Parole pour la cote d’ivoire

 

1 Jean 4/1 – Bien-aimés, n‘ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.

Par Naomie, le 28 Janvier 2012.

SHALOM !

Parole pour la cote d’ivoire dans Actualité AFRIQUE-tombe1-300x220Cette nuit, j’ai été mise en éveil par une fièvre qui me faisait grelotter sous mes couvertures, alors que je n’étais nullement fiévreuse par moi-même, mais la fièvre qui m’agitait était bien réelle.
Pourquoi étais-je ainsi ? Qu’est-ce qui provoquait mon état ?  En quoi étais-je concernée, ou pas ?
Il est parfois de tels moments qui me font réagir violemment dans mon cœur, dans mon corps, alors que rien ne m’y prédispose, du moins me semble-t-il. Et pourtant, de nouveau il se passe quelque chose en ce qui concerne la carte du monde, et, en premier, du moins, ce que moi je place en « pool position » c’est la façon dont la France agit actuellement dans sa politique extérieure.

De part la volonté d’un homme, président français N. Sarkozy, nous sommes de nouveau en accointance (qui veut dire en familiarité et en fréquentation)  avec les forces de frappe de l’O.T.A.N, mais nous pleurons des morts et leur rendons témoignage de notre reconnaissance en  accrochant des médailles (dont ils n’ont plus que faire) sur des coussins posés sur des cercueils ; Après 4 ans de « concubinage » nous renonçons et quittons cette terre Afghane que soit disant il était grandement nécessaire de défendre afin d’éviter des catastrophes. Les seules catastrophes dont nous pouvons raisonnablement faire étalage sont ces morts, et surtout savoir que l’armée afghane, telle qu’elle se compose à ce jour, est une porte grande ouverte à l’islam dur ! Alors, il aura fallut 4 hommes de plus mort pour une raison d’Etat pour que La France se désengage ! Obama n’aime pas cela du tout !

Puis, depuis 3 jours, le Président Ouattara, présent sur le sol de France, vient faire les yeux doux afin que La France se souvienne bien qu’elle est « tutrice » dans quelque chose qu’elle rejette haut et fort mais maintient en sourdine, je veux parler du protectionnisme colonial ancien, et nous savons qu’entre la Côte d’Ivoire et La France vient d’être officialisé, réactualisé,  un pacte de défini comme « de défense et de sécurité avec La France. Ainsi sont fais et défais les accords, les pactes que l’on dit souverains, et la France et la Côte d’Ivoire, tel un couple en désaccord pour un temps, vient de redire ses vœux d’union devant tous.

A la clé : un soutien économique (pour qui?) Après cela, le président ivoirien s’en est allé vers d’autres cieux, vers Addis-Abeba pour le sommet des Chefs d’Etats de l’union Africaine le 27 Janvier.
Ce que je crois, c’est que la Présidence ivoirienne envisage (elle ne le sait pas encore) un remplacement de troupes irrégulières par une force française armée libre de toutes entraves extérieures.
Mais il en a été de même lors du temps de L.Gbagbo, les forces françaises présentes de façon illégale ont été ensuite remplacées par l’ONUCI.
Est-ce qu’il faut voir ici la résurgence d’un passé pas si lointain ? Je ne saurais le dire avec précision, mais en écrivant tout ceci, de nouveau mon corps est sous « pression » et le froid m’envahit.

Je n’aimerai pas être à la place de certain, surtout de ceux-là qui spéculent où veulent anticiper sans sagesse des évènements au demeurant flous et incertains.

Lorsque Yéshua s’adresse par l’Esprit saint aux hommes de bonne volonté, et aux autres, cela se fait de manière claire sinon comment comprendre la volonté de Dieu afin de l’accomplir avec justesse ?
Faut-il jouer aux devinettes ? Non pas ! Dieu s’adresse à certains il est vrai, en paraboles, mais pour d’autres, le Saint Esprit exprime avec clarté la volonté de Dieu.

De nouveau, la Côte d’Ivoire est dans ma pensée, et cela avec force depuis hier au soir !
Aussi je me suis mise a relire les paroles que le Saint Esprit avaient données pour que je les donne à mon tour afin d’avertir ceux et celles qui se sentiraient concernés.
Lorsque mon ordinateur à rencontré des problèmes majeurs, il y a quelques mois, tout ce qui concernait la Côte d’Ivoire avait été rendu invisibles, n’existaient plus. Heureusement que des copies nombreuse sont faites afin de protéger non pas ce que j’écris, mais bien plutôt ce que dit l’Esprit Saint.
Le Seigneur m’a montré plusieurs phases d’actions concernant mon déplacement future, mais surtout avec application, des messages que je partage avec quelques uns, mais qu’en ce jour, je veux vous partager, ou vous remémorer, non pas pour ma satisfaction personnelle, mais parce que sais que bien d’entre vous, surtout mes frères et sœurs ivoiriens, n’ont pas accès librement à un ordinateur.
Donc, dans ma rétrospective (Qui décrit des événements passés, en partant du présent. Revue, méthode rétrospective.) est venu au jour ce message du 17 Juillet 2007 concernant la « guerre civile » sur le sol ivoirien.

Voyez la similitude entre ce que j’ai vécu cette nuit et comment j’ai été interpellée par l’Esprit ce jour-là ! C’est la même façon de faire qu’emploi le Seigneur en ce qui me concerne.

PAROLE DU SEIGNEUR !

Depuis deux jours je suis « mal » dans ma peau. Je suis en attente d’un message de la part de l’Eternel. Ce message, le voici. C’est un message destiné à l’Afrique, à la Côte d’Ivoire.

« L’Eternel me parla en ces mots en latin : SPECTACULUM (spectacle) et DECORUM (décor).

Puis JE VOIS une forme humaine, un homme, qui détient l’autorité sur des hommes et des femmes. Il est l’autorité. Il siège sur un trône dans une tribune et il est ovationné. C’est un « empereur ». « JE VOIS UNE FOULE HURLANTE. TOUT CELA SE PASSE DANS UNE ARENE. Dans cette arène, il y a des hommes qui se battent jusqu’à la mort. Ce sont des gladiateurs. Ils se battent pour recouvrer la liberté. Ils se battent pour ne pas mourir parce que quoi qu’ils fassent, ils mourront. Ils se battent homme contre homme. C’est la GUERRE CIVILE dans le pays. Puis l’Eternel me dit : ‘’c’est une vision sur la Côte d’ivoire’’.

C’est aussi l’image de l’église actuelle qui hurle devant une idole. Cette idole détient le pouvoir de vie ou de mort.

Puis l’Eternel me parla en ces mots: Comme des BRETTEURS, (hommes qui se battent au corps à corps), comme des SPADASSINS (des hommes à la solde de…), comme des REITERS (cavaliers allemands), comme des SOUDARS (soldat sans foi ni loi), comme des MIRMILLONS  (gladiateurs romains qui combattent avec des filets), les hommes vont se battent  dans le pays à l’arme blanche, au sabre. Ces hommes vont se rebeller contre les principes établis. Ils sont OPPOSES. Ils FONT LA GUERRE. Des mercenaires venus d’autres pays vont  déstabiliser la Côte d’Ivoire et y apporter la mort.

Puis l’Eternel me parla avec cette parole puissante : L’OPPRESSION VA SE FAIRE DE PLUS EN PLUS VIOLENTE ET L’OPPOSITION DE PLUS EN PLUS PRESSENTE. Si le président Gbagbo et la Côte d’Ivoire ne CEDENT pas devant Jésus le Rois des rois en se repentant comme le fit le roi de Ninive et son peuple, le Président Gbagbo va être dans l’obligation de CEDER sous les coups de buttoirs de l’opposition qui n’est pas forcément celle de son pays mais celle d’autres pays et cela par une guerre sanglante et inhumaine.

Puis l’Eternel me parla en ces mots : La liberté s’acquière en Christ seulement. Tout ce qui se fera en dehors de Lui échouera. Si tu es dans le désert, viens boire à Ma source.

Quand les hommes diront : Paix et sûreté ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n`échapperont point – 1Thessalonitiens  5/3.

La chose parvint au roi de Ninive; il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d’un sac, et s’assit sur la cendre. Et il fit faire dans Ninive cette publication, par ordre du roi et de ses grands; Que les hommes et les bête, les bœufs et les brebis, ne goûtent de rien, ne paissent point, et ne boivent point d’eau! Que les hommes et les bêtes soient couverts de sacs, qu’ils crient à Dieu avec force, et qu’ils reviennent tous de leur mauvaise voie et des actes de violence dont leurs mains sont coupables! Qui sait si Dieu ne reviendra pas et ne se repentira pas, et s’il ne renoncera pas à son ardente colère, en sorte que nous ne périssions point ? Dieu vit qu’ils agissaient ainsi et qu’ils revenaient de leur mauvaise voie. Alors Dieu se repentit du mal qu’il avait résolu de leur faire, et il ne le fit pas – Jonas 3 / 6 à 10.

Tant que je  me suis  tu, mes os se consumaient, Je gémissais toute la journée – Psaumes 32/3

Egalement, je recevais que « les portes s’ouvraient » et nous savons que seules les portes
 que Yéshua va ouvrir demeureront ouvertes afin que s’accomplisse l’œuvre ayant besoin du passage par cette porte.
C’est par une porte fermée au passage des hommes, en Israël, la « Belle porte » ou encore la « Porte dorée » qui servira au passage de Christ en gloire.
Elle sera alors ouverte non pas de la volonté de l’homme, mais de la volonté de Dieu.

Ce même jour, le Seigneur insistait sur les « HANANIA » qui se proclament. Sérieux avertissement, tant il en est qui se prévalent de Dieu sans être « mandatés » par l’Esprit saint, et qui, par leurs paroles trompeuses, mielleuses, attirent les naïfs dans la foi ; c’est pourquoi devenez, et ce, toute affaire cessante, des hommes de foi, éprouvés par le feu de l’Esprit saint (pareil bien entendu pour les femmes, Dieu ne faisant acception de personne)
Hébreux 5/12 – Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des maîtres, vous avez encore besoin qu’on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en êtes venus à avoir besoin de lait et non d’une nourriture solide

Toujours à cette même date, voici ce que le Seigneur me donnait de comprendre : La Côte d’Ivoire, c’est l’affaire de Dieu, non pas celle de l’homme, quel qu’il soit, même s’ils disent : Dieu m’a envoyé pour être…

Ce qui est difficile c’est la patience, de savoir que la mer va s’ouvrir et d’attendre, aussi je me prépare chaque jours qui passe et nous rapproche du but, dans cette œuvre merveilleuse.

L’Afrique va recevoir sa délivrance, son Jubilé, mais il va lui falloir accepter de se repentir devant la croix, lui de folie pour le monde, œuvre de Salut pour qui croit.

Dans 1 Jean 5/14 et 15, le Seigneur me confirmai ce qu’il venant de me donner dans Math.21/21… Si vous avez de la foi, sans craindre, alors tout ce que vous me demandez je vous le donne, vous le recevrez.
Combien de fois ais-je pleuré, j’ai eu mal, j’ai été « malmenée » pour ce fruit qui lentement murit mais qui sera cueillit de la main de Christ au jour de sa maturité.

L’Afrique prétend avoir vécu son jubilé, mais que sait l’Afrique d’un jubilé selon Dieu ?

Voici en détail ce qu’est l’Esprit du Jubilé:

Lévitique 25/13 à 54 -  Dans cette année de jubilé, chacun de vous retournera dans sa propriété.
 Tu achèteras de ton prochain, en comptant les années depuis le jubilé; et il te vendra, en comptant les années de rapport.
 S’il ne trouve pas de quoi lui faire cette restitution, ce qu’il a vendu restera entre les mains de l’acquéreur jusqu’à l’année du jubilé; au jubilé, il retournera dans sa propriété, et l’acquéreur en sortira.
 Mais si cette maison située dans une ville entourée de murs n’est pas rachetée avant l’accomplissement d’une année entière, elle restera à perpétuité à l’acquéreur et à ses descendants; il n’en sortira point au jubilé.
 Les maisons des villages non entourés de murs seront considérées comme des fonds de terre; elles pourront être rachetées, et l’acquéreur en sortira au jubilé.
 Celui qui achètera des Lévites une maison, sortira au jubilé de la maison vendue et de la ville où il la possédait; car les maisons des villes des Lévites sont leur propriété au milieu des enfants d’Israël.
 Il sera chez toi comme un mercenaire, comme celui qui y demeure; il sera à ton service jusqu’à l’année du jubilé.
  Il comptera avec celui qui l’a acheté depuis l’année où il s’est vendu jusqu’à l’année du jubilé; et le prix à payer dépendra du nombre d’années, lesquelles seront évaluées comme celles d’un mercenaire.
  S’il reste peu d’années jusqu’à celle du jubilé, il en fera le compte, et il paiera son rachat à raison de ces années.
  S’il n’est racheté d’aucune de ces manières, il sortira l’année du jubilé, lui et ses enfants avec lui.
Shalom pour Afrique, pour C.I et les Nations africaines, Jubilé, remise de toutes choses, et la paix… »

Que nul ne dise que le jubilé de Dieu a été existant dans sa Nation si ces paroles n’ont pas trouvé de support dans le quotidien, et n’allez pas dire que cela est impossible, parce que rien n’est impossible à Dieu.

Je vous dis à nouveau : shalom ! Vivez dans le repos de Yéshua !

Naomie



Appel au peuple de Cote d’ivoire

Peuple uni de Côte d’Ivoire ! 

Que tu sois du Sud, du Nord, du Centre, de l’Est, de l’Ouest, ce message s’adresse à toi ! 

Appel au peuple de Cote d'ivoire dans Actualité 1174149999-300x200

Temps de la colonisation. La cote d'ivoire est toujours dedans

Personne ne viendra t’apporter la liberté sur un plateau d’or. Personne ne viendra mettre fin au pillage de tes ressources par la France et ses alliés impérialistes. Personne ne viendra chasser ceux qui sont en train d’arriver par centaines de milliers pour occuper les terres du Nord et de l’Ouest en privant les jeunes de ces régions de l’héritage de leurs ancêtres. Personne ne viendra d’ailleurs pour mettre fin au massacre des populations du Sud, de l’Est, de l’Ouest et bientôt du Nord et du Centre. 

Peuple de Côte d’Ivoire, depuis 2002 et après les bombardements français de 2011, tu as compris que le seul projet contre toi, c’est de te traiter comme les Indiens d’Amérique. Ils avaient leurs terres, de vastes terres avec des richesses. Ils vivaient selon des alliances inter tribus. Ils avaient réussi par plusieurs années de recherches à maîtriser les secrets de la nature et à préserver l’environnement. Cette vie simple mais pleine de bonheur a été interrompue brutalement par les envahisseurs venus d’Europe. 

Cette fois-ci, ils ont décidé d’envahir la Côte d’Ivoire en la repeuplant avec des peuples venus de la poussière du Désert du Sahara. Comme ils ont tués tous les Indiens pour voler leurs terres en promettant de leur apporter la civilisation, c’est ainsi qu’ils sont en train de tuer les Ivoiriens et de les manipuler pour qu’il y ait une guerre civile, en leur vendant l’illusion d’apporter la démocratie sur la base du faux. 

Dis non à la destruction de l’Unité des Ivoiriens ! 

Avec les Indiens, ce fut la première histoire d’un repeuplement qui vira au génocide de tout un peuple. Mais les génocidaires de ce peuple Indien n’ont jamais rendu compte. Alors pourquoi ne referont-ils pas la même chose en Côte d’Ivoire aujourd’hui ? 

Il y a quelques années, avant que Ouattara ne soit envoyé par la France en Côte d’Ivoire pour provoquer la division des Ivoiriens, quand un Ivoirien entendait qu’un autre Ivoirien était mort ou avait été tué, c’était l’émoi, la tristesse. Aujourd’hui, à cause de cet homme et de ses alliés qui mentent pour opposer les Ivoiriens les uns aux autres, des Ivoiriens applaudissent la mort et le massacre d’autres Ivoiriens. 

C’est pourquoi frère et sœur qui aimez la Côte d’Ivoire et qui êtes jaloux de votre souveraineté, de l’Unité nationale vraie et de vos alliances à plaisanterie, l’heure de la phase active du combat pour éviter le génocide des Ivoiriens a sonné. 

Dans les 7 jours à venir, vous recevrez des mots d’ordre clairs pour des actions de terrain sur toute l’étendue du territoire national. 

En attendant, où que tu sois, informe les Résistants ivoiriens des zones les plus reculées du pays, que le mot d’ordre de libération arrive dans exactement 7 jours. 

Des actions très concrètes vont être initiées afin d’aboutir dans les 30 jours qui suivront, soit à la mise en place d’un Conseil Révolutionnaire de Transition sans Ouattara soit à un Soulèvement révolutionnaire dont la forme et les moyens seront découverts par tous ceux qui tenteront d’empêcher notre action, le moment venu. 

Ivoirien, Ivoirienne, nous n’avons plus d’autre choix que de libérer la Côte d’Ivoire ici et maintenant ! 

Notre heure a sonné ! 

Vive la Côte d’Ivoire digne et souveraine ! 

Vive le peuple uni de Côte d’Ivoire ! 

Que Dieu nous protège ! 

A Très bientôt. 
Hassane Magued 



Les Raisons du tansfère de GBAGBO à la CPI

 

 

 

Les Raisons du tansfère de GBAGBO à la CPI dans Actualité Gbagbo-vers-la-CPI-300x2241

GBAGBO vers la CPI

 

 

La remise par le Préfet de Sarkozy en cote  du Président élu, Laurent Gbagbo, à la Cour pénale internationale (CPI) a été savamment orchestrée et rondement menée.

 

 

 

Les images des portes du pénitencier de Scheveningen se refermant derrière le véhicule transportant Laurent Gbagbo ont fait le tour du monde. Comme un clap de fin. Elles marquent l’épilogue d’une folle semaine où les avocats

gbagbo-cpi1-300x129 Afrique dans Actualité

Véhicule transportant le président GBAGBO

du désormais prisonnier le plus célèbre du monde n’ont pu empêcher son transfert à la Cour pénale internationale (CPI). Le scénario, écrit dans le plus grand secret – notamment lors d’une rencontre à Paris le 26 novembre – par le président ivoirien Alassane Ouattara et le procureur argentin Luis Moreno-Ocampo, a parfaitement fonctionné. « Ils nous ont pris de vitesse pour nous empêcher de déposer des recours », confie, un brin amer, Me Emmanuel Altit, l’avocat français de l’ancien chef d’État. Autre son de cloche du côté d’Abidjan. « Nous avons respecté toutes les procédures légales », affirme Me Jean-Paul Benoit, avocat de l’État ivoirien.

      Vendredi 25 novembre

           Branle-bas de combat

 

Vers midi, les défenseurs de Laurent Gbagbo sont informés par le palais de justice d’Abidjan que leur client doit être entendu, le 28 novembre, par un juge ivoirien dans le cadre de l’enquête ouverte sur les crimes économiques commis durant la période postélectorale, entre novembre 2010 et avril 2011. Branle-bas de combat au sein du collectif des avocats. Il faut rejoindre, au plus vite, Korhogo, à plus de 600 km, où se tiendra l’audience. Agathe Baroan, Serge Gbougnon et Toussaint Dako prennent rapidement la route pour la cité du Poro, où est détenu l’ancien président.

 

         Samedi 26 et dimanche 27 novembre

         « Sarko m’a tué »

 

Leur consœur franco-camerounaise, Lucie Bourthoumieux, a également fait le voyage. Conseil stratégique de Laurent Gbagbo, elle travaille avec les ténors du barreau français, Mes Roland Dumas et Jacques Vergès. Dans la matinée du samedi, elle rend visite à l’ex-chef de l’État, dans la villa du gouverneur de Korhogo, où il est détenu. Au cours de cet entretien en tête à tête sont abordées les questions politiques à l’approche des élections législatives du 11 décembre et les actions de lobbying. Les défenseurs ivoiriens les rejoignent ensuite pour une séance de travail visant à préparer l’audience du lundi. Leur client a le moral et se montre combatif. Reclus depuis plus de sept mois, il consacre son temps à la lecture, aux prières, et regarde aussi la télévision.

Ce jour-là, il est en train de relire les Mémoires du général de Gaulle (Gallimard) après avoir avalé dernièrement Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (Éditions La Découverte), Le Visage de Dieu (Grasset), Mémoires du chef des services secrets de la France libre (Odile Jacob). Et, surtout, Sarko m’a tuer (Stock), le livre au titre évocateur des deux journalistes français Gérard Davet et Fabrice Lhomme. On lui remet aussi Le Coup d’État (Duboiris), une enquête qui lui est totalement favorable, signée du journaliste camerounais Charles Onana.

Il commande enfin à Me Bourthoumieux de nouveaux livres rares de Flavius Josèphe, historien du Ier siècle, sur les conflits entre Rome et Jérusalem. Au cours de cette visite, le Dr Christophe Blé, qui vit aux côtés de Gbagbo, est appelé pour examiner le général Bruno Dogbo Blé, l’ancien patron de la Garde républicaine, également détenu à Korhogo. Cette information, parvenue aux oreilles des partisans de l’ancien président, est à l’origine d’une rumeur qui va faire le tour de la blogosphère durant le week-end : « On retire à Gbagbo son médecin pour l’extrader. » Il n’en est rien. Le docteur est rapidement de retour. Gbagbo, avant de se séparer de ses avocats, demande encore à Me Bourthoumieux de porter des nouvelles rassurantes à sa mère, 88 ans, qui vit à Accra.

 

         Lundi 28 novembre

 

              Piège ou diversion ?

 

Laurent Gbagbo est informé, dans la matinée, que le président de la chambre d’accusation d’Abidjan viendra examiner, le lendemain, ses conditions de détention. Une bonne nouvelle. Depuis plusieurs mois, il demande à pouvoir sortir dans la cour de sa résidence pour faire de l’exercice. Enfermé sept jours sur sept, il souffre de problèmes d’arthrose aux poignets et à l’épaule. Vers 15 heures, il rejoint ses avocats au tribunal d’instance de Korhogo pour répondre aux questions de la doyenne des juges d’instruction, Delphine Makoueni Cissé, dans le cadre de l’enquête sur les crimes économiques.

Depuis les premières lueurs du jour, le bâtiment est fortement gardé par des militaires. Sur la porte principale, une affiche indique « fermeture au public jusqu’au 30 novembre ». L’interrogatoire va durer près de quatre heures avant que l’ex-président regagne sa villa. « Il a accepté de répondre aux questions », explique Me Gbougnon sans plus de détails. Gbagbo a rendez-vous le lendemain matin pour la poursuite de l’audition. Il ne se doute pas encore qu’il passe alors sa dernière nuit en Côte d’Ivoire.

 

              Mardi 29 novembre

        La nasse

 

À 7 heures du matin, le tribunal d’instance est bouclé par les hommes du commandant Fofié Kouakou, à la tête de la Compagnie territoriale de Korhogo (CTK). Le personnel est mis en congé jusqu’au lendemain. Les avocats de Gbagbo se rendent au palais de justice pour la poursuite de l’audience. Accompagné de magistrats ivoiriens et des greffiers de la CPI arrivés d’Abidjan, le procureur de la République, Simplice Koffi Kouadio, entre alors en scène. Il notifie à Gbagbo son mandat d’arrêt à 13 h 35, avant de procéder à la vérification de son identité et de transmettre aussitôt le dossier à la chambre d’accusation, qui doit statuer sur l’extradition.

Les avocats veulent s’y opposer en déposant un recours pour « arrestation, détention et transfèrement illégaux ». Refus catégorique. Après des discussions animées, Gbagbo met fin aux débats. Pour lui, c’est une décision politique et il ne sert à rien de la retarder. « Il était préparé psychologiquement. Depuis le mois de mai, il explique que Ouattara ne peut gouverner tant qu’il réside sur le territoire national, explique Me Gbougnon. Cette nouvelle épreuve n’est pas la fin de sa carrière politique. Il nous répète souvent que la prison est un chemin pour aller à la présidence. »

Vêtu d’un pantalon de couleur kaki et d’une chemise blanche, l’ex-président quitte alors le tribunal vers 18 heures au milieu d’un cortège de voitures aux vitres teintées escortées par les militaires ivoiriens et les Casques bleus. Direction : l’aéroport de Korhogo, où l’attend un Grumman de l’État de Côte d’Ivoire. Le site est entièrement quadrillé et impossible d’accès. À 18 h 21, l’avion décolle pour un vol à destination d’Abidjan. Durant une brève escale, le temps de faire le plein de carburant, certains prétendent avoir vu Gbagbo menotté au salon d’honneur de l’aéroport. Une version démentie par les autorités ivoiriennes, qui assurent l’avoir traité « avec dignité ». Accompagné des greffiers et du personnel de sécurité de la CPI, et des représentants de l’État ivoirien, il remonte à bord du même Grumman. Sa prochaine destination : La Haye, aux Pays-Bas.

 

        Mercredi 30 novembre

         Premières formalités

 

Arrivé un peu après 4 heures du matin à l’aéroport de Rotterdam, Gbagbo est ensuite conduit à bord d’un van gris métallisé, escorté par une voiture de la police néerlandaise, au centre de détention de Scheveningen, dans la banlieue de La Haye. Le nouveau pensionnaire y prend ses quartiers. Dans la matinée, il subit un examen médical, se voit signifier le règlement intérieur et se prête aux formalités administratives. Son avocat français, Me Emmanuel Altit, saute alors dans le premier avion pour Rotterdam. Lui aussi passe sa journée à la CPI afin de régler les détails liés à la procédure judiciaire et aux visites. « La comparution initiale de Laurent Gbagbo est programmée pour le lundi 5 décembre à 14 heures », annonce la CPI dans un communiqué.

 

Ce qui attend gbagbo

 

Laurent Gbagbo a rendez-vous, le 5 décembre à 14 heures, avec la présidente de la 3e chambre préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI), Silvia Fernández de Gurmendi, et ses deux assesseurs pour l’audience publique de comparution initiale. Les juges vérifieront son identité, lui signifieront ses droits et s’assureront qu’il a été informé des crimes dont il est soupçonné. Ce préambule sera suivi d’une audience de confirmation des charges dans quelques semaines, voire quelques mois. D’ici là, le procureur Luis Moreno-Ocampo et son équipe réuniront les preuves de l’accusation.

Les avocats de l’État ivoirien, les Français Jean-Pierre Mignard et Jean-Paul Benoit, se rendront à la CPI, le 8 décembre, pour étudier les modalités de leur collaboration. De son côté, Gbagbo préparera sa défense avec ses avocats, dont il devra rapidement communiquer la liste. Il pourra alors s’entretenir librement et confidentiellement avec ses défenseurs. À l’issue de l’audience de confirmation des charges, les juges auront soixante jours pour rendre leur décision : abandonner ou poursuivre. S’ils poursuivent, le procès ne devrait pas avoir lieu avant plusieurs mois.

Source : JEUNE AFRIQUE

 

 



Influençons le monde |
mbaar |
GFS Transport |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tribulations d'un bloggeur
| beautyworld
| David FOKA (ACMR)