le coup d’Etat dont la paternité a été attribuée injustement au Général Robert Guéi en décembre 1999.
 
mangou6 Pendant qu’il purgeait une peine non définie à la MAMA (Maison d’Arrêt Militaire d’Abidjan) comme une trentaine d’officiers des FANCI, Ouattara le véritable commanditaire du Putsch, ordonnait en même temps l’expulsion de sa femme et de ses enfants du logement qui lui avait été attribué en tant que Commandant de la base Militaire d’Akouédo.  Sous mes yeux, une escouade de gendarmes était venue à la MAMA en pleine nuit chercher Philippe Mangou pour qu’il déménage sa famille sans ses meubles. Le nouveau bénéficiaire lorgnait depuis longtemps ses fauteuils et ses équipements électroménagers.  Il ne peut pas dire aujourd’hui qu’il a oublié cet acte  ignominieux et humiliant de Ouattara posé à son encontre,  puisqu’il s’est immédiatement exécuté. Et sa famille s’est retrouvée sous la pluie ce soir là. Si c’est cela un homme bon, c’est que les mots n’ont plus de sens en Français. Ha ! Oui, j’ai oublié dans ma précipitation de vous dire que j’étais détenu dans la même prison (MAMA) au Camp Gallieni sur l’ordre du même Alassane Dramane Ouattara en Décembre 1999. C’est dans l’horrible chaleur de cette Maison d’Arrêt de Forteresse des officiers Ivoiriens que j’ai rencontré Philippe Mangou pour la première fois.  Pourquoi un civil était-il détenu dans une prison militaire ? S’il vous plaît ne vous posez pas trop de questions. Il y a longtemps qu’il m’arrive des choses bizarres dans ce pays ! Non seulement Mangou Philippe sait que Ouattara n’est pas bon, mais il sait aussi que ce personnage boursouflé de suffisance injustifiée se prend pour Dieu. Et c’est là que le militaire médiocre qu’il est doit se rapprocher d’une théorie vieille comme le monde  pour retrouver le caractère authentique de son nouveau Mentor : « Si tu tues un homme, tu es un assassin. Si tu tues un million d’hommes, tu es un conquérant, si tu les tues tous tu es un Dieu. »
4 – Je me suis laissé dire que madame Fatou Bensouda gardait dans sa manche le Général Philippe Mangou pour témoigner contre le Président Laurent Gbagbo à la CPI. Le manque de crédibilité du Général d’opérette devrait la faire frémir de dégoût, s’il lui reste encore un peu de bon sens. Voici donc un homme, Général de son Etat, a qui a été confiée la défense et la sécurité de tout un peuple agressé par une horde de Rebelles et de Dozos aux méthodes barbares d’un autre âge, qui ne trouve rien d’autre à faire que de fuir carrément aux dires de ses propres soldats, sans laisser d’ordres ni  de remplaçant, pour aller se blottir dans le confort douillet d’une Ambassade. Quelle est cette justice qui ne comprend pas que dès lors, la chaîne du commandement a été rompue et que le Président de la République ne pouvait pas avoir donné l’ordre de tuer. En l’occurrence, Philippe Mangou n’était pas le seul à avoir pris le chemin des Ambassades ou de l’Hôtel du Golf. La liste des généraux couards, pleutres et dépourvus d’honneur est longue et ne mérite aucune attention ni aucun respect. De surcroit, si nous lisons les mêmes journaux, Madame Fatoumata Bensouda doit avoir déjà mesuré la valeur de la récompense attribuée à ses témoins clés. Une Ambassade vaut bien une messe : Libreville… Dakar… ! Quelle injure à l’intelligence des Ivoiriens !
mangou7

Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules… c’est quoi ca ? !

 
MAMADOU BEN SOUMAHORO
 
source: claudus.ivoire-blog.com


Un illuminati membre de la secte d’Alassane Ouattara se déchaîne et parle enfin !

Un illuminati membre de la secte d'Alassane Ouattara se déchaîne et parle enfin ! dans Actualité illuminati2-1-300x218Je ne vous déclinerai pas mon identité, juste un pseudo et vous savez pourquoi. Mais le plus important est ce qui va suivre.
 
 
 
 Les Africains, particulièrement les Ivoiriens puis les Libyens ignorent le fond de leurs malheurs. Oui ce qu’ils subissent ne date pas de maintenant comme vous vous en doutez.
Ceux qui ont tiré et continuent encore de tirer les ficelles des crises et guerre en Afrique et ailleurs ont tout planifié en attendant le faux pas des leaders comme Laurent Gbagbo et Mouammar Kadhafi. Nous allons ensemble survoler le cas libyen mais aller en profondeur sur le cas ivoirien. La communauté de la haute finance (dirigée et contrôlée par les
hommes gris/les illuminatis) dont je faisais partie a une règle simple l’argent et encore gagner de l’argent…
 
iluminati dans Songes et Révélations sur la cote d'Ivoire
 
 
Concernant le plan des illuminatis( dont font parties le CFR, la Commission trilatérale, le mouvement Skrull & Bones, les francs-maçons, la rose croix, ect…) le choix qui s’est porté dans les années 1970 sur Allassane Ouattara depuis qu’il était étudiant en Pennsylvanie aux Etats-Unis avait pour but de remplacer Félix Houphouët Boigny lorsque celui-ci serait vieillissant ou mourant. Nous avons à travers François Mitterrand poussé la création du multipartisme dans l’Afrique francophone. Objectif préparé 18 ans plus tôt, afin de remodeler l’espace politique africain.
 
 
 
Nos experts ont déduit que l’application du multipartisme nous permettrait de remplacer la vieille garde politique par une nouvelle.
Pour y arriver il fallait faire chuter les cours mondiaux du cacao et autres matières premières. Ceci pour créer une crise économique et provoquer la colère populaire, pour finalement aboutir au pluralisme d’opinions qui fragiliserait les présidents d’alors qui étaient adulés et respectés comme Houphouët-Boigny. La haute finance n’a pas d’état d’âme. Notre système couvrait les dérapages et crimes de ce dernier (Houphouët-Boigny) tant qu’il nous était utile et en bonne santé. Mais ce dernier ayant découvert trop tard la manoeuvre, a tout fait pour ne pas permettre à Alassane
Ouattara d’être au pouvoir. Il a modifié la constitution afin de permettre à Henri Konan Bédié de venir aux affaires bien qu’il soi mal aimé de la population qui voyait en lui un héritier dynastique.
 
 
Cette situation d’antipathie d’une bonne partie du peuple nous donnait le temps de préparer la chute de Bédié qui s’est avéré un homme faible. Il nous fallait tout simplement jouer sur la fibre ethnique et religieuse pour placer Ouattara au pouvoir quelque soit celui qui était en face.
 
 
 
Créer subtilement le Rdr et en faire un parti ethnique avec des militants que nous savions pour la plupart peu instruits ou analphabètes a été d’une aisance modèle, car plus faciles à manipuler. Nous y reviendrons plus loin. Ouattara étant présenté comme victime par nos médias (Cfi, Tv5, Rfi…), il devint facile de manipuler les militaires ivoiriens du nord tel Ibrahim Coulibaly dit « IB », Issiaka Ouattara, Oumar Diarrassouba etc. Objectif : saisir une situation et créer un mouvement de révolte, placer un homme lige pour une transition et aboutir à une élection truquée comme plus tard en
novembre 2010. Bédié entretemps tombé le 24 Décembre 1999, le Général Guéï est placé provisoirement à la tête du pays mais plus tard, ce denier retournera sa veste. Deux tentatives de coup d’état contre lui échouent, puis, Laurent Gbagbo vient aux affaires suite à une élection controversée. Nous avons été surpris par la réaction populaire qui a permis de rendre à Gbagbo sa victoire. L’arrivée au pouvoir de cet homme (Gbagbo) que nous avons par l’entremise de Ouattara tenté de supprimer en 1992 lors de la marche de l’opposition du 18 Février de ladite année a fait trembler la HAUTE FINANCE SATANIQUE comprenant LE CLUB DE PARIS, LE FMI, LA BANQUE MONDIALE, LE CLUB DE ROME etc… Le plan pour l’éliminer fut secrètement mis au point en attendant une occasion dorée qui s’est présentée lors de cette marche (18 février1992). Mais l’humanisme des gendarmes d’alors a gêné la mise à mort de l’homme.

 illu

Certes, nous voulions une opposition contre le pouvoir Houphouêt afin de l’affaiblir puis le remplacer, mais nous ne voulions pas d’une opposition puissante comme le Fpi avec un leader aussi charismatique qu’incontrôlable comme Gbagbo. Un tel homme au pouvoir suite aux élections de 2000 n’arrangeait pas les affaires des banquiers et les chocolatiers internationaux guidés par les hommes gris (illuminati). Laurent Gbagbo, un homme qui n’est pas esclave de l’argent et de luxe démesuré est un poison pour ceux qui l’ont finalement eu le 11 Avril 2011.
 
 
 
Gbagbo arrive au pouvoir et découvre que le pays dont il tient les rênes n’est pas réellement indépendant, mais pire, les richesses du pays appartiennent à la France qui les gère pour les intérêts de la communauté internationale dirigée par les illuminatis.
 
 
 
Il décide alors de tout remettre à plat concernant les relations entre son pays et la France.
 
 
Tout l’argent de corruption à lui offert par les pontes du pouvoir financier français est directement versé dans les caisses du trésor ivoirien. Car disait-il, c’est l’argent des ivoiriens. Crime de lèse majesté pour les financiers occidentaux, car on ne refuse pas impunément les offrandes de gens qui ont toujours procédé ainsi pour avoir la mainmise sur les dirigeants et les richesses des pays du sud. Non seulement l’élection de Gbagbo nous a surpris, mais il commet le crime d’être incorruptible. Il fallait s’en débarrasser le plus vite possible. Janvier 2001, première tentative qui échoue par précipitation.
 
 
 
Septembre 2002 fût préparé au Burkina Faso avec l’appui de Blaise Compaoré, franc-maçon de catégorie esclave, franc-maçon soumis qui respecte les règles criminelles de la cause.
 
 
Entrainements intensifs des militaires exilés ivoiriens qui échoueront miraculeusement le 19 septembre.
 
 
 
Mais tout est réorganisé pour partitionner le pays puis le conquérir petit à petit afin d’affaiblir le pouvoir Gbagbo insoumis, panafricaniste et nationaliste. Mais les combats sont meurtriers malgré le faible équipement des militaires loyalistes. Une ruse est parallèlement organisée pour neutraliser Gbagbo.
 
 
1- Mise sur pied par la DGSE française d’un commando afin d’assassiner des personnalités plus ou moins importantes (le comédien Camara dit « H », le Docteur Dacoury frère du rebelle Dacoury Tabley, Guy André Keiffer etc…) pour faire accuser Gbagbo avec des supposés escadrons de la mort fabriqués de toute pièce par les services secrets français.
 
 
 
2- Les accords de Marcoussis pour le dépouiller de son pouvoir gênant. Là encore Gbagbo se montre habile politicien et déjoue tous les pièges qui lui sont tendus.
 
 
 
L’armée ivoirienne qui se rééquipe ne rassure pas les intérêts occidentaux car les soldats loyalistes commencent à surmonter leur peur et prêts à broyer du rebelle afin de libérer le pays. Voyant la supériorité militaire loyaliste se forger et gagner du terrain, un traité de paix est provoqué et signé pour stopper la belligérance.
 
 
 
Comment stopper les achats d’armes que Gbagbo opérait, telle devenait l’objectif à court terme pour les illuminati.
 
 
 
Nos experts composés de la DGSE française, de la CIA américaine et du Mi5 britannique en liaison avec les services secrets burkinabé, maliens et sénégalais se mettent au travail pour trouver une solution afin de verrouiller militairement l’armée loyaliste appelée FDS-CI.
 
 
 
La première trouvaille est une marche organisée par l’opposition en Mars 2004. Le but était de pousser Gbagbo à massacrer le maximum de « civils » (infiltrés pour l’occasion, de rebelles) et permettre ainsi à l’Onu (qui est l’arme diplomatique des illuminati) de sortir une résolution d’embargo sur la Côte d’Ivoire. Mais pour y parvenir, une commission d’enquête fût dépêchée afin de produire un faux rapport qui allait justifier l’embargo. Une fois de plus, Gbagbo sent le piège et produit un contre rapport juridique qui bat en brèche les arguments de la commission de l’Onu. Quel est cet homme qui réussi à bousiller un plan bien pensé et aussi couteux que cette marche où nous avons bien manipulé les partis d’opposition avec leurs chefs cupides avides de pouvoir ?
 
 
 
Dans la colère certains services secrets proposèrent l’élimination physique de Gbagbo. Mais ce projet fût abandonné pour raison de guerre civile qui n’arrangeait pas nos affaires. Avec un monsieur comme Blé Goudé à la tête d’une forte jeunesse nourrie à la sève nationaliste, sans oublier les militaires loyaux, il ne fallait pas prendre de risques.
 
 
 
L’occasion rêvée s’est présentée lors de la tentative de libérer le territoire avec « l’opération César », où une agression de l’armée Fds-ci a été simulée pour détruire les aéronefs loyalistes et procéder à un coup de force pour renverser Gbagbo. Là encore, échec et mat, qui s’est achevé par le massacre de nombreux civils par l’armée française. Cap à alors été mis sur la fin du mandat de Gbagbo en 2005. Mais entre temps, vu les manoeuvres du médiateur Sud Africain Thabo Mbéki qui étaient dangereuses pour nous, il fallait le court-circuiter.
 
 
 
Tous les moyens médiatiques furent déployés afin de demander la démission de Gbagbo et permettre la mise sur pied d’une transition. Vous vous en souvenez n’est ce pas ?
J’en ris encore aujourd’hui car c’était grotesque.
 
 
 
Mais il fallait quand même essayer. Cette manoeuvre ayant échouée, l’objectif fut d’attaquer à nouveau Gbagbo à travers l’union africaine corrompue en imposant un nouveau 1er ministre en la personne de Konan Banny. Le choix de Banny s’est joué sous la pression d’Olusegun Obasanjo l’ancien président nigérian qui est aussi francmaçon. Banny nous paraissait plus pugnace qu’un Seydou Diarra faiblard et aphone. Mais le choix de Banny en décembre 2005 n’avait rien de promotionnel.
 
 
 
Nous savions que la population baoulé (qui commençait dangereusement à succomber au charme Gbagbo) en grande partie nostalgique du temps Pdci houphouêtiste allait croire à un retour aux affaires du parti. Leur haine allait se consolider contre Gbagbo pour la suite de notre plan. Banny allait croire en l’appui du Rdr de Ouattara pour faire chuter Gbagbo vu que le Groupe de Travail International (GTI-arme diplomatique) à été mis en place pour la cause. Objectifs : dissoudre l’assemblée nationale, contrôler l’armée, museler les patriotes de Blé Goudé et organiser des élections avec un ficher électoral tronquée sur base d’audiences foraines faussées. Là encore Gbagbo s’en sort avec maestria avec l’appui des jeunes patriotes guidés par Blé Goudé et Eugène Djué. Mais nous avions marqué un point important dans cette défaite. La haine des militants Pdci baoulé pour Gbagbo a ressurgit et s’est consolidée grâce à « la cause » Konan Banny. Cela nous servira pour la suite, car la manipulation est notre jeu favori. La DGSE française au service des Illuminatis organise l’introduction des déchets toxiques dans le but de créer l’émoi et la colère populaire. Le choc subit par l’opinion suite aux effets néfastes des déchets toxiques avait commencé à faire son effet mais une nouvelle fois Gbagbo prend le dessus car il avait compris la manoeuvre diabolique française.
 
 
 
Pour reprendre la main afin d’effacer l’épisode GTI-Banny-dechets toxiques, Gbagbo initie l’accord politique de Ouagadougou. Nous étions sonnés mais pas vaincus. Il nous fallait « récupérer » l’accord de Ouagadougou car notre pion Blaise Compaoré en était le parrain. Il lui fallait profiter de la confiance de Gbagbo pour vider cet accord de son contenu. En sujet obéissant, il rendait compte à ses maitres après chaque décision importante. Mais il ne fallait pas aboutir au désarmement.
 
 
 
Une fois la circulation des biens et des personnes démarrée, les armes étaient facilement transportables pour les disséminer à travers toute la partie sud du pays. Cela enclenché notre objectif a été de distraire l’opinion. Il fallait faire du bruit concernant l’enrôlement, le listing électoral et exiger la date des élections étant donné que l’opposition a eu la mainmise sur la CEI (Commission Electorale Indépendante) suite à l’accord de Prétoria. Mandat a été donné aux rebelles de récuser ensuite la médiation de Thabo Mbéki. Mais entre temps ce dernier a été poussé afin de permettre la candidature de tous et l’introduction d’un nombre important d’opposants dans la Commission Electorale Indépendante s’il voulait la paix en Côte d’Ivoire. Pour ne pas entacher la crédibilité de sa mission. Il nous fallait avoir le contrôle de la CEI. Pourquoi ? Je vous explique les raison : les services secrets on diligenté une enquête secrète pour jauger la popularité des principaux candidats. Résultat : 65.90% en faveur de Gbagbo, 20.08% pour Bédié et 14.02% pour Ouattara. Constatant ce résultat effrayant, Il fallait passer à la vitesse supérieure c’est-à-dire confier l’enrôlement à un service technique étranger, verrouiller la CEI et procéder à des enrôlements tronqués.
 
 
 
Remarquez que dans les zones qui semblaient favorables à Gbagbo, les centres d’enrôlements ont été mal disposés afin de décourager ceux qui en étaient éloignés alors que les centres sont plus proches des populations du nord majoritairement Rdr. Ordre a été donné pour que les étrangers Cedeao viennent gonfler le nombre d’enrôlés car les votants réels ivoiriens du nord n’étaient pas aussi nombreux comme souhaité. Quand au projet de société de Ouattara pour les élections, il ne fallait pas se casser la tête. Gbagbo avait déjà réfléchi et fait tout le travail à notre place. Il a
suffit de changer quelques éléments de son projet pour en faire un semblant de différence. Ce qui fait de celui de Ouattara, une pâle copie du programme de Gbagbo, génialement pensé. Avec une flottille de militants fanatiques et peu avertis, cela passa comme lettre à la poste.
 
 
Enfin, lors du cinquantenaire célébré à Yamoussoukro, Gbagbo annonce la date définitive des élections. C’est le top départ pour la grande manoeuvre d’intimidation et de corruption des chefs militaires afin de déstructurer l’armée Fdsci.
 
 
Des hauts gradés tombent comme des fruits mûrs dans la besace. Mais fait inattendu ! Beaucoup d’officiers dont le Colonel Major Konan Boniface et le regretté Capitaine Kouadio Timothée mort à Tiébissou lors des combats du 30 mars 2011 sont approchés, mais résistent fermement. Les milliards de francs CFA proposés ne les ébranlent pas. Ils disent être des hommes d’honneur et que cet honneur n’est pas à vendre. Un choc pour nous ! Des militaires négro africains, qui logiquement doivent s’abaisser à la bêtise ethnique, refusent l’argent, demeurent intègres et nationalistes, tout le contraire du Capitaine Allah Kouassi Léon. Décidément on aura tout vu en Côte d’Ivoire.
 
 
 
Les votes du 1er tour se déroulent et les craintes des dirigeants financiers occidentaux se confirment : Gbagbo est le plus populaire des candidats malgré les manipulations que nous avions opérées, mais pire, Bédié est 2ème avant Ouattara. Ça nous ne pouvions l’accepter et les résultats on été inversés en faveur de Ouattara. Bédié qui demeure un homme faible et poltron se laisse faire. Tous ses biens sont bloqués sans oublier tous les documents qui démontrent ses malversations économiques passées qui lui sont brandis. Bédié soutient alors Ouattara qu’il croyait rouler dans la
farine afin que ce dernier amène ses votants en sa faveur au second tour. Il fût pris à son propre piège. C’est la même méthode qui sera appliquée pour le choix des candidats aux prochaines législatives. Vendre et rendre le Pdci inoffensif, ce qui arrange la situation des maitres occidentaux de Ouattara. Au second tour, malgré les appels de Bédié à voter pour Ouattara, le taux de participation est faible.
 
 
Il fallût gonfler le nombre de votants par rapport aux listings dans les régions du nord non désarmées. Les hommes de Gbagbo à la CEI bien qu’en faible nombre, demeurent extrêmement vigilants.
 
 
Les 03 jours requis pour annoncer les résultats provisoires sont passés sans proclamation de résultats. Il fallait opérer un passage en force. Tâche qu’accomplissent les ambassadeurs français et américain. Une fois annoncés les résultats sur France 24, le reste, nous nous en occupions par médias et ONU interposés. Gbagbo ne se laisse pas faire pour autant malgré le fracas médiatique des chaines de télévision et de radios
occidentales. Il applique la loi dans toute sa rigueur mais que pouvait-il devant une telle force ? vu que nous avions réussi à mettre le doute dans l’esprit des populations.
 
 
Il fallait le présenter comme le mauvais perdant, le dictateur… et ça nos média s’en sont donné à coeur joie. Mais cet homme ne nous laisse toujours pas tranquille et se met à éveiller les consciences des masses africaines avec des émissions et des débats télévisées transmis à outrance sans oublier une diplomatie qui tournait à plein régime. Les chefs d’état africains sont menacés par les pays occidentaux tenus par les illuminatis. Les vieilles dettes de beaucoup de pays africains, en passe d’être annulées ne le seront plus s’ils n’obéissent pas aux ordres, c’est-à-dire faire tomber Gbagbo par l’Union Africaine, un organisme corrompu, mendiant et squelettique. Il a même été proposé par le président Sarkozy lors d’une session de l’UA, un droit de véto à l’Onu pour les africains. Du pur baratin pour naïfs.
 
 
Entre temps, pendant les tractations diplomatiques avec la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne et l’Onu depuis Janvier, les forces militaires venues du Sénégal, du Burkina-Faso et du Nigeria commencent à débarquer dans le nord de la Côte d’Ivoire avec armes et logistique. Officiellement et diplomatiquement, l’option militaire est rejetée, mais officieusement tout est en place. L’Onu permet la mise en service d’hélicoptères russes de type Mi24, officiellement pour défendre les civils mais en vérité ces engins meurtriers sont destinés à ouvrir le passage sur les différents fronts militaires aux combattants rebelles de Ouattara appuyés par les soldats Cedeao.
 
 
 
Lorsque les services secrets conduits par la DGSE française font leur rapport pour dire que tout est OK, les hostilités militaires rentrent alors dans leur phase active après le constat des avancées du commando invisible d’Ibrahim Coulibaly dit IB appuyé par l’armée française et l’Onuci à Abobo, commune favorable à Ouattara. Les différents fronts militaires sont mis en branle. La résistance des Fds-ci est farouche, surtout dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Les miliciens associés aux Fds donnent du fil à retordre aux forces Cedeao rompues au combat terrestre. Mais chaque fois, les Mig 24 de l’Onuci sont intervenus pour dégager les obstacles.
 
 
Curieusement, la suite s’est facilitée avec le recul des militaires restés loyaux à Gbagbo. Car pour nous, la guerre devait durer au moins 06 mois. Ces longs combats allaient nous permettre de massacrer la communauté chrétienne en masse afin d’atteindre une quantité de sang à faire couler pour cause rituelle satanique illuminati.
 
 
Le retrait des Fds-Ci a empêché ce carnage parce que la visibilité du terrain allait dévoiler ce génocide religieux. Les intenses prières chrétiennes ont un rôle néfaste contre les illuminatis qui sont, eux, adorateurs de Lucifer. Ce plan a été déjoué on ne sait comment. Mais il fallait continuer sur Abidjan où les fds se sont regroupés pour engager la bataille ultime. L’entrée à Abidjan des Frci, appuyés par la force licorne et l’Onuci s’est soldée par un échec cuisant avec la perte d’au moins 80% des forces rebelles-Cedeao sans oublier des soldats Onuci et licornes morts au combat. Ce fut un véritable massacre de la part des Fds-Ci qui ont subitement pris le dessus malgré le commando invisible d’Ibrahim Coulibaly. Nicolas Sarkozy est sommé par les banquiers occidentaux de passer à la vitesse supérieure. C’est alors que tous les hélicoptères sont déployés contre les militaires ivoiriens. C’est le pilonnage tous azimut pour affaiblir les positions des Fds-ci conduites par les vaillants chefs militaires que sont le Colonel Major Konan Boniface, Le Général Dogbo Blé, feu le Colonel Major Gohourou, le Commandant Abéhi et bien d’autres qui contrairement à beaucoup de gradés des Fds-ci, ne se sont pas vendus aux forces occultes qui sont les maitres de la banque mondiale et du Fmi, mandants d’Alassane Ouattara. Mais vu les corps des jeunes, massacrés par les hélicoptères français autour de la résidence du Chef de l’Etat Laurent Gbagbo, vu que l’armée française a détruit quasiment toutes les armes de pointe des soldats ivoiriens, Laurent Gbagbo décide de se livrer en demandant d’abord aux soldats d’arrêter de combattre et de se mettre en sécurité car dit-il, c’est lui que la communauté internationale veut. Malgré eux, le coeur meurtri, les combattants Fds-ci se retirent et vont se mettre en sécurité où ils peuvent. Le 11 Avril, un autre miracle se produit. Laurent Gbagbo qui devait être tué selon le plan, s’en sort vivant et fait prisonnier. La communauté internationale est malheureuse mais fait dire à travers ses médias tels France 24 (qui comme les autres médias occidentaux, ont une mission de bourrage de crânes à travers le mensonge savamment distillé aux populations) que Laurent Gbagbo doit être bien traité. Leur peur est que Gbagbo devienne un héros vivant. Ce qui est bien le cas aujourd’hui.
 
 
Un petit pays comme la Côte d’Ivoire qui tient tête à tout un système (la haute finance internationale), qui a poussé la communauté internationale à la faute en l’obligeant à faire la guerre au vu et au su de tous. Cela a permis aux jeunesses africaines de comprendre définitivement qu’on les a prises pour des idiotes depuis toujours et que leurs pays ne sont pas véritablement indépendants comme on tente de le faire croire avec des fêtes d’indépendance célébrées chaque année. La communauté internationale se sent affaiblie car Laurent Gbagbo l’a poussée à se dévoiler en plein jour alors que par le passé tout était déguisé et les peuples manipulés n’y voyaient que du feu. Quand j’ai vu cet homme de plus près à l’hôtel du Golf suite à son arrestation, quand j’ai lu dans sons regard si profond, certes rempli de déception, je n’y ai pas aperçu de signe de défaite, de peur ni de faiblesse. Oui assurément c’est un grand homme,incorruptible et pardessus tout un génie de la politique jamais vu en Afrique depuis un certain Patrice Lumumba. Quand son regard à croisé le mien alors que les badauds fanatiques d’Alassane Ouattara le couvraient d’injures de toutes sortes, j’ai compris que le combat que mène cet homme n’est pas terminé même s’il mourrait ce jour où il fut arrêté. Gbagbo n’a pas été tué physiquement, mais la communauté internationale voulait se rattraper autrement. La trouvaille, c’est la Cour pénale internationale (Cpi) qui doit servir à abattre l’homme définitivement. Le procureur Ocampo a reçu pour cette tâche, 1.000.000$ versés par les services de l’ombre de la communauté internationale sur un compte offshore aux Bélizes qui est un paradis fiscal pour le blanchiment d’argent. Gbagbo en prison au nord, le régime Ouattara demeure fébrile et ne rassure pas du tout car l’image du leader charismatique écroué gauchement, continue d’avoir un impact sur les populations africaines. Son transfèrement précipité à la Cpi avait pour objectif d’abattre moralement ses soutiens militants et pousser les partis politique qui lui sont proches à abandonner la course aux législatives.
 
 
Mais, coup de théâtre, sa première comparution à la Cpi s’avère un poignard dans le ventre de la communauté internationale qui comprend alors tardivement qu’elle a affaire à un homme d’une dimension à nul autre pareil. Un individu, qui a été maltraité, humilié et détenu dans des conditions inhumaines, réapparaît à la face du monde, requinqué, plus combattif que jamais avec comme cerise sur le gâteau, une intervention magistrale qui a fait l’effet d’une bombe. Dans toute l’Afrique, l’espoir des jeunes africains refait surface et se décuple. C’est les débats pleins d’ardeur qui reprennent leur droit dans les quartiers des capitales africaines. En face, la communauté internationale se sent ridicule face à un seul homme qui incarne l’espoir politique de tout un continent avide de liberté et de démocratie sans influences extérieures. Elle se sent coupable de n’avoir pas assassiné ce Gbagbo qui les a poussé à révéler au grand jour toutes leurs combines.
 
 
Côté Côte d’Ivoire, les nouvelles consignes françaises sont les suivantes : étouffer la presse « bleue », proche de Gbagbo par tous les moyens afin de l’empêcher de faire un travail de communication efficiente et redonner de l’espoir aux ivoiriens, l’empêcher d’assurer son travail d’éveils des consciences pour maintenir la flamme patriotique.
 
 
Manoeuvres rondement menées à coup de sanctions du Conseil national de la presse (CNP) dont c’est la mission principale sous l’oeil bienveillant du ministère de l’intérieur qui est suivi à son tour de très près par les services secrets français. Ceci avec des arguments fallacieux basés sur l’esprit d’un pseudo réconciliation et la « paix ».
 
 
Au niveau international la consigne claire est d’étirer le procès de Gbagbo en longueur à la Cpi avec de multiple reports afin d’émousser l’espoir des jeunesses patriotiques africaines. La remplaçante du procureur Ocampo, le futur procureur Fatou Benssouda de race noire a été approchée avec le double du gain (2.000.000 $) de son prédécesseur pour finir le travail d’accusation. Le choix d’un procureur de race noire est stratégique afin de ne pas donner au procès, la couleur raciste que tout le monde africain critiquait sous l’ère Ocampo. Sur le terrain ivoirien, l’organisation des législatives a pour objectif de déposséder les ivoiriens de leurs terres, permettre une recolonisation très moderne de la Côte d’Ivoire par la France au profit de la communauté internationale. C’est cela le plan.
 
 
Mais la crédibilité de ce scrutin est très largement affaiblie car l’appel lancé par le parti de Gbagbo provoque la non participations des ivoiriens au vote du Dimanche 11 Décembre 2011. Il faut alors truquer les résultats et donner un chiffre de taux de participation erroné. En vérité, le réel taux de participation est de 16% et non 36% qui sont purement mensongers. Encore une victoire à l’actif de Laurent Gbagbo. Oui assurément, Gbagbo n’est pascomparable à Alassane Ouattara qui est fabriqué et tenu en laisse par la France et les puissances étrangères. Cet homme, Gbagbo, s’est fait lui-même sans appui extérieur. Il croit en l’Afrique alors que Ouattara aide à piller la Côte d’Ivoire avec des gros contrats offert à des entreprises burkinabè comme par exemple le marché de 25 milliards pour la réfection du quartier d’Abobo donné à une entreprise du pays de Blaise Compaoré. Les plus gros marchés sont réservés aux entreprises françaises pour le compte de ses maîtres de la communauté internationale. Mais rien n’est tard puisqu’un esprit nouveau est né en depuis l’an 2000 et n’est pas près de s’éteindre. Un homme appelé Laurent Gbagbo, que je n’aime pas (ce n’est pas obligatoire), c’est vrai, mais que je respecte, a pensé un projet de société révolutionnaire qui à terme devait faire de la Côte d’Ivoire et de la sous région une puissance économique et industrielle avec sa propre technologie tenue et conduite par les africains eux même. Il a contribué à la mise sur pied du premier satellite africain RASCOM, qui du coup rendait l’Afrique autonome au niveau Télécommunication et informations.
 
 
Sa politique de transformation des matières premières allait enrichir et rendre puissants économiquement les paysansqui allaient se voir dotés de moyens techniques de dernières génération. Il avait pour objectif, le montage d’abord dé véhicules de transport avec pour finalité d’en construire localement avec les ingénieurs sortis de l’INP-HB. Et plus encore il a entamé une ingénieuse politique de désendettement (PPTE) de son pays pour finalement aboutir à une autonomie basée sur les propres ressources ivoiriennes. Ce désendettement avait pour objectif de mettre à l’abri du besoin la majeure partie des travailleurs ivoiriens en augmentant drastiquement tous les salaires d’au moins 65% en plus de mettre tous les moyens économiques à un niveau où la jeunesse pouvait comprendre qu’il ne faut pas mettre ses espoirs dans l’immigration massive en occident. C’est l’un de ses plans secrets que nous avons découvert. Ça, la communauté internationale ne pouvait l’admettre. Pour mettre fin à cette vision, ses propres frères, égoïstes, avides de richesses faciles, de postes politiques honorifiques, afin de jouir de la vie se sont vendu au diable et l’on renié.
 
 
Mais comme je l’ai dis précédemment, cet homme digne de respect appelé Laurent Gbagbo a suffisamment enseigné et nourri politiquement les jeunesses ivoirienne et africaine pour continuer le combat car je vous informe que la communauté internationale, au-delà de toute fanfaronnade, a beaucoup de faiblesses. Je sais de quoi je parle et je ne dis pas n’importe quoi. Quand à Alassane Ouattara, tous les documents compromettants le concernant ont été archivés pour le faire chanter le moment venu. Au delà de tout ce que je viens de vous démontrer, je vous suggère d’exploiter votre intelligence à fond dans la combativité et vous verrez que ces hommes politiques qui sont guidés par les dirigeants de la haute finance qui conduisent la communauté internationale ne sont que des hommes comme vous. Ils ne sont pas plus intelligents que vous comme le croient bêtement beaucoup d’africains adeptes de la paresse, de la mendicité et de la fatalité. Je suis de race blanche certes, mais il est stupide de croire qu’on est plus intelligent que les autres races. Les chinois nous ont prouvé le contraire.
 
 
C’est votre tour aujourd’hui. Gbagbo vous a montré le chemin et libre choix à vous de finir le travail ou l’abandonner par faiblesse, négligence et paresse. Humblement je vous soutiens et je vous encourage à bien vous organiser pour que la vérité éclate à la Cpi et que Gbagbo ne soit pas  assassiné scientifiquement comme sait si bien le faire la communauté internationale. Au delà de ça, comme Martin Luther King, une main africaine risque d’être payée pour faire le sale boulot d’élimination physique. Priez beaucoup mais agissez aussi beaucoup avec intelligence, ardeur et sans répit malgré les difficultés et épreuves jusqu’à l’obtention de résultats probants. Mais si vous priez beaucoup et agissez moins, alors vos prières s’avèreront inutiles. Car la prière sert à vaincre ce qui est invisible et c’est les actes qui obtiennent physiquement ce qui est obtenu dans le spirituel. C’est simplement ce que font les illuminatis dont je faisais partie. Ils adorent Lucifer et agissent de même dans le réel pour des résultats concrets.
 
 
Prières et actions intelligentes sans émotions pour une victoire certaine, voici le secret.
 
 
 Une contribution d’un ILLUMINATI
 
 
 
Source: http://lynxtogo.info/
 
 


Après son interview, des FDS se sentant trahis par le Gl MANGOU, lui écrivent une lettre

Après son interview, des FDS se sentant trahis par le Gl MANGOU, lui écrivent une lettre dans Actualité magou-ambassadeur-au-gabon-300x199A monsieur Mangou
 
 
Après avoir pris connaissance de l’interview que le General Mangou a accordée au journal Fraternité Matin N° 14563 du samedi 15 juin 2013, nous, éléments des forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI), ayant servi sous ses ordres, ne pouvons rester indifférents face à certains propos tenus par lui dans cette déclaration :
 « Le Président Alassane Ouattara a fait de moi un ambassadeur pour me permettre de vivre cette nouvelle expérience qui est très bonne.
Je voudrais profiter pour lui dire un très grand merci pour cette nomination. Le Président en faisant montre à tous qu’il n’ya vraiment pas de haine dans son cœur qu’il tend la main à tous les enfants de la Côte d’Ivoire sans exclusion, pour que chacun puisse apporter sa pierre au processus.
Tous les ivoiriens doivent savoir que quand nous avons servi un Président avec détermination loyauté et fidélité et qu’un autre est élu par le peuple souverain de Côte d’Ivoire on se doit de le servir avec la même fidélité loyauté et détermination. Certains ne le comprennent pas. Ils parlent de trahison. Il faut être animé d’esprit Républicain. C’est ce que nous faisons. »
Notre démarche est de monter à ce Général que lorsqu’on danse avec un aveugle, il faut lui marcher souvent sur les pieds pour qu’il sache qu’il n’est pas seul sur la piste de danse.
Notre analyse se portera d’abord sur la notion d’esprit Républicain qu’il prétend avoir, ensuite sur la trahison dans laquelle il dit ne pas se reconnaitre et enfin sur le fait qu’il dise que Alassane OUATTARA a bon cœur parce qu’il l’a nommé.
 
 
Ambassadeur, de quoi s’agit-il ?

 

1/ De l’esprit Républicain
De quel esprit  Républicain parle le GENERAL Mangou ? Etes-vous bien placé pour parler d’esprit Républicain ? Avez-vous mis en pratique la prestation de serment que fait tout officier avant sa remise d’épaulettes ? Nous disons non. Peut-être que vous l’avez oublié, nous, nous faisons le devoir de vous rappeler que ce serment demande à  tout officier de respecter la constitution, les lois et les institutions de son pays au prix de sa vie.
L’histoire récente de notre pays a montré que vous le GENERAL Mangou vous êtes un officier Général fuyard un officier qui n’est pas DELTA ( qui n’est pas digne dans le jargon militaire). Oui nous pesons bien nos mots. Un officier fuyard est un indigne ne peut pas se vanter d’avoir un esprit Républicain.
Mon Général vous qui êtes allé jusqu’au grade de Général de corps d’armée vous pouvez faire allégeance à un Président élu, proclamé vainqueur par le Conseil Constitutionnel qui a prêté serment et vous dédire après ?
Nous pensons que vous un GENERAL de corps d’armée de surcroit Chef d’Etat Major cela aurait été impossible. Mais vous, vous l’avez fait. Pouvez-vous qualifier cet acte d’esprit Républicain ? Nous vous disons non.  Là, vous avez raté de monter dans le train de l’histoire de notre jeune  nation. Pensez-vous qu’aujourd’hui, un seul officier peut vous prendre pour modèle ? Nous disons non, mon Général.
Votre gallon de Général de corps d’armée ne pourra qu’aller à l’oubliette. Ce gallon a été un gâchis pour la République. Vous êtes considérés aujourd’hui par tous vos frères d’armes comme un GENERAL fuyard, peureux, qui peut prétendre à tout sauf à un esprit Républicain.
 
2/ De la trahison
Mon Général, qu’est ce que vous voulez qu’on comprenne ? Que vous êtes un bon GENERAL ? Mon GENERAL, vous ne l’êtes pas. Vous avez non seulement trahis le peuple de Côte d’Ivoire, mais toutes les institutions de la République et vos frères d’armes.
N’est-ce pas vous qui, voulant répondre à SORO Guillaume, le vendredi 21 janvier 2011, lorsque BLE GOUDE accompagné par les membres de la galaxie patriotique étaient allés dans les locaux de l’Etat Major vous inviter officiellement au stade Champroux, qui avez dit que SORO GUILLAUME rendra compte à Dieu de ses actes de meurtres et qu’il sache que pour vous et les FDS, « la mort est gain » ?
N’est-ce pas vous qui avez dit au stade Champroux de Marcory le dimanche 23 janvier 2011, après que vous avez déjà fait allégeance au Président  LAURENT GBAGBO en décembre 2010 que vous avez des armes de destruction massive et que vous êtes prêts à vous battre contre tous ceux qui vont piétiner la constitution ivoirienne et s’attaquer aux ivoiriens ? L’objectif  de cet appel n’était-il pas de demander aux troupes de rester fidèles au Président élu LAURENT GBAGBO ?
Etait-ce un autre GENERAL Mangou qui avait lancé ces propos au stade Champroux devant des milliers de jeunes ivoiriens ? C’est bien vous non ! Mais le moment venu de se battre, qu’avez-vous fait ? Vous vous êtes rendu nuitamment au GOLF HOTEL (QG de campagne d’ALASSANE OUATTARA) sans donner de contre ordre aux troupes. Vous avez fui. Comment qualifie  t- on cet acte, mon GENERAL ? Nous vous disons  que c’est ça qu’on appelle la trahison.
Quand vous donnez des ordres aux FDS leur disant de replier tous sur Abidjan pour organiser la défense de la capitale, et qu’avant qu’ils n’arrivent tous à Abidjan vous avez déjà pris la poudre d’escampette fermant tous vos téléphones sans contre ordre, comment pouvez vous qualifier cette attitude ? C’est ça qu’on appelle la trahison, mon GENERAL.
Quand vous appelez les jeunes à s’enrôler dans l’armée à partir de mars 2011, et que vous faites ce recrutement massif et que vous les abandonnez pendant qu’ils sont encore en formation comment qualifiez-vous cette attitude ? Mon GENERAL c’est ça la trahison !
Quand au moment du combat pendant que tout le peuple s’attendait à ce que vous vous battiez jusqu’au bout et que ce peuple constate que vous avez fui laissant vos subalternes sur le terrain. Comment qualifiez-vous cette attitude ? C’est la trahison, mon GENERAL.
Tous ces soldats qui sont morts parce qu’ils ont cru en leur Chef d’Etat Major qui les a abandonnés en chemin sans contre ordre n’ont-ils pas été trahis par vous ? Vous serez toujours hanté par le sang de tous ces militaires pour l’éternité.
Mon GENERAL, vous avez trahis vous-même l’armée de Côte d’Ivoire, le peuple de Côte d’Ivoire, les institutions de la République, vos frères d’armes de la Gendarmerie Nationale, de la Police Nationale, de la Douane, des Eaux et Forêts, de la Marine Marchande. Vous avez trahis même vos propres gardes de corps dont le Chef qui se surnommait J.C Côte d’Ivoire, vous cherchait dans toute la Capitale ne sachant pas où vous êtes. Vous n’êtes pas un GENERAL digne.
3/ Du bon cœur d’ALASSANE OUATTARA
Venant de vous qu’Alassane OUATTARA a un bon cœur ne vous surprend pas. Cependant, nous vous rappelons qu’il vous a nommé ambassadeur non pas parce qu’il a bon cœur, mais pour le service que vous lui avez rendu en trahissant le peuple de Côte d’Ivoire, les institutions de la République et vos frères d’armes à son profit.
Nous savons que vous, GENERAL Mangou, saviez cela à moins à moins que vous n’ayez pas de conscience.
Sachez que beaucoup de vos frères d’armes sont en  prison, en exil ou traqués par celui qui a un «  bon cœur » pour vous parce qu’il vous a nommé ambassadeur.
Pourquoi tous ces militaires sont-ils en prison, en exil, traqués, alors qu’ils ont servi sous vos ordres pendant que vous, vous êtes nommés ambassadeur ?
Mon général, avant de vous quitter, nous voulons vous faire remarquer que vous n’êtes pas un modèle pour la côte d’Ivoire et pour l’armée ivoirienne. Pourriez-vous regarder un seul instant dans le rétroviseur et vous comparer au général Ouattara Thomas d’Aquin qui fut GENERAL de corps d’armée comme vous ? Nous disons non ; car vous ne pouvez même pas vous comparer au dernier soldat sur l’éthique militaire à plus forte raison à ce grand GENERAL.
Quand nous, militaire voyons aujourd’hui la descendance du GENERAL d’Aquin, nous leur vouons un grand respect à cause de la grandeur de leur père. Mais vous, vos descendants seront hués à cause de votre trahison.
Aucun statut ne pourra être érigé en votre honneur dans ce pays comme celle du général d’Aquin connue à l’ENSOA de Bouaké que nous avons tous saluée fièrement lors de notre passage dans cette école ; car au panthéon de l’histoire des généraux traitres, vous occupez une place de choix.
Rappelez-vous de ce que le GENERAL Dogbo Blé vous a dit au Golf Hôtel pendant qu’on le maltraitait sous vos yeux. Oui, vous êtes un lâche mon GENERAL. Vous ne méritez pas d’être appelé Général, vous êtes le dernier des soldats en Côte d’Ivoire.
Permettez nous maintenant de vous tutoyer parce que ne méritant plus d’être vouvoyé par un seul soldat de la Côte d’Ivoire digne de ce nom.
Nous militaires de Côte d’Ivoire (officiers, sous-officiers, militaires de rang) des Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire (FANCI) T’ANATHEMATISONS.
« La malédiction te suivra jusqu’à ta descendance » car l’histoire de la Côte d’Ivoire qui s’écrit à présent retiendra qu’il fut un chef d’Etat Major, général de corps d’armés, du nom de Philippe Mangou qui a trahi son peuple, les institutions de son pays et ses frères d’armes. Qu’il a pris la fuite face à l’agresseur, livrant ses subalternes à la mort. Oui Philippe Mangou, tu demeures fuyard, un lâche, un traitre.
Un conseil : taches désormais de faire attention à tes déclarations si non, tu vas entendre des choses qu’on ne t’a jamais dites en publique te concernant. Et cela est aussi valable pour les amis traitres comme Detho Letho, Kassaraté Tiapé Edouard, Brindou M’bia qui sont de la même trempe de traitre comme toi.
Des gens comme toi qui trahissent, doivent éviter de prononcer certains mots dans leurs déclarations. Ils doivent faire profil bas ! Mais au fait, monsieur Mangou, dites-nous, qu’est ce que cela te fait de savoir que le président Laurent Gbagbo, ton bienfaiteur est aujourd’hui à la Haye, alors que tu te prévaux du grade de GENERAL de corps d’armée qu’il t’a conféré ?
Que dire aussi de tous ces militaires ayant cru en toi et que tu as trahis ? Simple question de conscience ! A bon entendeur, salut.

  

TES FRERES D’ARMES TRAHIS
 
Source: infodabidjan.net


Le ministre Charles Rodel Dosso s’adresse aux Ivoiriens

Le ministre Charles Rodel Dosso s'adresse aux Ivoiriens dans Actualité charles-rodel-dosso-300x196Interview du ministre Charles Rodel Dosso, qui parle del’opération de distribution de tracts et d’affichage en cours à Abidjan, et dans le reste de la Côte d’Ivoire.
« Aussi, Dieu donnera-t-il un signe fort, un signal pour marquer le début de la matérialisation de ta libération. Mais pour la concrétiser, l’achever, il faudra ta contribution. Une contribution essentielle à l’issue finale de cette lutte. Une contribution qui doit être tirée de ton engagement et ta détermination à aller au-devant de l’ennemi. »

 

Bonjour M. le Ministre
- Bonjour frère.

 

Comment allez-vous ?
- Comme vous pouvez l’imager. Ployant sous le poids de la misère qui nous est imposée par cette méchanceté humaine qui n’est plus à décrire. Cependant, sans rompre. Je suis toujours du monde des vivants contrairement à bon nombre de nos camarades de lutte qui sont passés de vie à trépas sur le chemin Ôcombien de fois pénible de la conquête de notre liberté.  La nation reconnaissante saura se souvenir de ces martyrs qui ont combattu pour la restauration de la dignité ivoirienne ! Heureusement pour nous, nous continuons la marche. Dès lors, l’espoir court toujours en nous. C’est l’essentiel. Surtout que la victoire finale du bien, de la justice sur le mal et le mensonge qui ont pris le contrôle de notre nation depuis le 11 avril 2011 est inévitable et prochaine. Vous comprenez donc que tout va très bien. Aussi, voudrais-je bénir l’Éternel qui n’éprouve jamais ses enfants au delà de leurs forces. Je tiens bon et avec l’aide de Dieu, j’irai jusqu’au bout.

 

Vous avez lancé un appel au peuple ivoirien qui court les rues d’Abidjan et fait le chou gras des internautes. A quel besoin répond cet appel ?
- Relativement au contenu, cet appel n’a rien de nouveau par rapport aux précédents messages que nous avons régulièrement lancés à l’endroit des ivoiriens. Par cet appel comme par les précédents, nous voulons participer modestement à notre manière à l’éveil nécessaire de la conscience des ivoiriens sur le mal Ouatttara qui nous ronge jusqu’au dedans de notre moelle. Un mal qui met en péril notre devenir, le devenir de nos enfants et menace notre nation, la seule que nous avons, de disparition. Une menace réelle qui va au-delà des clivages politiques temporaires. Nous invitons par cet appel les Ivoiriens de tout bord politique, de toutes régions, à faire front contre l’Etranger qui efface de manière ostentatoire notre nation sous nos yeux. L’Étranger dont M. Ouattara représente les intérêts en Côte d’Ivoire. Au risque de mourir tous ensemble. Pis,sans une réaction vigoureuse pour endiguer le mal, nous serons collectivement responsables de la mort de notre identité, de notre nation, sur l’autel de nos intérêts mesquins. Aussi, par notre cupidité, le nombrilisme de notre génération, aurions-nous mis dans une prison certaine plusieurs générations futures d’ivoiriens.
Toutefois, vous vous rendez aisément compte dans la déclaration que nous passons sous silence la question du rattrapage ethnique qui est l’un des concepts de gouvernance de M. Ouattara. Un autre de ses nombreux concepts ségrégationnistes qui a fait tant de mal à la Côte d’Ivoire. Concepts par lesquels Ouattara a eu le mérite de créer une inimitié entre le nord et le sud, entre musulman et chrétiens pour conquérir le pouvoir dans le sang des ivoiriens. Aujourd’hui, pour sauvegarder ce pouvoir, il se présente en plein exercice du pouvoir d’État comme défenseur des intérêts du nord contre le reste du peuple. Or, la réalité est toute autre. La pratique du pouvoir a fini par convaincre que M. Ouattara n’a aucun lien affectif avec le nord de la Côte d’Ivoire. Il entretient juste une bande de courtisans issus du nord pour l’aider à asseoir sa politique d’embrigadement de notre nation au profit des intérêts étrangers. Par son concept de rattrapage, il expose dangereusement les nordistes aux représailles du reste de la population au jour de la vérité. Un jour qui n’est plus loin. Je voudrais saisir l’occasion que vous m’offrez pour demander aux uns et autres de ne point apporter de l’eau au moulin de M. Ouattara. Le moulin de la division de notre unité nationale. Ne faisons pas la promotion du concept rétrograde de rattrapage au bénéfice d’une entité du pays. La région du nord et ses enfants sont plutôt apprivoisés au-delà du visible pour servir les intérêts étrangers. C’est ensemble que nous pourrons les libérer et libérer notre nation des griffes de l’Étranger.
Dans l’approche communicationnelle, au-delà des supports habituels de publication, nous nous sommes résolus à afficher et à distribuer l’appel dans les différentes villes du pays. Vous pouvez donc comprendre que c’est une sensibilisation et une mobilisation de proximité. Nous avons décidé d’oser pour l’amour de la mère patrie en péril. C’est un corps à corps pour nous permettre d’atteindre le maximum de personnes. Une campagne active vis-à-vis de la population avec une participation active de celle-ci.

 

En quoi consiste la participation de la population à la campagne ?
- La participation est toute simple mais précieuse. D’abord, il faut vaincre la peur par laquelle l’on nous maintient dans la servitude. Ou tout au moins, la dominer. Après quoi, il s’agira pour chacun de faire ou faire faire au moins dix photocopies de l’appel et les afficher dans différents coins de rues du pays. Où qu’on se trouve, on peut y participer oit directement, ou par personne interposée. Après quoi, que chacun se procure un sifflet et reste simplement à l’écoute. Nous voulons compter sur la participation effective de tous.

 

Vous parliez d’une disparition de la Côte d’Ivoire du fait de la gouvernance de Ouattara, Pis, vous affirmiez que notre pays est assujetti au Burkina Faso. De quoi s’agit-il ?
- Nul n’ignore aujourd’hui que pour des raisons électoralistes, Ouattara a décidé comme il fallait s’y attendre, de modifier la carte démographique de la Côte d’Ivoire. Se créer un électorat assujetti afin de pérenniser la mainmise de l’occident et de ses bras séculiers africains sur notre nation. Il a naturalisé dans un désordre indescriptible des centaines de milliers de burkinabé. Insatisfait, il s’est résolu à se donner d’autres cadres légaux lui permettant de naturaliser des millions de burkinabé qu’il fait convoyer à longueur de journée de leur Burkina natal à nos villes et campagnes . Au terme d’un tel processus, la Côte d’Ivoire cessera d’exister. Au mieux des cas, notre pays sera un pays CEDEAO. Au pire, un prolongement du Burkina Faso comme Ouattara l’ annonça en 1992.
Par ailleurs, nous affirmons et confirmons que notre nation est vassalisée par le Burkina Faso. Et cela crève les yeux. Les gardes rapprochés de l’homme du 11 Avril, dit président de la Côte d’Ivoire, sont tous des militaires burkinabé. Une région entière du pays, celle de l’ouest, travaille désormais au profit du Burkina Faso qui est devenu pays exportateur de café-Cacao. Je ne veux pas parler des permis d’exploitation des gisements miniers qui sont attribués de façon préférentielle aux burkinabé, et les désirs du Palais de Ouagadougou qui sont des ordres à celui d’Abidjan. De plus, les remaniements du gouvernement ivoirien doivent requérir l’avis du maître du pays des hommes intègres. Bref, notre assujettissement au Burkina Faso est consommé.

 

Vous affirmez également que Dieu a libéré notre nation, Il attend en donner un signe et matérialiser la libération avec notre concours. Peut-on mieux comprendre ?
- Frère Gbané, Dieu nous a fait la grâce de nous prévenir de beaucoup de choses sur la crise ivoirienne par le biais de ses prophètes. Dieu n’a jamais été aussi bavard dans une crise qu’il l’a été dans le conflit ivoirien. Mais malheureusement, aux choses de l’Esprit, nous opposons notre intelligence, notre sagesse. Incrédules, nous gardons nos regards fixés sur les circonstances tandis que le maître des circonstances et du temps, Jésus Christ, marche à nos cotés. Pourtant, notre Seigneur est puissant, capable selon son bon vouloir d’inverser les situations les plus désespérées. Aussi, Sa présence seule devrait suffi r à nous rassurer quant à l’issue heureuse de cette lutte.
Alors que l’Éternel, créateur de toutes choses a pris le contrôle de notre situation le 11 avril 2011 pour conduire au triomphe de la vérité, nous, pauvres ivoiriens, continuons de garder le regard sur les événements de cette date comme une chute. Tandis que le Dieu de justice s’est totalement disposé à nous rendre justice dans le conflit postélectoral qui court toujours, pour confondre toutes les puissances dissimulées derrière Ouattara, nous, les bénéficiaires de Sa grâce, raccourcissons sa main et faisons durer notre souffrance par notre intelligence et notre sagesse soumises aux circonstances. Dans cette épreuve à la gloire de l’Eternel, nous avons choisi d’adopter une posture de vaincus, de morts. Aussi avons-nous accepté de demeurer engloutis dans la défaite, dans la mort sans fournir aucune résistance, ou au plus nous avons consenti des efforts limités afin de négocier un tombeau confortable sous les pieds du meurtrier.
Et pourtant, Jésus Christ mort à la croix, descendu au séjour des morts, a triomphé de la mort. Ressuscité, Christ vit éternellement dans la victoire et dans la gloire du Père. C’est ce Christ puissant et glorieux qui a pris la tête de ton combat. Alors, mort, défaite, où est donc ton aiguillon ? Nous sommes dans la victoire mais notre incrédulité paralyse en nous toute initiative pour notre résurrection.
Afin de prévenir cette incrédulité, le Père Céleste avait été obligé de nous donner beaucoup de signes pour nous convaincre de sa présence. Malheureusement, nous nous évertuons à démonter scientifiquement avec notre intelligence les différents signes divins pour nous laisser dominer par des circonstances passagères.
En dépit de la justesse, politique, démocratique, juridique, spirituelle, avérée de la requête de recomptage des voix du Président Laurent Gbagbo, guidés par notre intelligence de politiques, nous nous sommes lancés dans une quête inlassable du compromis avec les cyniques victorieux du 11 Avril 2011. Pourtant, Dieu nous avait prévenu en 2 CO 2-14 : «  Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ? » . Heureusement que Dieu fait toujours sa volonté et nous y soumet obligatoirement. Aussi, sommes-nous heurtés à un mépris indescriptible de Ouattara. Une arrogance suscitée et entretenue par Dieu afin que nous oubliions notre intelligence, notre savoir-faire politique pour nous humilier à sa face. L’arrogance est si forte qu’elle n’épargne même ses alliés. Au terme de nos efforts d’hommes, le constat est clair. Ouattara n’a rien cédé. Même pas le strict minimum. Tout le monde en convient aujourd’hui. Ceci à la gloire de l’Éternel des armées afin que sa parole s’accomplisse. La chicotte de Dieu sur Sa nation n’a autre objectif que celui de la briser. Et ce, par les soins de l’Éternel lui-même pour que même l’athée confesse sa puissance au terme de notre souffrance. Nous y sommes Croyons sans avoir vu !
Aussi, Dieu donnera-t-il un signe fort, un signal pour marquer le début de la matérialisation de ta libération. Mais pour la concrétiser, l’achever, il faudra ta contribution. Une contribution essentielle à l’issue finale de cette lutte. Une contribution qui doit être tirée de ton engagement et ta détermination à aller au-devant de l’ennemi. Pour se faire, il faut commencer à accepter que la liberté au plan spirituel est acquise. Le spirituel précédant le physique, commençons à marcher, à parler en hommes libres dans notre nation. Commençons à voir les forces de l’ennemi et nos faiblesses comme étant à la gloire de Dieu. Elles sont ainsi afin qu’une fois l’ennemi vaincu, nous ne nous vantions de rien mais reconnaissions uniquement la bienfaisance d’un Dieu glorieux, fort et puissant. C’est en cela, que notre victoire est juste une grâce.
C’est fort de l’assurance de la grâce divine déposée sur sa vie que David regarda le grand Goliath comme un incirconcis avant de le vaincre alors que tous les hommes de guerre d’Israël voyaient en lui un puissant guerrier qui les terrorisait. Soyons chacun un David pour notre nation.
Au demeurant, cette prise de conscience doit être avant tout individuelle ainsi que la mobilisation à venir. La spontanéité étant de mise. La vigilance doit être également notre atout premier. Il faut avoir à l’idée qu’aucun arrangement avec la France n’est possible. Aussi, devons-nous éviter d’être pris au piège de ses pions. Nous sommes de plain-pied sur le contentieux électoral et nulle part ailleurs. Même si, la mort emportait l’un des protagonistes majeurs du conflit électoral, toi continue ta quête de vérité électorale : le recomptage des voix. Il te faudra, pour guérir définitivement les frustrations et conquérir une paix durable et l’unité nationale, lever toute équivoque sur les résultats des élections de 2010. Mieux, c’est en cela que tu éviteras les pièges de loups vêtus en agneaux d’une part et surtout que ton Dieu se glorifiera d’autre part. Car, il n’agit que dans la vérité et pour la vérité.
Par ailleurs, à cette étape, il faudra faire valoir son intime conviction car en réalité, ils sont nombreux ces leaders de qui on peut attendre un mot d’ordre alors qu’ils sont malheureusement partenaires ou sous la domination spirituelle de Ouattara et de son pouvoir. Aussi, ceux-ci ne pourront-ils faire mieux que ce qu’ils ont déjà fait en dépit de leur engagement politique irréprochable. Seule, notre spontanéité enfantera notre liberté.

 

Pour ceux qui n’ont pas reçu copie de l’appel, comment peuvent-ils s’en procurer ?
- Simplement laisser un petit mot à traoryoussouf567@yahoo.fr  et vous recevrez une copie dans les minutes qui suivent. Pour tous ceux qui voudront contribuer de quelque manière que ce soit, ou proposer des idées, ce contact est également disponible.

 

Avez-vous un appel à lancer à la population ?
- Je veux juste dire à la population ivoirienne que notre sauveur ne viendra de nulle part ailleurs. Notre salut est en nous, plus que jamais tributaire de notre engagement et de notre détermination. Dieu dans sa parfaite miséricorde nous fait grâce de notre liberté. Il a fait sa part, le plus gros du travail. Il nous reste à jouer notre partition. La longanimité du peuple ivoire a assez duré. Le temps de vérité a sonné. Au signal divin, lève-toi et avance avec courage au-devant de l’ennemi. Vil que tu penses être à tes yeux, ton Dieu fera de toi au terme de cette ultime lutte, un vase d’honneur. Objet d’opprobre, Il te transformera en source de bénédictions pour ta nation et ta patrie. La victoire est certaine et désormais à portée de mains.
Pas de doute. Il faut y croire.
Que Dieu affermisse nos pas pour que paraisse enfin la victoire promise, le triomphe de ses élus. Ce, pour Sa gloire. Union, foi, courage, notre leitmotiv.

 

Que Dieu nous bénisse !!!

 

Source: cotedivoireinfo


Révolution Permanente : Note de recadrage à l’attention de la Résistance Révolutionnaire !

Révolution Permanente : Note de recadrage à l’attention de la Résistance Révolutionnaire ! dans La Révolution Permanente koua-justin-300x200Dignes filles et fils de la Côte d’Ivoire, l’heure n’est pas et n’est plus depuis des mois déjà, à l’émotion parce qu’un tel a été arrêté ou un autre a été tué. L’heure est à l’action, à cette action ultime dont nous avons eu la révélation dès le départ en choisissant la ligne de la libération armée de la côte d’Ivoire. 

On m’appelle ici et là pour me donner la primeur de l’information sur l’arrestation du National Koua Justin, Digne parmi les plus Dignes Guerriers. Je leur réponds, et alors ? Koua était-il un homme libre dans son propre pays avant son arrestation ? Avait-il les droits du Citoyen de Côte d’Ivoire du 11 avril 2011 au jour de son arrestation par l’ennemi dont il n’a pas peur ? A-t-il été plus humilié que Laurent GBAGBO, Madame le Député Simone Ehivet et tous les autres dont le Gouverneur Dakouri Tabley, l’innocent ? 

L’heure n’est pas à l’émotion inutile devant du déjà vu. L’heure est à l’action. A l’action à arme égale, terreur contre terreur, meurtre contre meurtre, en attendant que le BRUIT vous réveille et alors vos yeux s’ouvriront pour voir dans cette arène d’Armageddon, les élus de Dieu entrant dans Jéricho avec une fureur largement au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. 

On m’appelle aussi pour me dire que tous les Burkinabè nés en 61, sont en voie de naturalisation massive, sachant que les Burkinabè nés en 1960 ou 61, il y en a dans tout le monde entier et surtout au Burkina Faso et que tous ces ingrats et envieux de la pire espèce vont être naturalisés parce que les accords de Linas Marcoussis signés par le Président GBAGBO en auraient décidé ainsi. 

J’ai répondu, c’est quand est-ce que vous allez arrêter de me fatiguer avec ces petits contes pour enfant ? 

Depuis novembre 2010, ceux qui ont imposé ces accords de dupe au Président GBAGBO les ont enterrés et ont fait le choix de la guerre comme unique voie de résolution du problème ivoirien. Depuis cette période, tous les accords se sont éteints, ils ont tous été jetés au feu ardent de la guerre planifiée, exécutée et qui accouche aujourd’hui de la riposte de feu et de sang. Quiconque se prévaut de ces accords enterrés et inexistants est soit stupide soit un suicidaire. Mais que voulez-vous que la Révolution Permanente face d’un ennemi qui veut se suicider ? Un de moins ou dix de moins, que voulez-vous que cela nous fasse ? 

Et on me confie aussi que le PDCI sans Bédié Konan accueille favorablement l’appel du FPI et que les discussions se déroulent bien et que, et que, et que, je ne sais quoi d’autre encore. Je réponds les yeux rouges de la rage d’avant-guerre qui m’habite : dites au PDCI repentant de dire à ses militaires, gendarmes et policiers qui ont bu de l’amère potion de l’illusion après la trahison, de se mettre à la disposition de la Révolution Permanente ici et maintenant. Sinon, nous n’accepterons aucune demande de clémence ni pour les plus repentants ni pour ceux qui sont restés ivres dans leur indignité. 

Cela dit, l’heure de recadrer la pensée combattante est là. Les élus de Dieu y sont. J’y suis. Vous avez insisté ; alors, je vous attends, nous vous attendons, vous qui avez douté ou hésité. C’est au pied du mur de Jéricho qu’on verra qui est réellement un Guerrier. Un vrai. 

Mon âme bénit le Seigneur ! 

A Très Bientôt. 

Hassane Magued 



Influençons le monde |
mbaar |
GFS Transport |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tribulations d'un bloggeur
| beautyworld
| David FOKA (ACMR)