LA Côte d’ivoire délivrée des mystiques : témoignage !!!

Après qu’Il eût délivré notre nation depuis un moment, c’est seulement le 27 Octobre 2015 qu’il plut à L’Éternel Dieu que soit publiée sa glorieuse action à notre profit.
Après avoir rendu le témoignage aux frères et sœurs des camps de réfugiés d’Ampain, Egyekroom, Fetentaa au Ghana respectivement les 31 octobre, 19 novembre et le 5 décembre 2015, l’écrit présent me donne de partager avec le reste des nôtres où qu’ils se trouvent le témoignage de notre délivrance.
Loin d’être une prophétie sur la Côte d’Ivoire, il s’agit ici de témoigner de la délivrance de notre pays par le Tout Puissant. Il s’agit donc du récit d’un fait passé, d’une action divine accomplie. Des faits qui attestent bien la spécificité du conflit ivoirien ainsi que de l’Amour de l’Éternel des Armées pour notre pays.
Au terme de ce récit, il sera loisible à chacun de percevoir avec certitude que notre nation est délivrée et son Président, S. E. M Laurent Gbagbo est libre et en route pour son pays.
Mais, ici, je ne veux m’adresser qu’au peuple de Dieu. Ceux qui ont accepté Jésus Christ et ont reçu son Esprit en partage. Ceux qui ont la certitude que n’arrive sur terre que ce qui est scellé dans les cieux. Ceux qui comme l’apôtre Paul marchent par la Foi et non par la vue. Ceux pour qui la prédication de la croix n’est pas une folie. Ce que j’ai à expliquer sont des choses de l’Esprit et c’est par l’esprit qu’elles se reçoivent, s’éprouvent et se refusent ou s’acceptent. Que l’Homme charnel s’en abstienne.
Toutefois, pour ne pas systématiquement en écarter les cartésiens, ceux qui ne manquent pas de s’efforcer à rationnaliser les choses de l’Esprit pour en déduire de façon lapidaire leur vacuité et leur permettre d’arriver également à la repentance en vue d’être sauvés à l’instauration du règne du Christ Jésus, je ferai un bref récit de promesses divines expérimentées de ma vie. De sorte que chacun réalise que la parole de Dieu s’accomplit toujours quelque soit l’adversité, le temps et les circonstances. Par conséquent, notre pauvre intelligence humaine n’est que vanité face au pouvoir de l’Eternel des Armées.
Après quoi, j’annoncerai la promesse de l’Eternel, la couronne espérée, objet de ma pénible course à travers le rude désert de l’exil ghanéen avant de clore par le témoignage à la gloire de Dieu, celui de notre délivrance.

I- Promesses de l’Eternel expérimentées
Fétichiste, né d’une famille fétichiste et marié à une femme issue d’une famille musulmane, j’eus la faveur de rencontrer Christ rien qu’en janvier 2006. Cette rencontre s’est faite dans des conditions qui ne me donnaient aucune alternative qu’accepter Jésus.
En effet, ma femme, enceinte de notre troisième fils, était gravement malade. Elle était pratiquement à la porte de la mort. Les efforts de la médecine moderne et ceux des féticheurs sont demeurés inefficaces. Les féticheurs préconisaient les uns après les autres l’avortement comme le seul salut pour mon épouse. Par contre, celle-ci s’y opposait fermement.
Pendant ce temps, le monde des victimes de guerre que nous nous évertuons à organiser est secoué par une crise impliquant des proches collaborateurs du Président de la République. Ce, autour de l’aide octroyée par celui-ci aux personnes affectées par la crise armée. Malmenés dans notre faiblesse, nous ne savions où donner de la tête.
Du fait de cette crise et de la santé déclinante de mon épouse enceinte, je déprimais, désespérais de tout. C’est dans cette condition que je rencontrai le Seigneur Jésus Christ.
Mon épouse fut la première à faire la rencontre avec Lui. Mourante, le Seigneur Jésus envoya à elle

un couple de serviteurs de Dieu avec la promesse de sa guérison au cas où elle L’acceptait comme Seigneur et Sauveur. Ne sachant que faire face à la mort qui s’approchait à grand pas d’elle, elle accepta.
Moi par contre, je demeurais sourd aux multiples invitations du couple pastoral à prier avec eux. Toutefois, ne voulant pas avoir l’éventuelle mort de mon épouse sur ma conscience, je m’accommodais malgré moi aux nombreuses prières organisées à la maison.
Au bout d’une semaine de jeûne et de prière, un miracle survint. L’état de santé de mon épouse changea brusquement, favorablement et profondément.
Confus face à cette surprenante amélioration qui ne pouvait s’expliquer qu’à l’existence d’une puissance contraire plus forte qu’à celle des dieux de ma croyance, je fis un tour chez l’un des mes nombreux féticheurs pour comprendre ce qui se passait. Pendant la consultation, le féticheur est lui-même surpris. Il s’écria : « Mais, il y a un changement chez ta femme !!!!!! ». Ainsi, la condamnée à mort était-elle miraculeusement délivrée des liens de la mort. Ce fut la dernière fois que je consultai un féticheur.
Après cette intervention miraculeuse du Christ, mon épouse poursuivit normalement sa grossesse. Cependant, l’accouchement ne fut point paisible. Elle donna naissance à Isaac Elysée, ce troisième fils, dans une atmosphère de combat. La nuit du 13 au 14 mars 2006, la maternité de l’hôpital de wassakara dans la commune de Yopougon qui a vu naitre Elysée connut une ambiance inhabituelle. Entrée en travail à 19H, ma femme accoucha à 5h par la voie normale après moult difficultés. Ce fut une belle nuit de démonstration intense de puissance (visible à l’œil nu) entre Jésus Christ et les ténèbres. Une fois encore la suprématie de Jésus Christ sur les forces des ténèbres fut établie. Je garde la foi qu’à un jour fixé par Dieu lui-même, ce témoignage sera rendu à sa gloire.
Cet enfant combattu des ténèbres depuis le sein de sa mère le demeurera sans qu’on en sache les raisons profondes. C’est seulement le Ghana qui nous les donnera. Nous y reviendrons dans le témoignage de notre délivrance.
Devenu témoin de la puissance illimitée du Christ, je me résolus librement à Le servir. Je me mis avec joie au service du Dieu qui avait délivré mon épouse et mon fils. J’appris à m’approcher davantage de Lui et à aimer ce Dieu qui m’a aimé premier. Le Dieu bon qui avait brisé le sceau de la mort sur ma maison.
Alors qu’au plan conjugal tout allait mieux par Jésus Christ, les problèmes sociopolitiques s’accentuaient. Des puissants hommes et femmes œuvraient à noyer tous nos efforts. Face à cette épreuve, l’Eternel me donna une solution qui relevait du paradoxe pour l’intelligence humaine. Dieu demanda, d’une part, de m’habiller désormais en costume en dépit de tous mes problèmes et d’autre part, à chaque apparition publique, avant tout propos, je devrais Le glorifier de sorte qu’Il me sorte de l’épreuve élevé. C’est ce que je fis.
Alors que je Le glorifiais chaque fois que l’occasion m’était donnée, ma situation allait de mal en pire. Cependant, je continuai avec joie de glorifier mon Créateur.
C’est seulement en février 2008 que par la bouche de sa servante que Dieu me fit la promesse suivante : « J’ai brisé tes ennemis et je t’ai mis à leur place. ».
Dans l’attente de cette promesse, vu l’acuité de nos difficultés, le Ministre Dano Djédjé, dans sa quête quotidienne de solutions à nos multiples problèmes, proposa que nous fassions la paix avec l’instigateur de nos difficultés de sorte que le Président de la République nous aide dans nos activités. Tandis que, La Ministre Clotilde Ohouochi, pour les mêmes raisons souhaitait nous aider à rejoindre la galaxie patriotique.
Je ne cesserai jamais de bénir l’Eternel pour ces deux autorités dont le soutien ne nous a jamais manqué dans l’épreuve. Je ne ferai pas l’injure à la mémoire de notre lutte en oubliant la marraine de notre structure. Celle qui malgré nos handicaps avérés ou prétextés ne nous a jamais abandonné dans la tourmente. L’Eternel Dieu saura remercier cette dame de compassion et de justice qu’est madame Patricia Dano.
Malgré nos difficultés, nous avons subtilement décliné ces propositions. Nous avons poursuivi la promesse divine sans nous en détourner ni à droite ni à gauche. Sans aucun compromis, ni alliance quelconque, la promesse divine s’est réalisée dans la joie mais surtout dans la douleur et les larmes.

Après avoir tout accompli, l’Eternel me révéla ma nomination dans la nuit du 1 au 2 décembre 2010. Le 2 décembre 2010, je partis au plateau m’habiller comme tel en compagnie de deux de mes collaborateurs : Y.L Aimé et Kra Yao Claude. Je fus nommé le 7 décembre 2010 par le Président Laurent Gbagbo sans qu’il ne me connaisse en vrai.
Je fus ainsi nommé sans l’aide d’aucune main. Ce fut un décret divin, nomination scellée depuis les cieux qui fut exécuté par le serviteur de Dieu Laurent Gbagbo. Cette nomination fut à la gloire de l’Eternel et pour son œuvre. Je ne cesserai jamais de glorifier l’Eternel, le Dieu de mon élévation !!! Je marquerai à toujours ma reconnaissance au canal par Lui utilisé, le Président Laurent Gbagbo !!!
C’est de ce Dieu, grand et puissant dont j’ai éprouvé la fidélité dans l’accomplissement de ses promesses que je tire l’assurance de la victoire du bien sur le mal qui a enveloppé notre nation depuis la funeste date du 11 avril 2011.
Sachant que ce n’est que la marche par la Foi qui a fourni les résultats pré-cités d’une part et d’autre part que cette Foi, vient de ce qu’on entend selon l’apôtre Paul (Romain 10-17) , l’on serait tenté de demander quelle Parole guide ma course dans le désert de l’exil. En clair, quelle promesse a-t-elle été faite par l’Eternel pour justifier que je vive les rudes épreuves de l’exil avec assurance et joie ???

II- Promesse de l’Eternel du 11 avril 2011
Pauvre petit politique, homme simple, je ne suis pas un prophète. L’Eternel dans sa grande miséricorde me fait quelques rares fois grâce de petites révélations qui guident mes pas dans le monde si difficile de la politique. C’est ce qu’Il a pu me dire, qui fonde ma foi, mon attitude de politique depuis la honteuse date du 11 avril 2011 que je me dispose à livrer par sa volonté. Venant d’un homme simple, comme moi, la Parole se doit d’être profondément éprouvée. Toutefois, qu’elle le soit par l’Esprit exclusivement.
En effet, dans la nuit du 10 au 11 avril 2011 alors que les bombardements étaient les plus intenses sur la résidence du Président de la République, les yeux refusaient de se fermer ; désireux que nous étions de parler à l’Eternel. Mais nos multiples questions au Tout Puissant sur la situation restèrent sans réponse. C’est seulement aux environs de 3h du matin que l’Eternel par une vision me donna Esaïe 2 du verset 2 à 5 sans rien ajouter d’autre. A la lecture de ces versets bibliques, nous dansâmes de joie. Je ne manquai pas de partager cette joie avec certains ministres dont M. Koffi Koffi Lazare, Mme Anne Gnahouré pour ne parler que d’eux. Cette joie fut de courte durée car quelques heures après le Président de la République fut arrêté par les impérialistes occidentaux et leurs sbires.
Alors que ces versets semblaient promettre la restauration, ce fut la chute. La Parole m’a été donnée. Mais quelle en était sa révélation ??? Pas certainement celle vers quoi mon cœur s’est porté.
C’est dans la journée du 14 avril 2011 qu’il me revint par l’Esprit qu’en mi-mars, l’Eternel m’avait fait la grâce de me révéler notre chute. Cela m’avait même amené à rencontrer le Président Laurent Gbagbo le vendredi 25 mars 2011 à l’effet d’obtenir de lui un peu de moyen pour me prémunir contre les mauvais temps à venir. Ce, en présence de feu le ministre Franck Guei.
Après l’exercice de mémoire, je repris la lecture des versets bibliques révélés le 11 avril 2011. C’est alors que je perçus que c’était une promesse faite pour la suite des temps.
Ma foi en cette promesse de notre restauration fut approfondie dans la même nuit du 14 au 15 avril 2011 quand dans une autre vision je vis les recomptages des voix entre Alassane Dramane Ouattara et le Président Laurent Gbagbo assorti d’une victoire pour le dernier nommé. Pour ce fait, depuis la nuit du 14 au 15 avril 2011, il est clair dans mon esprit comme l’eau de roche que nous sortirons de ce combat sans aucun compromis et par le rétablissement de la vérité des élections de 2010. Ni le temps, ni les circonstances n’y peuvent rien.
Alors que le matin du 15 avril 2011 je n’avais pas encore finir de louer l’Eternel pour ses promesses, le serviteur de Dieu chez qui j’avais trouvé refuge vint à moi. Il m’informa que l’Eternel l’avait instruit de m’amener au Ghana le lendemain.
Par la grâce du Tout Puissant, celui-ci me déposa à Elubo la première ville Ghanéenne le 16 avril 2011. Partis d’une banlieue de la capitale, nous traversâmes Abidjan ainsi que les villes du tronçon menant à Elubo sans heurt en dépit des multiples contrôles des soldats pro-Ouattara en quête des dignitaires du régime Gbagbo à casser. Que gloire soit rendue à l’Eternel pour son serviteur !!!
Ainsi, commença mon exil ghanéen au cours duquel, l’Eternel me fera grâce d’être témoin de la délivrance de notre nation qu’Il a opérée.

III- Témoignage de notre délivrance
Je ne pourrai faire pour l’heure qu’un bref résumé de cette action grandissime du Tout Puissant. Le témoignage à la gloire de l’Eternel des Armées sera rendu dans sa totalité dans la Nouvelle Côte d’Ivoire.
La délivrance dont il s’agit ici est celle de la Côte d’Ivoire spirituelle, une représentation dans le spirituel de la Côte d’Ivoire physique qu’on connait. Elle fut créée par les mystiques à l’effet de mettre notre nation sous leur domination. De ce lieu, le monde des ténèbres influençait tous les compartiments de la vie de notre nation.
Cette œuvre satanique à l’encontre de notre nation a démarré selon les confessions en 1977. Elle a consisté principalement à mener bataille depuis cette date à notre pays. La Côte d’Ivoire a été vaincue puis apprivoisée spirituellement. Cette œuvre mystique fut achevée en février 2002.
Au terme de la ‘’victoire spirituelle’’ des Hommes des ténèbres, notre pays a été emprisonné, placé sous leur contrôle dans une petite maison. C’est cette maisonnette qui a été appelée la Côte d’Ivoire spirituelle.
Celle-ci était localisée dans la région centrale du Ghana dans un petit village fanty (une ethnie très proche des Baoulé de Côte d’Ivoire) dénommé Kormantse dans la commune de Salt Pond près de Cape Coast chef lieu de région.
Attaquée dans le spirituel depuis 1977, la nation ivoirienne a été vaincue et y a été emprisonnée par les mystiques en février 2002 avant d’être physiquement attaquée en septembre 2002 et vaincue le 11 avril 2011.
Alors que les mystiques s’attendaient à toutes sortes de répliques à l’exception de celle spirituelle, l’Eternel des Armées a d’abord reconquis sa nation spirituellement avant sa restauration physique prochaine.
Pour une meilleure compréhension de cette reconquête spirituelle, avant de donner les détails du combat épique mené par l’Eternel contre les ténèbres, nous nous ferons fort de décrire la marche vers la Côte d’Ivoire spirituelle et relater certaines conditions que nous avons dû remplir avant d’avoir ce privilège d’être témoin de cette manifestation de la puissance de l’Eternel.

1- Marche vers la Côte d’Ivoire spirituelle
Parti en exil au Ghana pour préserver ma vie et celle de ma famille, nous nous sommes retrouvés dans cette maison mystique sans aucun effort personnel. Ce fut une matérialisation de la souveraineté, de la suprématie, de l’omniscience et l’omnipotence de l’Eternel. Dieu s’était certainement résolu en toute autorité à détruire cette œuvre des ténèbres et nous avait choisi pour en être témoin et ce, sans notre avis.
Je suis arrivé en ce lieu par une succession d’humiliation digne du désert. Alors que je vivais en toute quiétude mon exil avec ma famille, en mars 2012, Dieu me demanda de quitter ma maison sans m’en donner les raisons. J’obtempérai.
Sans aucun sou, j’en partis avec ma famille. La maison abandonnée précipitamment en mars fut brulée par des inconnus en avril 2012 alors que le déménagement n’avait même pas encore été fait. Comme quoi, c’est à raison que la bible déclare que l’obéissance vaut mieux que le sacrifice.
Partie de notre maison, la famille a vécu séparée pendant quelque temps avant d’avoir une maison à Accra grâce à une bonne volonté. Le 9 juillet 2012, je fus contraint de quitter la maison à la demande de son propriétaire. Ce même jour, une amie à mon épouse ignorant pourtant nos déboires, l’appela d’Abidjan pour lui proposer une maison à louer à Salt pond, une ville dans la région centre du Ghana. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés dans cette ville en mi-juillet 2012.
Dans cette nouvelle maison, je reçus un couple de serviteurs de Dieu venu d’Abidjan avec deux messages. Ils nous informèrent que Dieu se marierait avec la Côte d’Ivoire le 11 Août 2012 et être venus nous chercher de sa part.
Le 11 Août 2012, la terre trembla en Côte d’Ivoire dans les régions de Jacqueville, Dabou, Grand Lahou,… . Certainement la manifestation du renouvellement de l’alliance de Dieu avec sa nation.
Pendant ce temps, avec nos hôtes, nous serons encore expulsés de la maison sans aucune raison. Nous nous retrouverons dans une autre maison dans la même ville. Nous en serons également expulsés violemment sans aucun procès au début du mois de septembre. Nous nous retrouvons dans une maison de transit à nous offerte pour une semaine par une parente à l’amie de mon épouse. Ce, dans un village proche de Salt Pond, la ville qui nous avait accueillis la mi-juillet. Ce village était celui de notre destination inconnue : Kormantse.
La recherche d’une maison à louer dans le village conduira la servante de Dieu et mon épouse à la fameuse maison. Leur effort pour l’acquérir s’est heurté à un mur de refus du propriétaire. Mais, contre toute attente, celui-ci viendra à nous le 8 septembre 2012 avec la clé en insistant sur le fait qu’il n’a pas dormi de toute la nuit du fait de l’Esprit de Dieu.
Le même 8 septembre 2012 nous entrâmes dans la maison. Nous fûmes heureux de constater que le salon était peint dans les couleurs du drapeau ivoirien. C’est seulement plus d’un an après que celui-ci sera révélé comme étant la Côte d’Ivoire spirituelle.
Nous sommes donc arrivés en ce lieu par la stricte volonté de l’Eternel. Une volonté qui n’a guerre tenu compte des nôtres.
Même à ses serviteurs, l’Eternel n’a pas révélé entièrement sa volonté. Alors qu’ils espéraient la délivrance physique de notre nation le 11 Août 2012 pour qu’ensemble nous y retournions triomphalement, l’Eternel renouvela son alliance avec la Côte d’Ivoire à la date indiquée par le tremblement de terre pour ensuite nous enfouille ensemble le 8 septembre 2012 dans notre commune ignorance à l’intérieur du temple démoniaque, sanctuaire du diable où notre nation était mise sous contrôle des ténèbres, baptisé Côte d’Ivoire spirituelle. Aussi, nous ont-ils amené du Ghana à la Côte d’Ivoire mais pas celle physique connue de tous comme nous l’espérions. Ils nous ont amenés à la Côte d’Ivoire spirituelle, le champ de combat de l’Eternel.
Ainsi, une succession d’humiliations a-t-elle abouti au privilège d’être témoin de l’Eternel dans son combat pour notre nation : Grace incommensurable ! Que toute la Gloire Lui soit rendue !
Toutefois, pour avoir la grâce d’être témoins du Tout Puissant, Celui-ci nous a donné de remplir plus involontairement que volontairement certaines conditions.

2- Conditions remplies avant être témoins de l’Eternel
L’Eternel nous a préparés à la bataille tout en nous maintenant dans l’ignorance du combat à venir. Il s’est agi de poser les pas les uns après les autres selon que l’Eternel nous l’indiquait en toute insouciance. Nous cherchions uniquement qu’à Lui être agréables.

En effet, sans que nous ne sachions ce qui nous attendait, les serviteurs de Dieu ont conduit, moi et ma famille dans une longue série de repentance qui a pris plus de quatre mois.
La repentance a été couplée de séparation. La séparation consistait, par l’Esprit, à se départir de certaines habitudes, de certains acquis, de certains amis, etc.
Après quoi, il s’est agi d’annoncer la bataille à venir à la demande de l’Eternel. Aussi avons-nous annoncé par la Foi cette bataille sans en savoir la nature. Les annonces démarrées le 17 juin se sont achevées le 5 septembre 2013.
Ignorant que ces annonces concernaient le combat spirituel, celles-ci ont été faites dans l’esprit de la délivrance physique vers quoi portaient mes envies. Aussi, mes envies ont-elles brouillé une fois de plus la révélation de la Parole !!!
Pendant que les annonces se faisaient, l’Eternel demanda qu’on lui fasse des vœux dans la perspective d’un triomphe sur l’ennemi. Ce que nous attendions faire pour Lui s’il nous redonnait notre nation. En relation avec les personnes indiquées ça et là, nous avions préparé lesdits vœux selon l’Esprit et les Lui avons présentés le 11 septembre 2013, date de son choix. A la présentation des vœux à l’Eternel, Celui-ci par la bouche de sa servante nous fit dit qu’Il agréait nos vœux et prenait la nation ghanéenne à témoin.
C’est seulement après, que Dieu nous annoncera qu’il sera avec nous le 7 novembre sans aucune autre précision. Nous avions tout espéré à cette date sauf une bataille spirituelle. Notre pauvre intelligence d’homme s’étant rapportée une fois de plus à une œuvre physique de notre délivrance en terre ivoirienne en ignorant même la réponse donnée à nos vœux par l’Eternel.
C’est ainsi que nous fûmes surpris par le combat spirituel brusque, violent au récit ci-dessous.

3- Combat de l’Eternel contre les ténèbres
Alors que nous espérions un miracle divin dans notre pays à la date du 7 novembre 2013, nous sommes surpris et pris au piège d’une violente bataille spirituelle à notre domicile.

Commencée dans la nuit du 7 au 8 novembre 2013, elle ne prendra totalement fin que le 2 mai 2015. Pendant cette bataille, plusieurs confessions des Hommes des ténèbres ont été enregistrées. Nous ferons un bref récit du combat avant de faire un petit résumé des confessions des Hommes des ténèbres vaincus par l’Eternel.

3-1 Bref récit de la bataille spirituelle
Aux dits des mystiques, la bataille en ce lieu a commencé depuis nos premiers jours dans la maison. Mais, celle-ci ne sera sue de nous qu’aux effets physiques.
En effet, dans la nuit du 7 au 8 novembre 2013 nous sommes sortis de notre sommeil à 2h, envahis de plusieurs milliers de fourmis noires. Aucun compartiment de la maison n’avait été épargné par nos visiteurs indésirables. Le comble, une grosse araignée venimeuse morte était au milieu d’un fort cercle de fourmis qui se tenaient à distance d’elle comme si celles-ci veillaient sur l’araignée. Réveillés, nous fîmes nettoyer la maison ignorant la dimension spirituelle de ce qui avait eu lieu.
Le 8 novembre 2013, l’une des voisines occupant l’appartement au-dessus du nôtre dénommée Afi s’est mise à confesser. Il convient de rappeler que nos deux appartements sont superposés en forme de duplex contigu à l’immeuble principal. Elle poursuivit ses confessions jours et nuits en essayant à chaque fois d’entrer dans notre maison. L’atmosphère devint lourde. Pour conjurer la situation, nous veillions en prière. Débutée la nuit du 8 novembre, les veillées de prière ne prendront fin que le 27 décembre 2013.
Pendant ce tacite couvent de peur, Dieu nous fit la grâce de commencer à parler régulièrement de façon audible à Isaac Elysée, le troisième fils alors âgé de 7 ans.
C’est à cette période que la nature de notre maison nous est révélée. Elle est présentée comme étant un temple mystique liée à la franc-maçonnerie. Le salon orange-blanc-vert n’est rien d’autre que la Côte d’Ivoire spirituelle conçue par les mystiques. Un lieu où sont enfouies les richesses ivoiriennes et d’où se prennent les décisions relatives à notre nation dans le monde mystique.
Les multitudes portes spirituelles d’accès à celle-ci seront mises à nu ainsi que la mer spirituelle qui s’y trouvait.
Après l’arrêt des veillées, Dieu organisa la délivrance de la maison par son serviteur Isaac Elysée. Ce fut une épreuve de feu. Feu spirituel et physique. La délivrance achevée, nous nettoyâmes physiquement la maison.
Au terme de la délivrance de la maison, le prophète conçut des fusils en papier qu’il présenta à l’Eternel sur une montagne le 02 janvier 2014. A partir de cette date, lui et ses ainés passaient leurs nuits à roder autour de la maison pour dit-il veiller sur celle-ci. Débuté à 19 H, c’est seulement après 3 H que les combattants de la liberté (appellation selon Dieu de l’équipe formée par les trois garçonnets) pouvaient avoir du repos.
L’activité aux dits du prophète consistait à sécuriser la maison contre ses visiteurs des ténèbres qui ne pouvaient plus y avoir accès direct par les portes mystiques. Les fusils en papier furent remplacés par des fusils à pétards payés à un cedis ghanéen (moins de 200 FCFA) chacun. Cette action de sécurisation de la Côte d’Ivoire spirituelle reconquise donnait souvent lieu à des combats visibles à l’œil nu du prophète Elysée contre l’invisible. Cette étape du combat a duré jusqu’au 31 Janvier 2014.
C’est à cette étape que Dieu fera grâce d’ouvrir les oreilles à mon plus grand fils nommé Emmanuel de sorte à comprendre celle qui confessait. Mlle Afi parlait en fanty et Dieu faisait grâce à Emmanuel d’entendre en français. Aussi, une communication s’est-elle établie entre elle et nous. De leur maison juste au-dessus de la nôtre, nous échangions avec elle depuis notre maison.
La date du 26 au 31 Janvier fut le moment de grandes confessions pour celle qui se présenta comme étant la reine des lieux. Mlle Afi parla de la Côte d’Ivoire physique et spirituelle, d’Alassane Dramane Ouattara (mystique de haut rang choisi depuis 1972 par ceux-ci pour gérer notre pays), de la chute de Laurent Gbagbo en 2011, de la reconquête du pays, etc. … . Nous y reviendrons.
Face à l’ampleur des confessions, les mystiques décidèrent de la faire évacuer pour la liquider physiquement le 31 janvier 2014. Dieu demanda qu’on fasse tout pour empêcher son évacuation forcée décidée dans le monde des ténèbres. Ce que nous fûmes à la surprise générale. Elle fut évacuée qu’après intervention de la police. Aussi, était-il désormais impossible à eux de la tuer.
Au terme de cette étape, les garçons eurent un court moment de repos avant de reprendre la bataille. Toujours conduits par Elysée, les combattants de la liberté poussés par l’Esprit ont commencé à faire de grands feux dans le village. Ce, entre 19H et 24H. Le prophète dira que les lieux où étaient faits les feux étaient des lieux de rassemblement des Hommes des ténèbres venant de partout le monde entier. Il était donc question pour eux d’attaquer les groupes avant leur débarquement.
Ils arrivaient que des personnes physiques s’opposassent farouchement à eux en vue d’empêcher que les feux se fassent. Mais, toujours sans succès. Différentes raisons étaient évoquées. Mais deux ont retenu mon attention. Un jeune homme s’est écrié un jour parmi ceux qui tentaient d’empêcher que le feu se fasse : « Ils tuent nos génies !!!». Une autre fois, une jeune dame venue à eux une nuit s’étonnait de leur ingratitude. Elle leur demandait comment est-ce qu’ils pouvaient être si méchants pour tuer ceux qui leur offrent gîte et couvert dans leur village. Je n’oublierai pas ces exclamations régulières de Mlle Afi : « Comment un groupe d’enfants peut-il être une si grande et puissante armée ?!».
La toute dernière étape du combat effectif s’est déroulée du 24 mars au 23 avril 2014. Pendant cette période, les combattants devaient tourner dans le village selon les orientations données par l’Eternel à partir de 2H du matin jusqu’à 5h au plutôt. Toutefois, il n’était pas exclu de les retrouver dehors la nuit avant 2 h selon que l’Eternel le décidait. Armés de leurs fusils à pétard, ils tiraient sur les toutes personnes spirituelles qu’ils pouvaient voir par la grâce de l’Eternel. Ce fut l’étape des ratissages selon le Prophète Elysée. Il eut beaucoup de choses insolites pendant cette période. Nous en parlerons un jour !!!
A un moment donné de cette étape, la bataille spirituelle se mua en un féroce combat physique. Alors qu’ils ne sortaient que les nuits et principalement à partir de 2 h du matin, ils reçurent l’ordre divin de flâner dans le village en pleine journée le 14 avril 2014. Cette petite balade diurne leur réserva une grande surprise. Pendant qu’ils discutaient avec une foule de curieux qui leur posaient des questions sur leurs tournés nocturnes, vint un enfant d’environ 9 ans. Son nom, Kofi. Il avait l’allure d’un vieux. Il était chauve avec des barbes et un ventre ballonné. A la vue d’Elysée, il se mit à crier. Voulant fuir, il est rattrapé par la foule. Tenu de force devant Elysée, Il se mit à confesser.
Nous ferons un résumé de ladite confession dans la suite du témoignage mais d’ores et déjà, il est bon de savoir qu’il s’est présenté comme étant le chef des gardiens des ténèbres sur la Côte d’Ivoire. Il annonça qu’ils se sont résolus à nous attaqués physiquement après leur défaite spirituelle.
Les menaces de petit Kofi sont mises à exécution le 19 avril 2014 pendant la célébration de la pâque. Cette date coïncidait avec l’enterrement de mon père décédé le 20 janvier plus tôt au pays. Les confessions expliqueront plus tard que cette date fut soigneusement étudiée et choisie de commun accord par certains des miens au pays en accord avec le monde mystique. Nous y reviendrons dans les confessions.
A la veille de cette date, un monsieur du nom de Quainoo Robert se mit à poursuivre mes enfants avec un gros bois pour les empêcher de tourner dans le village. Je me vis obliger d’intervenir afin que leur mission se fasse. Le lendemain 19, matin Dieu révéla à son serviteur Elysée que ce bois était le trophée final de toute l’action démarrée depuis le 7 novembre 2013. Aussi, devions-nous tout mettre en œuvre pour le lui arracher. Pour se faire, nous devions faire face à un groupe nombreux de personnes qui semblaient très déterminées à en découdre avec nous ce Samedi 19 avril 2014. Aux environs de 00 H, nous sommes violemment attaqués.
Nous prîmes le courage par la Foi de faire front. Moi et mes trois garçons contre une multitude. Immobilisé, les agresseurs essayèrent sans succès de me frapper à la tête avec le bois. L’intervention de mon épouse, pourtant enceinte, venue à notre secours changea la donne à notre faveur. Nous arrivâmes à nous dégager en emportant le fameux bois. Un bois dont la grande importance nous sera révélée des mois plus tard par Mlle Afi. Grièvement blessé, nous nous cloitrâmes dans notre maison que nous fermions à plusieurs tours. Malgré les multiples provocations des adversaires venus en nombre encore plus impressionnant, il n’eut aucune réaction de notre part. L’objectif étant déjà atteint.
Afin d’éviter toute surprise malencontreuse, j’invitai un frère à venir d’Accra en vue de récupérer l’inhabituel trophée. Ce qui fut faire à la première heure le dimanche 20 Avril 2014.
Parti au commissariat ce même jour porter plainte pour agression, coups et blessures volontaires, c’est moi qui suis arrêté. Dans une procédure en urgence, des agents de polices visiblement corrompus furent des exploits en vue de m’extrader. Pendant ce même moment, une pression tout à azimut est mise sur mon épouse en vue de déménager chez des parents vu que je devais être extradé.
L’Etat du Ghana informé, bloqua la procédure d’extradition en urgence enclenchée par le commissariat de Salt Pond. Toutefois, je demeurai en garde à vue tout le week end pascal sans le moindre soin. C’est seulement le mardi 22 avril 2014 après des interrogatoires à la préfecture de police de la région que je recouvrai la liberté.
Ce même mardi alors que j’étais entrain d’être transféré à Cape Coast, M. Essel mon propriétaire accompagné de trois personnes pénétrèrent de force dans ma maison qu’ils mirent sans dessus-dessous à la recherche de quelque chose qu’ils avaient de la peine à nommer. Mlle Afi révèlera plus tard qu’il était question pour eux de retrouver le bois et le toucher simplement en vue d’en retirer toute la puissance qui s’y trouvait.
Devenu libre le 22, c’est le 23 avril que je fis mon certificat médical. Ce, avec toutes les difficultés possibles. Difficultés révélatrices de la puissance de l’organisation des ténèbres en lutte contre l’Eternel. Heureusement que Jésus est toujours victorieux.
Ce fut avec grande surprise que les agents de police reçurent mon certificat médical ce qui dénotait de ma volonté à donner une suite judiciaire à l’agression. Toute chose qui les mettrait à nu. Ils furent soulagés quand j’annonçai ma décision d’abandonner la poursuite judiciaire. Pas parce que je le voulais ainsi mais plutôt l’Eternel qui combattait avait prévenu que tout s’arrêterait le 23 avril 2014.
Après cette date, ce fut, le grand repos, un calme total. Il a fallu attendre la mi-mai pour que l’Eternel demande de ramener le trophée à la maison. Ce qui fut fait le 27 mai 2014.
Revenu, le bois ou trophée fut soumis à plusieurs traitements à partir du 31 mai 2014 dans le salon de la maison ou Côte d’Ivoire spirituelle. Après quoi, l’Eternel ordonna qu’on conçoive une couronne au trophée à l’aide des pailles. Une fois fait, Dieu ordonna qu’on célébrât les combattants victorieux et la coupe les 05 et 6 juin 2014 avant de célébrer sur 8 jours du 7 au 14 juin 2014 l’entrée de Jésus à Jérusalem. Au terme des célébrations le trophée muni de sa couronne fut accroché au mur. On la couvrit sur ordre divin d’un pagne de couleur bleu-ciel.
C’est seulement en mars 2015 que Dieu entreprit d’achever le traitement de la coupe. Cette fois-ci, dans la chambre. Peinte en couleur Ghanéenne, elle est représentative du Ghana. Après un long moment de traitement, le 2 mai 2015, Dieu déclara avoir retiré du bois ce qui s’y trouvait. Dès cet instant, le bois devint un bois quelconque que nous déshabillâmes de sa couronne avant de le délaisser.
Mlle Afi expliquera par la suite que ce bois contenait l’âme de M. Alassane Dramane Ouattara qui fut ainsi capturer le 19 avril 2014 alors les mystiques tentaient de la changer contre une âme saine et plus jeune. C’est celle-ci qui fut enlevée par l’Eternel le 02 mai 2015. Nous y reviendront dans les confessions. Lesquelles confessions ne seront que juste des résumés.

3-2 Résumés des confessions des mystiques
Des multiples confessions des mystiques vaincus par l’Eternel ont été enregistrées, nous ne retiendront que celles de trois personnes dont Mlle Afi, Petit Kofi et une dame qui confessa le 27 Août 2014.

Ø Confessions de Mlle Afi  

Comme indiqué plus haut, l’intervalle du 26 au 31 janvier 2014 fut un moment de grandes confessions pour celle-ci avant sa délivrance extraordinaire par Jésus Christ de Nazareth. Toutefois, elle donnera encore beaucoup d’autres informations en toute lucidité après sa conversion à Christ.
Ces confessions ont concerné, elle-même et sa confrérie, notre maison et les voisins impliqués directement dans la bataille, Alassane Dramane Ouattara, ma famille nucléaire et élargie dans le combat, la chute du Président Gbagbo, la reconquête de la Côte d’Ivoire par l’Eternel, … .

D’elle-même et sa confrérie
Elle se présentait comme étant la reine d’une puissante confrérie locale de sorcellerie de blanc pour parler de la franc-maçonnerie au service du nouvel ordre mondial. Initiée depuis sa tendre enfance, à 28 ans elle était dotée de puissants pouvoirs mystiques qui lui conféraient son rang de reine. Elle et sa confrérie avaient été choisies pour prendre soin de l’âme de M. Alassane Dramane Ouattara.

En fait, la Côte d’Ivoire spirituelle en plus d’être un lieu où tout se décidait relativement à notre nation, elle était aussi une clinique spirituelle pour Ouattara. Aussi, devait-elle tout mettre en œuvre afin que les organes malades de celui-ci soient régulièrement changés par ceux des bébés que lui fournissait sa maman sage-femme dans la maternité d’un hôpital du même village.
Par ailleurs, aux dits de Mlle Afi, l’impossibilité de le traiter en décembre 2013 et janvier 2014 avait conduit à une grave dégradation de son état de santé au point de nécessité une opération chirurgicale naturelle. Aussi, urgeait-il que cette âme précieuse à leurs yeux soit changée contre une âme plus saine. Ce, par un procédé très particulier. La mienne fut choisie de sorte à régler deux problèmes d’un coup : la question sanitaire de Ouattara et l’expulsion de ma famille de la fameuse maison.
C’est cette opération ultime de sauvetage qui s’est déroulée le 19 avril 2014. Elle fut soldée par un autre échec. Pire, l’âme si précieuse au monde mystique fut capturée dans la fameuse coupe.
En outre, Mlle Afi se déclarait comme un farouche anti-christ qui trouvait un réel plaisir à attaquer les églises et leurs leaders. Aussi avait-elle fait tomber plusieurs hommes de Dieu dans la sous-région dont les noms étaient soigneusement consignés dans un gros cahier qu’elle ne manquait pas d’exhiber avec fierté.
Elle expliqua également que l’attaque de la nuit de 7 novembre 2013 fut préparée minutieusement avec l’implication de nombreux mystiques de haut rang. Elle conduisait l’opération. C’est à cette occasion qu’elle fut frappée par l’Eternel et son salut résidait à dévoiler son camp. Elle était l’araignée qui conduisait l’armée mystique.
Le 02 juin 2014, elle nous annonça avec joie qu’elle avait été délivrée de l’emprise du diable de façon miraculeuse. Alors qu’elle était à Cape Coast pour des shoppings, elle sentit une fatigue. Partie s’asseoir sur un banc pour récupérer, elle dormit quelques 5 petites minutes. A son réveil, elle avait été visitée par Jésus. Elle avait perdu tous ses pouvoirs. La nuit, il lui fut impossible de sortir de son corps. Depuis, cette date, elle confesse la royauté de Christ, glorifie Jésus Christ, le Dieu de sa délivrance. Un Jésus d’amour qui ne manque pas dit-elle de la défendre chaque fois qu’elle est attaquée par ses anciens partenaires… .

De notre domicile et les voisins
Elle expliqua que leur maison et la nôtre, sous forme de duplex à l’écart de l’immeuble principal, constituent le palais royal. La leur, est la résidence de la reine pendant que la nôtre est leur sanctuaire, le temple. Elle révéla que notre maison était sur écoute et surveillée par des cameras mystiques. Aussi, rien n’y est caché. Tous nos propos sont transcrits et transmis systématiquement à chacun d’eux en fanty.
Elle rappela que l’immeuble et nos résidences ont été bâtis par de l’argent reçu en main propre de satan par M. Emmanuel Kojo Buabeng Essel, notre propriétaire.
Selon elle, M. Essel n’est rien d’autre qu’un puissant agent du diable malgré son appartenance aux ‘’témoins de Jehova‘’. Elle le présenta comme un puissant mystique au rang des quinze premiers mystiques au monde. Pour maintenir son statut, il se doit de sacrifier 7 personnes par an après avoir sacrifié son unique frère ainsi que sa capacité à procréer.
Etant propriétaire d’une grosse église à Accra, les âmes sacrifiées sont souvent issues de son église ou de ceux à qui ils donnent régulièrement de l’argent. Surtout, que l’argent, il en a à provision. Il lui suffit d’une prière nocturne avec trois petits cauris pour multiplier les billets de banque.
C’est d’ailleurs par cette pratique qu’il reçoit sa part de butin de guerre après avoir pris le contrôle des nations contre lesquelles ils livrent bataille.
En plus, M Essel est l’œil et l’oreille de satan dans la Côte d’Ivoire spirituelle. Il y veille sur les intérêts de lucifer à qui il rend compte régulièrement.
M Essel était très lié dans l’immeuble à deux locatrices. La sage-femme, mère de Mlle Afi prénommée Agnès et Mlle Justina. La mission d’Agnès, étant déjà connue, nous ne parlerons que de celle de Mlle Justina. Complice parmi les complices d’Essel, elle enseigne la Bible à l’Ecole normale. Un poste qu’elle a obtenu par la grâce des mystiques. Pas mariée dans le physique, la vieille demoiselle est au fait la femme d’un esprit malin dont la tête est corbeau et disposant d’une queue.
Son rôle est de recruter pour le diable surtout parmi les petits enfants en quête de Dieu.
Dans le combat, Mlle Justina devrait être proche de nous pour mieux nous connaitre et par un semblant de générosité nous porter des coups dans le physique par des dons préparés mystiquement. Aussi, un jour, nous donna-t-elle un bidon de 20 litres d’eau à l’ œil nu mais qui était du sang humain pour nous envouter dès les premiers instants. Selon Mlle Afi, sous ses yeux spirituels, l’Eternel avait transformé le sang humain en eau limpide quand mon épouse avait touché le bidon. Sans en avoir la révélation exacte, l’Eternel avait présenté à la prophétesse qui nous avait conduits dans la fameuse maison cette eau comme étant l’eau de Mara (exo 15-23).
Mlle Afi fit une révélation troublante sur une veuve habitant juste à proximité de notre immeuble. Celle-ci, du nom d’Apo avait perdu son fils unique alors que la bataille avait lieu. Elle passait son temps à le pleurer de nuit comme de jour. Mlle Afi révéla qu’elle avait livré son unique fils pour être tué pour les besoins du combat. Le combat étant très difficile, il fallait rééditer le sacrifice historique que la reine Abla Pokou avait fait lors de la migration des baoulé actuels du Ghana vers la Côte d’Ivoire. Un sacrifice qui continuait de donner dans le spirituel un droit aux fanty dans le dossier ivoirien. Ceux-ci étant considérés comme les ascendants des baoulé ivoiriens. Le sacrifice n’ayant point porté le résultat escompté, elle n’eut que ses yeux pour pleurer. Elle avait perdu ainsi, son unique fils, la promesse d’élévation dans la confrérie et la Côte d’Ivoire dont la gestion faisait leur fierté. Pire, aux dires de leur reine, elle est morte au combat.
De plus, Mlle Afi nous informa que notre maison était également leur lieu de rassemblement avant d’aller à la mer physique par le biais de la mer spirituelle qui se trouvait dans notre salon. Ils arrivèrent dans leur temple en venant de par le monde. Ce, par les multiples portes ou par d’autres procédés mystiques… .

De ma famille nucléaire et élargie
Elle révéla comment le monde spirituel c’était organisé pour empêcher que Elysée ne voit le jour. Promis qu’il était à troubler le monde des ténèbres. Elle expliqua l’implication de certains parents très proches et une ‘’religieuse‘’ que nous vénérions. Ce, avec les détails les plus infirmes de la répartition des tâches. Les mystiques n’ayant pas la possibilité d’être omniprésents, ils procèdent par infiltrations pour avoir toutes les informations. Aussi, pour montrer qu’ils nous connaissaient grâce à un travail d’infiltration bien menée, elle donna des détails effarants de notre vie depuis la naissance d’Elysée.
Confessant la puissance de Jésus, elle rappela qu’elle avait donné du coca-cola empoisonné à la bile de caïman à Elysée et sa petite sœur Grace Ester. Ceux-ci l’avaient bu sans aucun effet à sa grande surprise.
De plus, elle indiqua que l’attaque du 7 au 8 novembre 2013 avait pour cible principale Grace-Ester pour des raisons que je dirai une autre fois.
Pour le choix de la date du 19 avril 2014 comme celle pour enterrer mon père et m’attaquer fut le fruit d’une profonde réflexion. D’abord la pâque pour rééditer la mort du Christ (point de vue des mystiques) que je dis servir d’une part. D’autre part, enterrer mon père ce jour serait un moment de grande peine et de faiblesse. Aussi, serais-je plus vulnérable. Ceci ne fait qu’attester la forte implication de certains des miens dans le combat du diable.
Toutefois, j’en demeure heureux. Ce d’autant plus que, c’est à raison que tous issus d’une famille d’idolâtres que notre ignorance de la puissance de Jésus nous amène à Le tester. Depuis 2006 avant qu’il ne naisse, ceux qui ont eu l’avantage d’attaquer en continu un innocent sur lequel est invoqué le nom de Jésus ont certainement découvert que la puissance de Jésus Christ est illimitée. Chacun ayant eu à expérimenter Jésus Christ, il nous est loisible de choisir en toute connaissance de cause le Dieu à adorer. Je garde la joie que de ces expériences les miens se libèrerons des liens du diable dont la faiblesse a été étalée à tous égards pour qu’ensemble nous élevions le Tout Puissant. Ainsi, aurons-nous Jésus Christ pour espérance commune… .

D’Alassane Dramane Ouattara
Il fut présenté comme un mystique, franc-maçon de haut rang, pion important du nouvel ordre mondial. Burkinabé, il fut choisi depuis 1972 pour diriger la Côte d’Ivoire afin qu’il soit créé une classe dirigeante peu attachée à la Côte d’Ivoire de sorte à faciliter son exploitation.
Elle rappela que plusieurs pays sont sous leur contrôle. Aussi, reçoivent-ils de ces pays de lourds tributs. Concernant la Côte d’Ivoire, Mlle Afi révéla que Ouattara a l’obligation de verser au monde des ténèbres la moitié des ressources du pays. Ce qui explique selon elle les multiples difficultés financières au point d’hyper endetter la Côte d’Ivoire malgré sa grande richesse. Pire, il est contraint de tout vendre. Les acheteurs sont prioritairement les francs-maçons.
Elle rappela par ailleurs que M. Ouattara a une pleine conscience de sa défaite. Scellée dans le spirituel, il sait que son temps est compté et ce temps n’est plus sous le contrôle des mystiques mais dépend exclusivement de l’Eternel. Son âme récupérée par Celui-ci, Il pourrait décider de son sort à tout moment… .

De la chute du Président Gbagbo
Elle révéla que leur objectif lors de la chute de Gbagbo était de le tuer comme Kadhafi. Mais, sa sortie de la ruine de sa maison en vie fut une grande surprise et troubla leur monde.

Alors que nous récriminions contre les nations comme le Burkina Faso, la France, le Nigeria et autres comme étant à l’origine de la chute du régime que les ivoiriens s’étaient démocratiquement donnés, elle révèlera que c’est plutôt le Libéria qui fit tomber le régime Gbagbo.
En effet, la puissance de Dieu était tellement forte sur la Côte d’Ivoire en dépit de tout ce qui avait été fait qu’ils commencèrent à désespérer. Conscient que Dieu ne donnera jamais sa gloire aux idolâtres, le monde des ténèbres suscita l’implication des idolâtres libériens dans le conflit. De sorte que ceux-ci bardés de toutes sortes de gris-gris se sont retrouvés au cœur du combat dans les derniers moments. Selon Mlle Afi, c’est la présence massive d’idolâtres et d’idoles au lieu où était attendu la gloire de Dieu qui poussa l’Eternel à laisser la Côte d’Ivoire tout en préservant la vie de son serviteur Laurent Gbagbo. Par conséquent, elle a fini en exhortant la Côte d’Ivoire à aller à sa délivrance le moment venu sans libériens, béninois ni togolais. S’ils devaient s’y retrouver que ce soit à leur propre initiative qui n’engage en rien l’Ivoirien… .

De la reconquête de la Côte d’Ivoire
Elle fit un récit du combat spirituel qui a abouti à la délivrance de la Côte d’Ivoire. Une guerre d’une horreur indescriptible. Selon elle, la guerre a débuté de façon anodine. Elle a fait de milliers voire des millions de morts. Elle s’est arrêtée subitement au bout de 7 jours. Elle expliqua que beaucoup des leurs sont morts. Aussi a-t-elle insisté sur le fait qu’au moment de la délivrance physique de la Côte d’Ivoire il arrivera quelque chose d’inhabituelle dans leur village : presque toutes les maisons pleureront ensemble leurs morts. Des personnes tombées au combat.
Elle dit avoir participé à ce combat pour le compte du diable. Elle confesse que les ténèbres ont été vaincues et bon nombre de ses agents sont morts et n’attendant le jour de Dieu pour l’aurevoir terrestre. Elle ne manqua pas d’exprimer sa joie à ne pas être au nombre des morts. Ce, par pure souveraine grâce de l’Eternel.
Enfin, selon elle et tenant compte des dispositions règlementant l’interaction spirituel-physique, la défaite ayant été consommée dans le spirituel, les ténèbres conduites par Ouattara en Côte d’Ivoire sont vaincues et aucune réversibilité n’est possible. Il est attendu juste le temps de Dieu pour la matérialisation de cette victoire divine.
Aux dires de la demoiselle, de l’ancienne Côte d’Ivoire est née la Nouvelle Côte d’Ivoire totalement libre. Une nation immensément riche dont des ressources naturelles actuelles voilées par l’Eternel seront révélées. Une nation qui sera une vitrine en Afrique mais malheureusement renfermée sur elle-même et d’accès très difficiles aux étrangers. Ses jeunes ne sortiront pas pour les études mais plutôt, ceux des autres nations y viendront en masse pour acquérir la connaissance.
Quant à son Président Laurent Gbagbo, il sera un mythe que tout le monde voudra voir et toucher… .

Ø Confessions de Petit Kofi (14/04/2014)
Quant à petit Kofi, le chef des gardiens des ténèbres sur la Côte d’Ivoire, il s’est dit être un enfant de 9 ans de teint noir le jour mais un vieux blanc de plus de 70 ans la nuit. Ce qui explique son apparence physique de vieux. Cet enfant qui n’avait jamais été à l’école ni sorti de son village s’exprimait très bien en français.
Lors de la confrontation avec le prophète, suppliant celui-ci de ne pas tirer sur lui, il confirma la délivrance de notre nation et de son président Laurent Gbagbo. Aussi, s’étonnait-il qu’Elysée et ses frères continuaient à les tuer.
L’Eternel ordonna à son serviteur Elysée de déposer son arme sur la table afin que l’autre la soulève. Une épreuve qu’il ne reçut pas. Alors que tous les autres voyaient un jouet, il se mit à expliquer les atouts invisibles de l’arme. Une arme capable de tuer un nombre incalculable de personnes d’un coup quelque soit le lieu où ceux-ci se trouvent.
Dieu demanda que la crosse du fusil lui soit présentée. A la surprise générale, il détecta sur celui-ci ce à quoi nous n’avions jamais fait attention : le dessin d’un aigle royal. Il rappela que c’est ce qui fait la puissance du fusil. C’est cet aigle qui déversait le feu sur eux et sur la Côte d’Ivoire selon petit Kofi. Il indiqua que celui-ci est sur le drapeau de la nouvelle Côte d’Ivoire.
Petit Kofi expliquait en sanglotant pratiquement, pleurant leur perte, combien de fois la nouvelle Côte d’Ivoire était riche. Une Côte d’Ivoire dont les richesses encore cachées seront révélées grâce à l’Eternel après qu’Il l’ait délivrée.
Il n’a pas manqué de revenir sur les efforts vains des ténèbres contre Elysée avant même sa naissance. Il expliqua en outre comment avec l’aide de parents intimes, tout a été mis en place pour m’assécher financièrement de sorte à retourner au pays sans arriver à leur temple. Dans cette optique, ils n’ont pas manqué de détruire le foyer d’une jeune dame au grand cœur résidant en Angleterre qui me soutenait énormément dans mon exil.
Par ailleurs, c’est ce petit vieux qui nous annonça l’attaque physique en préparation contre nous. Il avait présenté l’attaque physique comme étant leur dernier recours après leur défaite spirituelle… .
Les jours qui suivirent sa confession, petit Kofi changea d’apparence. Le ventre redevint normal, les cheveux poussèrent sur sa tête chauve et ses barbes disparurent. Il devint comme les autres enfants de son âge.
Mlle Afi nous dira plus tard que celui-ci aussi avait perdu tous ses pouvoirs mystiques après sa confession et aurait rencontré le Seigneur Jésus.
Rencontré des mois plus tard sur la plage du village, nous fûmes surpris de la joie avec laquelle petit Kofi nous parla de l’amour de Jésus.

Ø Confessions du 27 Août 2014
Alors que l’Eternel avait déclaré les confrontations achevées le 23 avril 2014, dans la nuit du 26 au 27 Août 2014 un groupe de mystiques tenta à un degré moindre une opération surprise identique à celle de la nuit 7 au 8 novembre 2014. La réaction de l’Eternel fut brusque et violente car, selon Mlle Afi, quand Dieu décrète une issue de bataille, même le mystique se devrait d’obéir. Par conséquent, le leader du groupe une dame fut frappée instantanément. Le lendemain, en partie nue, assise à même le sol en plein-air dans le village, elle expliquait à qui voulait l’écouter comment notre Jésus avait vaincu leur dieu.
NB : Concomitamment à cette bataille spirituelle, le propriétaire de la maison depuis la date du 30 novembre 2013 a fait tout pour le tout au plan physique afin de nous vider de sa maison à problèmes.
Sa première tentative fut de nous proposer le 30 novembre 2013 une maison plus spacieuse et luxueuse gratuite à Salt Pond. L’eau et le courant devraient y être gratuits. M. Essel s’étant proposé de tout payer généreusement. Une option que nous déclinâmes respectueusement.
Après la première tentative infructueuse, il entreprit de nous intimider et nous imposer l’arrêt des veillées de prière. L’insuccès dans cette entreprise l’obligea à venir à nous physiquement le 2 décembre 2013 aux environs de 2 H du matin pour ordonner que nous arrêtions la prière au prétexte de gêner les autres locataires. Ce fut également un échec vu que la majorité de ceux-ci prit fait et cause pour nous au regard des confessions publiques de Mlle Afi.
A la suite, il engagea une procédure en expulsion de ma famille de sa maison. Pour clore l’une de ses nombreuses procédures, avant notre expulsion, l’Institution chargée de régler les conflits de location (Rent Control), décida de venir voir de visu ce qui se passait vu que nos auditions relevaient de contradictions profondes. Deux jours avant le jour indiqué pour la visite, l’Éternel ordonna à Mlle Afi de révéler au public dans les détails la nature de M. Essel. Ce qu’elle fit de nuit comme de jour. Informé, le propriétaire qui était pourtant demandeur de l’expulsion ne put venir. Je continuai ma location contre son gré.
C’est finalement, un long procès au tribunal de la commune de Salt Pond qui nous départagea. Nous quittâmes la maison le dimanche 31 mai 2015 avec la satisfaction d’une mission parfaitement accomplie.
Frères et sœurs, voici en quelques lignes un bref résumé des grandes choses que l’Éternel notre Dieu a pu bien faire dans le processus de la reconquête de notre nation combattue, vaincue et mise sous la domination des mystiques franc-maçonniques de tout acabit le 11 avril 2011.
Pourquoi, l’Éternel choisit-il ce moment pour que ce témoignage soit porté à la connaissance du peuple ivoirien ??? Je ne puis donner moi-même un début de réponse !!!
Toutefois, j’ai foi en la Parole qui déclare en Apocalypse12-11 : « Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage,… ». Sachant que depuis Golgotha, le Sang de Christ a coulé pour cette nation qu’il s’est choisi, je ne suis pas loin de croire que ce témoignage soit annonciateur de la honte, la déchéance des ténèbres qui enveloppent notre pays.
Après cette victoire spirituelle confessée de la bouche des mystiques eux-mêmes, nous sommes en droit d’espérer la manifestation physique de cette délivrance de sorte que soit mis fin au martyr dont souffre le peuple ivoirien depuis le 11 avril 2011.
Vu que la bible déclare que ce qui est scellé dans les cieux (dans le spirituel) ne manque jamais d’arriver sur terre, nous considérons la délivrance effective de notre nation déjà acquise au nom de Jésus Christ.
Par ailleurs, ils seront nombreux ceux qui se demanderont : « A quand enfin la manifestation physique de cette gloire de Dieu dans notre nation en décrépitude ? ».
Une telle question ne peut être que légitime dans une nation où malmené par le diable sans aucun recours, avec le cœur meurtri, l’âme en peine, chacun se voit obligé de faire semblant d’être heureux pour sauver sa pauvre vie.
Cependant, souffrez que je réponde comme notre Seigneur Jésus Christ à ses apôtres dans l’Actes des Apôtres, livre 1 verset 7 : « … ce n’est pas à vous de connaitre les temps ou les moments que le père a fixés de sa propre autorité».
Surpris que je fus par le début de la manifestation de la puissance de l’Éternel dont je suis riche du témoignage aujourd’hui, je demeure convaincu que Dieu nous surprendra encore agréablement quant à notre délivrance physique.
A ceux qui s’impatientent dans l’attente du rétablissement du règne de Jésus en Côte d’Ivoire, je dirai que l’Éternel ne tarde pas dans l’accomplissement de ses promesses comme quelques-uns le croient mais Il use de patience envers nous, ne voulant pas qu’aucun ne périsse, mais voulant que tous arrivons à la repentance (2 Pi 3-9).
Cependant, alors que l’Éternel t’annonce l’accomplissement de ta délivrance qui n’attend que d’être manifestée sous peu, il me plait de poser une seule question au peuple ivoirien: « Sommes-nous déjà rendus dignes d’être témoins de l’instauration si proche du règne de Jésus Christ dans notre nation ?». Si oui, soyons en bénis !!! Si non, hâtons-nous pendant que la promesse d’entrer dans le repos de Jésus subsiste encore de sorte que dans pas loin, il ne soit trop tard !!!
Que l’Eternel notre Dieu nous garde !!!

Fait le 05 janvier 2016
Le Ministre Charles Rodel Dosso

Un illuminati membre de la secte d’Alassane Ouattara se déchaîne et parle enfin !

Un illuminati membre de la secte d'Alassane Ouattara se déchaîne et parle enfin ! dans Actualité illuminati2-1-300x218Je ne vous déclinerai pas mon identité, juste un pseudo et vous savez pourquoi. Mais le plus important est ce qui va suivre.
 
 
 
 Les Africains, particulièrement les Ivoiriens puis les Libyens ignorent le fond de leurs malheurs. Oui ce qu’ils subissent ne date pas de maintenant comme vous vous en doutez.
Ceux qui ont tiré et continuent encore de tirer les ficelles des crises et guerre en Afrique et ailleurs ont tout planifié en attendant le faux pas des leaders comme Laurent Gbagbo et Mouammar Kadhafi. Nous allons ensemble survoler le cas libyen mais aller en profondeur sur le cas ivoirien. La communauté de la haute finance (dirigée et contrôlée par les
hommes gris/les illuminatis) dont je faisais partie a une règle simple l’argent et encore gagner de l’argent…
 
iluminati dans Songes et Révélations sur la cote d'Ivoire
 
 
Concernant le plan des illuminatis( dont font parties le CFR, la Commission trilatérale, le mouvement Skrull & Bones, les francs-maçons, la rose croix, ect…) le choix qui s’est porté dans les années 1970 sur Allassane Ouattara depuis qu’il était étudiant en Pennsylvanie aux Etats-Unis avait pour but de remplacer Félix Houphouët Boigny lorsque celui-ci serait vieillissant ou mourant. Nous avons à travers François Mitterrand poussé la création du multipartisme dans l’Afrique francophone. Objectif préparé 18 ans plus tôt, afin de remodeler l’espace politique africain.
 
 
 
Nos experts ont déduit que l’application du multipartisme nous permettrait de remplacer la vieille garde politique par une nouvelle.
Pour y arriver il fallait faire chuter les cours mondiaux du cacao et autres matières premières. Ceci pour créer une crise économique et provoquer la colère populaire, pour finalement aboutir au pluralisme d’opinions qui fragiliserait les présidents d’alors qui étaient adulés et respectés comme Houphouët-Boigny. La haute finance n’a pas d’état d’âme. Notre système couvrait les dérapages et crimes de ce dernier (Houphouët-Boigny) tant qu’il nous était utile et en bonne santé. Mais ce dernier ayant découvert trop tard la manoeuvre, a tout fait pour ne pas permettre à Alassane
Ouattara d’être au pouvoir. Il a modifié la constitution afin de permettre à Henri Konan Bédié de venir aux affaires bien qu’il soi mal aimé de la population qui voyait en lui un héritier dynastique.
 
 
Cette situation d’antipathie d’une bonne partie du peuple nous donnait le temps de préparer la chute de Bédié qui s’est avéré un homme faible. Il nous fallait tout simplement jouer sur la fibre ethnique et religieuse pour placer Ouattara au pouvoir quelque soit celui qui était en face.
 
 
 
Créer subtilement le Rdr et en faire un parti ethnique avec des militants que nous savions pour la plupart peu instruits ou analphabètes a été d’une aisance modèle, car plus faciles à manipuler. Nous y reviendrons plus loin. Ouattara étant présenté comme victime par nos médias (Cfi, Tv5, Rfi…), il devint facile de manipuler les militaires ivoiriens du nord tel Ibrahim Coulibaly dit « IB », Issiaka Ouattara, Oumar Diarrassouba etc. Objectif : saisir une situation et créer un mouvement de révolte, placer un homme lige pour une transition et aboutir à une élection truquée comme plus tard en
novembre 2010. Bédié entretemps tombé le 24 Décembre 1999, le Général Guéï est placé provisoirement à la tête du pays mais plus tard, ce denier retournera sa veste. Deux tentatives de coup d’état contre lui échouent, puis, Laurent Gbagbo vient aux affaires suite à une élection controversée. Nous avons été surpris par la réaction populaire qui a permis de rendre à Gbagbo sa victoire. L’arrivée au pouvoir de cet homme (Gbagbo) que nous avons par l’entremise de Ouattara tenté de supprimer en 1992 lors de la marche de l’opposition du 18 Février de ladite année a fait trembler la HAUTE FINANCE SATANIQUE comprenant LE CLUB DE PARIS, LE FMI, LA BANQUE MONDIALE, LE CLUB DE ROME etc… Le plan pour l’éliminer fut secrètement mis au point en attendant une occasion dorée qui s’est présentée lors de cette marche (18 février1992). Mais l’humanisme des gendarmes d’alors a gêné la mise à mort de l’homme.

 illu

Certes, nous voulions une opposition contre le pouvoir Houphouêt afin de l’affaiblir puis le remplacer, mais nous ne voulions pas d’une opposition puissante comme le Fpi avec un leader aussi charismatique qu’incontrôlable comme Gbagbo. Un tel homme au pouvoir suite aux élections de 2000 n’arrangeait pas les affaires des banquiers et les chocolatiers internationaux guidés par les hommes gris (illuminati). Laurent Gbagbo, un homme qui n’est pas esclave de l’argent et de luxe démesuré est un poison pour ceux qui l’ont finalement eu le 11 Avril 2011.
 
 
 
Gbagbo arrive au pouvoir et découvre que le pays dont il tient les rênes n’est pas réellement indépendant, mais pire, les richesses du pays appartiennent à la France qui les gère pour les intérêts de la communauté internationale dirigée par les illuminatis.
 
 
 
Il décide alors de tout remettre à plat concernant les relations entre son pays et la France.
 
 
Tout l’argent de corruption à lui offert par les pontes du pouvoir financier français est directement versé dans les caisses du trésor ivoirien. Car disait-il, c’est l’argent des ivoiriens. Crime de lèse majesté pour les financiers occidentaux, car on ne refuse pas impunément les offrandes de gens qui ont toujours procédé ainsi pour avoir la mainmise sur les dirigeants et les richesses des pays du sud. Non seulement l’élection de Gbagbo nous a surpris, mais il commet le crime d’être incorruptible. Il fallait s’en débarrasser le plus vite possible. Janvier 2001, première tentative qui échoue par précipitation.
 
 
 
Septembre 2002 fût préparé au Burkina Faso avec l’appui de Blaise Compaoré, franc-maçon de catégorie esclave, franc-maçon soumis qui respecte les règles criminelles de la cause.
 
 
Entrainements intensifs des militaires exilés ivoiriens qui échoueront miraculeusement le 19 septembre.
 
 
 
Mais tout est réorganisé pour partitionner le pays puis le conquérir petit à petit afin d’affaiblir le pouvoir Gbagbo insoumis, panafricaniste et nationaliste. Mais les combats sont meurtriers malgré le faible équipement des militaires loyalistes. Une ruse est parallèlement organisée pour neutraliser Gbagbo.
 
 
1- Mise sur pied par la DGSE française d’un commando afin d’assassiner des personnalités plus ou moins importantes (le comédien Camara dit « H », le Docteur Dacoury frère du rebelle Dacoury Tabley, Guy André Keiffer etc…) pour faire accuser Gbagbo avec des supposés escadrons de la mort fabriqués de toute pièce par les services secrets français.
 
 
 
2- Les accords de Marcoussis pour le dépouiller de son pouvoir gênant. Là encore Gbagbo se montre habile politicien et déjoue tous les pièges qui lui sont tendus.
 
 
 
L’armée ivoirienne qui se rééquipe ne rassure pas les intérêts occidentaux car les soldats loyalistes commencent à surmonter leur peur et prêts à broyer du rebelle afin de libérer le pays. Voyant la supériorité militaire loyaliste se forger et gagner du terrain, un traité de paix est provoqué et signé pour stopper la belligérance.
 
 
 
Comment stopper les achats d’armes que Gbagbo opérait, telle devenait l’objectif à court terme pour les illuminati.
 
 
 
Nos experts composés de la DGSE française, de la CIA américaine et du Mi5 britannique en liaison avec les services secrets burkinabé, maliens et sénégalais se mettent au travail pour trouver une solution afin de verrouiller militairement l’armée loyaliste appelée FDS-CI.
 
 
 
La première trouvaille est une marche organisée par l’opposition en Mars 2004. Le but était de pousser Gbagbo à massacrer le maximum de « civils » (infiltrés pour l’occasion, de rebelles) et permettre ainsi à l’Onu (qui est l’arme diplomatique des illuminati) de sortir une résolution d’embargo sur la Côte d’Ivoire. Mais pour y parvenir, une commission d’enquête fût dépêchée afin de produire un faux rapport qui allait justifier l’embargo. Une fois de plus, Gbagbo sent le piège et produit un contre rapport juridique qui bat en brèche les arguments de la commission de l’Onu. Quel est cet homme qui réussi à bousiller un plan bien pensé et aussi couteux que cette marche où nous avons bien manipulé les partis d’opposition avec leurs chefs cupides avides de pouvoir ?
 
 
 
Dans la colère certains services secrets proposèrent l’élimination physique de Gbagbo. Mais ce projet fût abandonné pour raison de guerre civile qui n’arrangeait pas nos affaires. Avec un monsieur comme Blé Goudé à la tête d’une forte jeunesse nourrie à la sève nationaliste, sans oublier les militaires loyaux, il ne fallait pas prendre de risques.
 
 
 
L’occasion rêvée s’est présentée lors de la tentative de libérer le territoire avec « l’opération César », où une agression de l’armée Fds-ci a été simulée pour détruire les aéronefs loyalistes et procéder à un coup de force pour renverser Gbagbo. Là encore, échec et mat, qui s’est achevé par le massacre de nombreux civils par l’armée française. Cap à alors été mis sur la fin du mandat de Gbagbo en 2005. Mais entre temps, vu les manoeuvres du médiateur Sud Africain Thabo Mbéki qui étaient dangereuses pour nous, il fallait le court-circuiter.
 
 
 
Tous les moyens médiatiques furent déployés afin de demander la démission de Gbagbo et permettre la mise sur pied d’une transition. Vous vous en souvenez n’est ce pas ?
J’en ris encore aujourd’hui car c’était grotesque.
 
 
 
Mais il fallait quand même essayer. Cette manoeuvre ayant échouée, l’objectif fut d’attaquer à nouveau Gbagbo à travers l’union africaine corrompue en imposant un nouveau 1er ministre en la personne de Konan Banny. Le choix de Banny s’est joué sous la pression d’Olusegun Obasanjo l’ancien président nigérian qui est aussi francmaçon. Banny nous paraissait plus pugnace qu’un Seydou Diarra faiblard et aphone. Mais le choix de Banny en décembre 2005 n’avait rien de promotionnel.
 
 
 
Nous savions que la population baoulé (qui commençait dangereusement à succomber au charme Gbagbo) en grande partie nostalgique du temps Pdci houphouêtiste allait croire à un retour aux affaires du parti. Leur haine allait se consolider contre Gbagbo pour la suite de notre plan. Banny allait croire en l’appui du Rdr de Ouattara pour faire chuter Gbagbo vu que le Groupe de Travail International (GTI-arme diplomatique) à été mis en place pour la cause. Objectifs : dissoudre l’assemblée nationale, contrôler l’armée, museler les patriotes de Blé Goudé et organiser des élections avec un ficher électoral tronquée sur base d’audiences foraines faussées. Là encore Gbagbo s’en sort avec maestria avec l’appui des jeunes patriotes guidés par Blé Goudé et Eugène Djué. Mais nous avions marqué un point important dans cette défaite. La haine des militants Pdci baoulé pour Gbagbo a ressurgit et s’est consolidée grâce à « la cause » Konan Banny. Cela nous servira pour la suite, car la manipulation est notre jeu favori. La DGSE française au service des Illuminatis organise l’introduction des déchets toxiques dans le but de créer l’émoi et la colère populaire. Le choc subit par l’opinion suite aux effets néfastes des déchets toxiques avait commencé à faire son effet mais une nouvelle fois Gbagbo prend le dessus car il avait compris la manoeuvre diabolique française.
 
 
 
Pour reprendre la main afin d’effacer l’épisode GTI-Banny-dechets toxiques, Gbagbo initie l’accord politique de Ouagadougou. Nous étions sonnés mais pas vaincus. Il nous fallait « récupérer » l’accord de Ouagadougou car notre pion Blaise Compaoré en était le parrain. Il lui fallait profiter de la confiance de Gbagbo pour vider cet accord de son contenu. En sujet obéissant, il rendait compte à ses maitres après chaque décision importante. Mais il ne fallait pas aboutir au désarmement.
 
 
 
Une fois la circulation des biens et des personnes démarrée, les armes étaient facilement transportables pour les disséminer à travers toute la partie sud du pays. Cela enclenché notre objectif a été de distraire l’opinion. Il fallait faire du bruit concernant l’enrôlement, le listing électoral et exiger la date des élections étant donné que l’opposition a eu la mainmise sur la CEI (Commission Electorale Indépendante) suite à l’accord de Prétoria. Mandat a été donné aux rebelles de récuser ensuite la médiation de Thabo Mbéki. Mais entre temps ce dernier a été poussé afin de permettre la candidature de tous et l’introduction d’un nombre important d’opposants dans la Commission Electorale Indépendante s’il voulait la paix en Côte d’Ivoire. Pour ne pas entacher la crédibilité de sa mission. Il nous fallait avoir le contrôle de la CEI. Pourquoi ? Je vous explique les raison : les services secrets on diligenté une enquête secrète pour jauger la popularité des principaux candidats. Résultat : 65.90% en faveur de Gbagbo, 20.08% pour Bédié et 14.02% pour Ouattara. Constatant ce résultat effrayant, Il fallait passer à la vitesse supérieure c’est-à-dire confier l’enrôlement à un service technique étranger, verrouiller la CEI et procéder à des enrôlements tronqués.
 
 
 
Remarquez que dans les zones qui semblaient favorables à Gbagbo, les centres d’enrôlements ont été mal disposés afin de décourager ceux qui en étaient éloignés alors que les centres sont plus proches des populations du nord majoritairement Rdr. Ordre a été donné pour que les étrangers Cedeao viennent gonfler le nombre d’enrôlés car les votants réels ivoiriens du nord n’étaient pas aussi nombreux comme souhaité. Quand au projet de société de Ouattara pour les élections, il ne fallait pas se casser la tête. Gbagbo avait déjà réfléchi et fait tout le travail à notre place. Il a
suffit de changer quelques éléments de son projet pour en faire un semblant de différence. Ce qui fait de celui de Ouattara, une pâle copie du programme de Gbagbo, génialement pensé. Avec une flottille de militants fanatiques et peu avertis, cela passa comme lettre à la poste.
 
 
Enfin, lors du cinquantenaire célébré à Yamoussoukro, Gbagbo annonce la date définitive des élections. C’est le top départ pour la grande manoeuvre d’intimidation et de corruption des chefs militaires afin de déstructurer l’armée Fdsci.
 
 
Des hauts gradés tombent comme des fruits mûrs dans la besace. Mais fait inattendu ! Beaucoup d’officiers dont le Colonel Major Konan Boniface et le regretté Capitaine Kouadio Timothée mort à Tiébissou lors des combats du 30 mars 2011 sont approchés, mais résistent fermement. Les milliards de francs CFA proposés ne les ébranlent pas. Ils disent être des hommes d’honneur et que cet honneur n’est pas à vendre. Un choc pour nous ! Des militaires négro africains, qui logiquement doivent s’abaisser à la bêtise ethnique, refusent l’argent, demeurent intègres et nationalistes, tout le contraire du Capitaine Allah Kouassi Léon. Décidément on aura tout vu en Côte d’Ivoire.
 
 
 
Les votes du 1er tour se déroulent et les craintes des dirigeants financiers occidentaux se confirment : Gbagbo est le plus populaire des candidats malgré les manipulations que nous avions opérées, mais pire, Bédié est 2ème avant Ouattara. Ça nous ne pouvions l’accepter et les résultats on été inversés en faveur de Ouattara. Bédié qui demeure un homme faible et poltron se laisse faire. Tous ses biens sont bloqués sans oublier tous les documents qui démontrent ses malversations économiques passées qui lui sont brandis. Bédié soutient alors Ouattara qu’il croyait rouler dans la
farine afin que ce dernier amène ses votants en sa faveur au second tour. Il fût pris à son propre piège. C’est la même méthode qui sera appliquée pour le choix des candidats aux prochaines législatives. Vendre et rendre le Pdci inoffensif, ce qui arrange la situation des maitres occidentaux de Ouattara. Au second tour, malgré les appels de Bédié à voter pour Ouattara, le taux de participation est faible.
 
 
Il fallût gonfler le nombre de votants par rapport aux listings dans les régions du nord non désarmées. Les hommes de Gbagbo à la CEI bien qu’en faible nombre, demeurent extrêmement vigilants.
 
 
Les 03 jours requis pour annoncer les résultats provisoires sont passés sans proclamation de résultats. Il fallait opérer un passage en force. Tâche qu’accomplissent les ambassadeurs français et américain. Une fois annoncés les résultats sur France 24, le reste, nous nous en occupions par médias et ONU interposés. Gbagbo ne se laisse pas faire pour autant malgré le fracas médiatique des chaines de télévision et de radios
occidentales. Il applique la loi dans toute sa rigueur mais que pouvait-il devant une telle force ? vu que nous avions réussi à mettre le doute dans l’esprit des populations.
 
 
Il fallait le présenter comme le mauvais perdant, le dictateur… et ça nos média s’en sont donné à coeur joie. Mais cet homme ne nous laisse toujours pas tranquille et se met à éveiller les consciences des masses africaines avec des émissions et des débats télévisées transmis à outrance sans oublier une diplomatie qui tournait à plein régime. Les chefs d’état africains sont menacés par les pays occidentaux tenus par les illuminatis. Les vieilles dettes de beaucoup de pays africains, en passe d’être annulées ne le seront plus s’ils n’obéissent pas aux ordres, c’est-à-dire faire tomber Gbagbo par l’Union Africaine, un organisme corrompu, mendiant et squelettique. Il a même été proposé par le président Sarkozy lors d’une session de l’UA, un droit de véto à l’Onu pour les africains. Du pur baratin pour naïfs.
 
 
Entre temps, pendant les tractations diplomatiques avec la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne et l’Onu depuis Janvier, les forces militaires venues du Sénégal, du Burkina-Faso et du Nigeria commencent à débarquer dans le nord de la Côte d’Ivoire avec armes et logistique. Officiellement et diplomatiquement, l’option militaire est rejetée, mais officieusement tout est en place. L’Onu permet la mise en service d’hélicoptères russes de type Mi24, officiellement pour défendre les civils mais en vérité ces engins meurtriers sont destinés à ouvrir le passage sur les différents fronts militaires aux combattants rebelles de Ouattara appuyés par les soldats Cedeao.
 
 
 
Lorsque les services secrets conduits par la DGSE française font leur rapport pour dire que tout est OK, les hostilités militaires rentrent alors dans leur phase active après le constat des avancées du commando invisible d’Ibrahim Coulibaly dit IB appuyé par l’armée française et l’Onuci à Abobo, commune favorable à Ouattara. Les différents fronts militaires sont mis en branle. La résistance des Fds-ci est farouche, surtout dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Les miliciens associés aux Fds donnent du fil à retordre aux forces Cedeao rompues au combat terrestre. Mais chaque fois, les Mig 24 de l’Onuci sont intervenus pour dégager les obstacles.
 
 
Curieusement, la suite s’est facilitée avec le recul des militaires restés loyaux à Gbagbo. Car pour nous, la guerre devait durer au moins 06 mois. Ces longs combats allaient nous permettre de massacrer la communauté chrétienne en masse afin d’atteindre une quantité de sang à faire couler pour cause rituelle satanique illuminati.
 
 
Le retrait des Fds-Ci a empêché ce carnage parce que la visibilité du terrain allait dévoiler ce génocide religieux. Les intenses prières chrétiennes ont un rôle néfaste contre les illuminatis qui sont, eux, adorateurs de Lucifer. Ce plan a été déjoué on ne sait comment. Mais il fallait continuer sur Abidjan où les fds se sont regroupés pour engager la bataille ultime. L’entrée à Abidjan des Frci, appuyés par la force licorne et l’Onuci s’est soldée par un échec cuisant avec la perte d’au moins 80% des forces rebelles-Cedeao sans oublier des soldats Onuci et licornes morts au combat. Ce fut un véritable massacre de la part des Fds-Ci qui ont subitement pris le dessus malgré le commando invisible d’Ibrahim Coulibaly. Nicolas Sarkozy est sommé par les banquiers occidentaux de passer à la vitesse supérieure. C’est alors que tous les hélicoptères sont déployés contre les militaires ivoiriens. C’est le pilonnage tous azimut pour affaiblir les positions des Fds-ci conduites par les vaillants chefs militaires que sont le Colonel Major Konan Boniface, Le Général Dogbo Blé, feu le Colonel Major Gohourou, le Commandant Abéhi et bien d’autres qui contrairement à beaucoup de gradés des Fds-ci, ne se sont pas vendus aux forces occultes qui sont les maitres de la banque mondiale et du Fmi, mandants d’Alassane Ouattara. Mais vu les corps des jeunes, massacrés par les hélicoptères français autour de la résidence du Chef de l’Etat Laurent Gbagbo, vu que l’armée française a détruit quasiment toutes les armes de pointe des soldats ivoiriens, Laurent Gbagbo décide de se livrer en demandant d’abord aux soldats d’arrêter de combattre et de se mettre en sécurité car dit-il, c’est lui que la communauté internationale veut. Malgré eux, le coeur meurtri, les combattants Fds-ci se retirent et vont se mettre en sécurité où ils peuvent. Le 11 Avril, un autre miracle se produit. Laurent Gbagbo qui devait être tué selon le plan, s’en sort vivant et fait prisonnier. La communauté internationale est malheureuse mais fait dire à travers ses médias tels France 24 (qui comme les autres médias occidentaux, ont une mission de bourrage de crânes à travers le mensonge savamment distillé aux populations) que Laurent Gbagbo doit être bien traité. Leur peur est que Gbagbo devienne un héros vivant. Ce qui est bien le cas aujourd’hui.
 
 
Un petit pays comme la Côte d’Ivoire qui tient tête à tout un système (la haute finance internationale), qui a poussé la communauté internationale à la faute en l’obligeant à faire la guerre au vu et au su de tous. Cela a permis aux jeunesses africaines de comprendre définitivement qu’on les a prises pour des idiotes depuis toujours et que leurs pays ne sont pas véritablement indépendants comme on tente de le faire croire avec des fêtes d’indépendance célébrées chaque année. La communauté internationale se sent affaiblie car Laurent Gbagbo l’a poussée à se dévoiler en plein jour alors que par le passé tout était déguisé et les peuples manipulés n’y voyaient que du feu. Quand j’ai vu cet homme de plus près à l’hôtel du Golf suite à son arrestation, quand j’ai lu dans sons regard si profond, certes rempli de déception, je n’y ai pas aperçu de signe de défaite, de peur ni de faiblesse. Oui assurément c’est un grand homme,incorruptible et pardessus tout un génie de la politique jamais vu en Afrique depuis un certain Patrice Lumumba. Quand son regard à croisé le mien alors que les badauds fanatiques d’Alassane Ouattara le couvraient d’injures de toutes sortes, j’ai compris que le combat que mène cet homme n’est pas terminé même s’il mourrait ce jour où il fut arrêté. Gbagbo n’a pas été tué physiquement, mais la communauté internationale voulait se rattraper autrement. La trouvaille, c’est la Cour pénale internationale (Cpi) qui doit servir à abattre l’homme définitivement. Le procureur Ocampo a reçu pour cette tâche, 1.000.000$ versés par les services de l’ombre de la communauté internationale sur un compte offshore aux Bélizes qui est un paradis fiscal pour le blanchiment d’argent. Gbagbo en prison au nord, le régime Ouattara demeure fébrile et ne rassure pas du tout car l’image du leader charismatique écroué gauchement, continue d’avoir un impact sur les populations africaines. Son transfèrement précipité à la Cpi avait pour objectif d’abattre moralement ses soutiens militants et pousser les partis politique qui lui sont proches à abandonner la course aux législatives.
 
 
Mais, coup de théâtre, sa première comparution à la Cpi s’avère un poignard dans le ventre de la communauté internationale qui comprend alors tardivement qu’elle a affaire à un homme d’une dimension à nul autre pareil. Un individu, qui a été maltraité, humilié et détenu dans des conditions inhumaines, réapparaît à la face du monde, requinqué, plus combattif que jamais avec comme cerise sur le gâteau, une intervention magistrale qui a fait l’effet d’une bombe. Dans toute l’Afrique, l’espoir des jeunes africains refait surface et se décuple. C’est les débats pleins d’ardeur qui reprennent leur droit dans les quartiers des capitales africaines. En face, la communauté internationale se sent ridicule face à un seul homme qui incarne l’espoir politique de tout un continent avide de liberté et de démocratie sans influences extérieures. Elle se sent coupable de n’avoir pas assassiné ce Gbagbo qui les a poussé à révéler au grand jour toutes leurs combines.
 
 
Côté Côte d’Ivoire, les nouvelles consignes françaises sont les suivantes : étouffer la presse « bleue », proche de Gbagbo par tous les moyens afin de l’empêcher de faire un travail de communication efficiente et redonner de l’espoir aux ivoiriens, l’empêcher d’assurer son travail d’éveils des consciences pour maintenir la flamme patriotique.
 
 
Manoeuvres rondement menées à coup de sanctions du Conseil national de la presse (CNP) dont c’est la mission principale sous l’oeil bienveillant du ministère de l’intérieur qui est suivi à son tour de très près par les services secrets français. Ceci avec des arguments fallacieux basés sur l’esprit d’un pseudo réconciliation et la « paix ».
 
 
Au niveau international la consigne claire est d’étirer le procès de Gbagbo en longueur à la Cpi avec de multiple reports afin d’émousser l’espoir des jeunesses patriotiques africaines. La remplaçante du procureur Ocampo, le futur procureur Fatou Benssouda de race noire a été approchée avec le double du gain (2.000.000 $) de son prédécesseur pour finir le travail d’accusation. Le choix d’un procureur de race noire est stratégique afin de ne pas donner au procès, la couleur raciste que tout le monde africain critiquait sous l’ère Ocampo. Sur le terrain ivoirien, l’organisation des législatives a pour objectif de déposséder les ivoiriens de leurs terres, permettre une recolonisation très moderne de la Côte d’Ivoire par la France au profit de la communauté internationale. C’est cela le plan.
 
 
Mais la crédibilité de ce scrutin est très largement affaiblie car l’appel lancé par le parti de Gbagbo provoque la non participations des ivoiriens au vote du Dimanche 11 Décembre 2011. Il faut alors truquer les résultats et donner un chiffre de taux de participation erroné. En vérité, le réel taux de participation est de 16% et non 36% qui sont purement mensongers. Encore une victoire à l’actif de Laurent Gbagbo. Oui assurément, Gbagbo n’est pascomparable à Alassane Ouattara qui est fabriqué et tenu en laisse par la France et les puissances étrangères. Cet homme, Gbagbo, s’est fait lui-même sans appui extérieur. Il croit en l’Afrique alors que Ouattara aide à piller la Côte d’Ivoire avec des gros contrats offert à des entreprises burkinabè comme par exemple le marché de 25 milliards pour la réfection du quartier d’Abobo donné à une entreprise du pays de Blaise Compaoré. Les plus gros marchés sont réservés aux entreprises françaises pour le compte de ses maîtres de la communauté internationale. Mais rien n’est tard puisqu’un esprit nouveau est né en depuis l’an 2000 et n’est pas près de s’éteindre. Un homme appelé Laurent Gbagbo, que je n’aime pas (ce n’est pas obligatoire), c’est vrai, mais que je respecte, a pensé un projet de société révolutionnaire qui à terme devait faire de la Côte d’Ivoire et de la sous région une puissance économique et industrielle avec sa propre technologie tenue et conduite par les africains eux même. Il a contribué à la mise sur pied du premier satellite africain RASCOM, qui du coup rendait l’Afrique autonome au niveau Télécommunication et informations.
 
 
Sa politique de transformation des matières premières allait enrichir et rendre puissants économiquement les paysansqui allaient se voir dotés de moyens techniques de dernières génération. Il avait pour objectif, le montage d’abord dé véhicules de transport avec pour finalité d’en construire localement avec les ingénieurs sortis de l’INP-HB. Et plus encore il a entamé une ingénieuse politique de désendettement (PPTE) de son pays pour finalement aboutir à une autonomie basée sur les propres ressources ivoiriennes. Ce désendettement avait pour objectif de mettre à l’abri du besoin la majeure partie des travailleurs ivoiriens en augmentant drastiquement tous les salaires d’au moins 65% en plus de mettre tous les moyens économiques à un niveau où la jeunesse pouvait comprendre qu’il ne faut pas mettre ses espoirs dans l’immigration massive en occident. C’est l’un de ses plans secrets que nous avons découvert. Ça, la communauté internationale ne pouvait l’admettre. Pour mettre fin à cette vision, ses propres frères, égoïstes, avides de richesses faciles, de postes politiques honorifiques, afin de jouir de la vie se sont vendu au diable et l’on renié.
 
 
Mais comme je l’ai dis précédemment, cet homme digne de respect appelé Laurent Gbagbo a suffisamment enseigné et nourri politiquement les jeunesses ivoirienne et africaine pour continuer le combat car je vous informe que la communauté internationale, au-delà de toute fanfaronnade, a beaucoup de faiblesses. Je sais de quoi je parle et je ne dis pas n’importe quoi. Quand à Alassane Ouattara, tous les documents compromettants le concernant ont été archivés pour le faire chanter le moment venu. Au delà de tout ce que je viens de vous démontrer, je vous suggère d’exploiter votre intelligence à fond dans la combativité et vous verrez que ces hommes politiques qui sont guidés par les dirigeants de la haute finance qui conduisent la communauté internationale ne sont que des hommes comme vous. Ils ne sont pas plus intelligents que vous comme le croient bêtement beaucoup d’africains adeptes de la paresse, de la mendicité et de la fatalité. Je suis de race blanche certes, mais il est stupide de croire qu’on est plus intelligent que les autres races. Les chinois nous ont prouvé le contraire.
 
 
C’est votre tour aujourd’hui. Gbagbo vous a montré le chemin et libre choix à vous de finir le travail ou l’abandonner par faiblesse, négligence et paresse. Humblement je vous soutiens et je vous encourage à bien vous organiser pour que la vérité éclate à la Cpi et que Gbagbo ne soit pas  assassiné scientifiquement comme sait si bien le faire la communauté internationale. Au delà de ça, comme Martin Luther King, une main africaine risque d’être payée pour faire le sale boulot d’élimination physique. Priez beaucoup mais agissez aussi beaucoup avec intelligence, ardeur et sans répit malgré les difficultés et épreuves jusqu’à l’obtention de résultats probants. Mais si vous priez beaucoup et agissez moins, alors vos prières s’avèreront inutiles. Car la prière sert à vaincre ce qui est invisible et c’est les actes qui obtiennent physiquement ce qui est obtenu dans le spirituel. C’est simplement ce que font les illuminatis dont je faisais partie. Ils adorent Lucifer et agissent de même dans le réel pour des résultats concrets.
 
 
Prières et actions intelligentes sans émotions pour une victoire certaine, voici le secret.
 
 
 Une contribution d’un ILLUMINATI
 
 
 
Source: http://lynxtogo.info/
 
 

Révolution Permanente : Amadé Ourémi tuait sous l’Autorité de la Licorne et de l’ONUCI, voici les preuves!

Révolution Permanente : Amadé Ourémi tuait sous l’Autorité de la Licorne et de l’ONUCI, voici les preuves! dans La Révolution Permanente cote-d-ivoire-2-227x300La Révolution Permanente voulait se tenir un peu loin de cette affaire à la con d’Amadé Ourémi. Mais les bloggeurs et les journalistes de la presse commerciale ont abordé la question sous un angle beaucoup plus polémique que technique et cela nous oblige à distraire de notre temps pour situer les responsabilités dans l’installation, l’armement, la formation et la protection d’Amadé Ourémi de 2002 à ce jour avec les preuves scientifiques. 

Pour l’opinion nationale et internationale, le compatriote d’Alassane Dramane Ouattara, le Burkinabè nommé Amadé Ourémi est présenté comme le seigneur du Mont Péko, une zone montagneuse sis dans le département de Bangolo et qui baigne dans une immense forêt classée connue sous le nom de Parc National du Mont Péko. Amadé Ourémi est surtout décrit par la presse pro-Ouattara et la presse de la propagande fasciste française en Afrique comme celui qui aura vaincu par sa puissance militaire et son génie de la guerre, les soldats de l’Etat de Côte d’Ivoire et les groupes d’autodéfense nés des suites du début du génocide des Wè (populations autochtones de la zone concernée). 

Aujourd’hui, la communication loufoque qui a cours après la pseudo-reddition d’Amadé Ourémi vise à présenter le mythomane Dramane Ouattara comme le sauveur des Wè, celui qui aura réussi à arrêter en 48 heures l’un des co-auteurs du génocide des Wè alors que Laurent GBAGBO n’a pu arriver à ce « résultat  » du 19 septembre 2002 (date du lancement de la rébellion du MPCI) au 11 avril 2011 (date de la capture du Président GBAGBO par la France en vue d’installer comme président des Ivoiriens, le père de la rébellion du MPCI comme le soutient Koné Zakaria, chef de guerre et homme de confiance de Dramane Ouattara). 

Pour permettre à l’opinion nationale et internationale de comprendre l’arnaque dans le « business » Amadé Ourémi et situer les responsabilités, nous joignons à la présente Chronique, la Carte technique de délimitation ainsi que du déploiement des forces françaises et de l’ONUCI dans la zone dite « Zone de Confiance » qui fut théoriquement démantelée le 16 avril 2007 lorsque le Président GBAGBO, qui venait de comprendre la grosse supercherie finit par nommer cette zone de recrutement et de formation de milices armées par la Licorne et l’ONUCI « Zone de la Mort ». 

La « Zone de la Mort » pour emprunter l’expression au Président GBAGBO s’étire d’Ouest en Est sur environ 600 km. La largeur de cette zone varie de 25 km à 60 km en fonction des distances séparant les positions des rebelles de celles des Forces loyalistes. La superficie de ladite zone est estimée à environ 20 000 km² (soit 6 % du territoire ivoirien) et sa population qui oscillait autour de un million d’habitants (soit environ 6 % de la population du pays) au début de la crise va augmenter d’un peu plus de 100% grâce aux vagues massives de repeuplement burkinabè qui vont s’enchainer d’années en années. 

Dans la partie Ouest de cette Zone de la Mort, on peut reconnaître au premier coup d’œil, que le tracé englobe Danta, Logoualé, Bangolo, avec un grand zoom sur le village de Bagohouo, la Base-arrière ouest d’Amadé Ourémi. 

Lorsqu’on croise ce tracé de la « Zone de la Mort » avec la carte détaillée des régions de la Côte d’Ivoire, il est facile de voir que le Parc National du Mont Péko, occupé de 2002 à ce mois de mai 2013 par Amadé Ourémi est situé entre le Nord de Duékoué et la partie Est de Bangolo. 

Or, toute la partie Nord du département de Duékoué et tout le Département de Bangolo jusqu’à Bonoufla sont totalement dans l’emprise de la Zone de Confiance sur laquelle la Licorne et l’ONUCI régnaient en maître absolu empêchant du coup, toute tentative des FDS-CI (Forces de Défense et de Sécurité de Côte d’Ivoire) de s’en rapprocher pour y conduire une quelconque opération militaire visant à déloger Amadé Ourémi et à protéger les populations civiles visées par tant de massacres comme ce fut le cas dans les villages de Guitrozon, Petit-Duekoué et Diapahi, dans la nuit du 31 mai au 1er Juin 2005 ayant enregistré 127 civils tués en une seule soirée. 

Comme tous peuvent le constater à partir de ces données cartographiques disponibles, il est aisé de comprendre ce qui suit : 
1. tout comme les rebelles du MPCI rebaptisés Forces Nouvelles, Amadé Ouérémi a été installé par la France et ONU dans le périmètre du Mont Péko pour traquer et exproprier les Guérés de Bangolo à l’ouest du Parc national et ceux de Duékoué dans le Sud du Parc ; 
2. la pseudo-reddition d’Amadé Ourémi sous le patronage de la Licorne qui l’a remis aux bouviers FRCI sous le regard bien complice de l’ONUCI, participe d’une opération de propagande visant 4 objectifs : 

Premièrement, imputer la responsabilité du génocide des Wè au seul Amadé Ourémi qui accepte comme un kamikaze de se sacrifier pour sauver les intérêts de ses frères Burkinabè qui ont repeuplé la zone et y exploitent les milliers d’hectares de terres des Guérés. 
Deuxièmement, présenter le criminel Dramane Ouattara comme le nouveau justicier de l’Ouest celui qui aura réussi en un tour de baguette magique à neutraliser un chef de milice burkinabè que Laurent GBAGBO en 10 ans a été incapable de neutraliser. 
Troisièmement, donner l’impression que le mythomane Dramane Ouattara et ses tueurs de civils regroupés au sein des FRCI qu’il a créées en changeant la dénomination de Forces Nouvelles, n’avaient aucun lien de commandement avec Amadé Ourémi qui serait alors un parasite qui aurait profité de la guerre pour s’installer et faire régner sa loi. 

Quatrièmement, faire croire à l’opinion nationale et internationale que Dramane Ouattara est en train de traquer tous ceux qui ont tués les Ivoiriens à savoir les pro-GBAGBO, Laurent GBAGBO lui-même et les Amadé Ourémi et consorts ; étant bien entendu que lui Dramane Ouattara est un homme bon, gentil, civilisé et noir de peau mais blanc dans la tête. 

3. jamais la France, encore moins ses alliés occidentaux n’inquièteront Dramane Ouattara et sa bande de tueurs, qui après tout, leur permettent de maintenir le contrôle géostratégique de la Côte d’Ivoire et partant, du pré-carré français d’Afrique de l’Ouest. 
Cela dit, que nous reste-t-il à faire pour arracher la libération de la Côte d’Ivoire à la France et à ses alliés du Bloc occidental ? 
Vous le savez tous. 

Ce n’est ni en convainquant une certaine opinion, ni en battant le pavé en exil encore moins en pleurnichant ou organisant des élections politiques. 

C’est uniquement en croisant le fer et en triomphant dans la douleur que nous y arriverons. 
Nous avons fait notre choix, jusqu’à ce que l’histoire nous donne tort ou raison et qu’à l’heure du bilan, chacun de nous assume sa part de responsabilité. 

En attendant, l’heure n’est point à la dissertation. 
Nous le savons mieux que vous et toutes les mauvaises langues. 

Que Dieu nous fortifie et nous guide ! 

A Très Bientôt. 
Hassane Magued. 

Révolution Permanente : que veut le Général Guiai Bi Poin ?

Révolution Permanente : que veut le Général Guiai Bi Poin ? dans La Révolution Permanente guiai-bi-poin-300x198Son chemin croise celui de certains de nos hommes sur le terrain. Il rode, va et vient, appelle les cadres rescapés du FPI, les invite à des déjeuners, circule dans les milieux du renseignement de premier niveau. Et pourtant, il n’est officiellement investi d’aucune responsabilité. Alors nous avons cherché à comprendre. Et nous avons compris les raisons de la trop grande débauche d’énergie de ce Général Traitre et lâche. Nous pesons nos mots.
 
 
 
 
*La Traitrise du Général Guiai Bi Poin a une histoire* 
 

Personnellement, il ne se sent pas dans la peau d’un traître. Il accuse systématiquement le Général Deto Leto. Il prétend que c’est à cause de lui qu’il a décroché de la ligne de front. 

Selon son témoignage, le CECOS avait préparé une attaque de la plus haute importance contre les positions du commando dit invisible installé par l’ONUCI à Abobo avec comme quartier général, le très lugubre sous-quartier d’Abobo PK18 Derrière Pont. 

L’itinéraire pour rejoindre le point de contact d’Abobo Derrière Pont fut tracé au plus haut sommet de la hiérarchie militaire. Le vrai parcours devait être Base du CECOS (actuel DST sis en face du Bureau d’Interpol à Cocody) – Autoroute du Nord – Prison Civile MACA – Abobo N’Dotré et ça y est, feu à volonté ! 

Mais tenant compte des nombreuses traîtrises au sein de la hiérarchie des FDS, l’itinéraire qui fut communiqué aux Chefs d’Unités du CECOS fut : Base du CECOS (actuel DST sis en face du Bureau d’Interpol à Cocody) – Adjamé et Williams Ville – Abobo Route du Zoo – Abobo Samaké – Abobo Agripac – et feu à volonté. 

Le jour J, dès que les troupes se sont mises en mouvement, le Général Guiai Bi Poin informe les Chefs d’Unités de prendre l’Autoroute du Nord et de suivre l’itinéraire décidé au niveau de la haute hiérarchie militaire. Ce qui fut fait. Mais passé le cap de la Prison Civile MACA, au moment où les éléments du CECOS progressaient vers Abobo N’Dotré, ils sont pris dans une embuscade. Il n’y a eu aucun survivant. 

Le Général lâche explique que ses hommes ont été livrés par Deto Leto et qu’à compter de ce jour, son moral a été atteint et qu’il a vu qu’il devait abandonner et rendre les armes. Alors, il a choisi d’abandonner la République. 

Il ne dit pas quand est-ce qu’il a su que c’était Deto Leto, l’autre félon, qui a livré ses hommes à la mort, entre les mains du Sergent Chef IB et, de l’ONUCI qui combattait aux côtés des militaires burkinabès et des mercenaires libériens et siéraléonais qui formaient le Commando dit invisible. Il ne dit pas non plus quelles explications il a exigé de Deto Leto. Il se contente de donner sa version, d’expliquer qu’il a eu une petite faiblesse d’homme, qu’il aurait été affecté par la mort de tant de jeunes soldats, et bla bla bla, … 

*Mais qu’est devenu le Général Guiai Bi Poin après sa trahison ?* 

 

Souvenons-nous de son arrestation à grand renfort médiatique et de sa libération en catimini sans jugement. Dans la semaine qui a suivi cette étrange libération, un de nos éléments de terrain le prend en filature. Ce jour là, il était à bord d’une Jeep de coupe très originale, faisait très frimeur. Il le prend en filature devant la Cité Universitaire Mermoz, passe devant l’entrée de l’Université de Cocody du côté du quartier des Ambassades puis la filature se termine à l’Hôtel du Golf. 

Les choses n’étant plus à la portée de notre homme, il confie le reste du travail à d’autres Unités mieux introduites. 

Les résultats ne se font pas attendre. Guiai Bi Poin bosse désormais pour Soro Guillaume. Il le rencontre assez régulièrement depuis lors jusqu’à ce jour. 

*Que fait-il pour Soro Guillaume ?* 

 

Il fait du renseignement auprès des cadres affamés du FPI à qui il donne quelques broutilles en carburant avec des bons plats qui leur manquent « tant » dans des restaurants de luxe qu’ils ne peuvent plus fréquenter et il espère tirer des informations. 

Bien sûr qu’il réussit à obtenir de l’information surtout lorsqu’il fait semblant de partager des confidences du type « le gars est très malade », « ses propres monstres vont le dévorer », « ses analphabètes vont lui faire une belle euthanasie », etc. etc. Et comme les Résistants pro-Gbagbo ont la langue pendante et une diarrhée verbale dès qu’un inconnu leur fait croire qu’il partage leur peine, alors, ils se livrent mains et pieds liés. 

Mais Guiai Bi Poin ne se contente pas que de flirter avec certains civils pour mieux les espionner. Il rode autour de nos hommes. Il leur fait un appel du pied. Il joue sur ses grades qu’il ne mérite plus pour parler à certains de nos hommes. Et nous avons décidé de lui en tenir rigueur. 

*Mais le Général Guiai Bi Poin sait-il qui est Soro Guillaume pour lui ?* 

Non. Evidemment pas. Ou du moins, il est très peu sensé pour espérer tirer de bonnes billes de Soro Guillaume, ce criminel de la pire espèce, ennemi du Panafricanisme vrai, qu’il juge de dogmatique ou de repli identitaire, pour promouvoir un panafricanisme animal, habitué de la jungle qu’il est. 

Non, Guiai Bi Poin ne sait pas que Soro Guillaume sait qu’il faisait des crises paralysantes du système nerveux et que quand il piquait cette crise, il pouvait rester inconscient un certain moment avant de se retrouver. 

Guiai Bi Poin ne sait pas qu’en 2009, son médecin traitant avait été identifié et localisé par les pensionnaires de l’Hôtel du Golf et que les renseignements en notre possession faisaient état de ce que Soro Guillaume, en liaison avec des sous-officiers traîtres de la Gendarmerie, avait planifié un plan d’empoisonnement du Général alors jugés dangereux à cause de la redoutabilité affirmée du CECOS. Et que les pilules qu’il prenait pour se soigner devaient être remplacées par un poison mortel à son bureau ou dans le cabinet de son médecin. Et que tout ça était décidé sur instruction de Soro Guillaume dont les hommes de main rencontraient ces Gendarmes traitres à l’Hôtel Sebroco, siège de l’ONUCI. 

Guiai Bi Poin ne sait pas que ce réseau a été démantelé par patriotisme, par des jeunes volontaires que la Révolution Permanente salue ce matin, ces jeunes Dignes de la nouvelle Côte d’Ivoire en travail, que nous avons alors priés de sauver sa putain de vie. 

*Le Général Guiai Bi Poin est prié de se tenir loin de nos hommes* 

Deux alternatives s’offrent à cet officier supérieur traître et lâche. Soit il se tient loin de nos hommes et du théâtre des opérations, et alors Dieu décidera de son sort ; soit il poursuit sa mission de renseignement militaire et croise le chemin de nos hommes encore et il comprendra la différence entre un Général bourgeois et un Guerrier combattant agissant en solitaire, pour des missions de haute précision. 

Que le Dieu d’Abraham, fidèle en toutes choses, accomplisse les promesses faites au Digne peuple de Côte d’Ivoire en son temps. Prêts pour servir ! 

*A Très Bientôt.* 

*Hassane Magued* 

DÉCLARATION DE L’O.D.E (LES OUVRIERS DE L’ÉTERNEL)

DÉCLARATION DE L’O.D.E (LES OUVRIERS DE L’ÉTERNEL) dans Actualité Jésus-guérit-296x300Ivoiriens, Ivoiriennes, je suis AMADEUS Guerrier de l’O.D.E.
 
Au matin du 19 Septembre 2002, la terre d’Eburnie est réveillée par des bruits de bottes. Le constat est amer : le pays venait d’être attaqué par des rebelles venu des pays voisins. Les rebelles ont avancé le prétexte de l’Ivoirité et de la xénophobie pour justifier leur coup. Mais le peuple n’est pas dupe, tous, nous savions que c’était des prétextes fallacieux pour dégommer le président LAURENT GBAGBO. Nous avons résisté tant bien que mal pour faire échec à ces putschistes véreux. Devant la bravoure des dignes fils et filles du pays, les rebelles ont dû replier dans la moitié nord de la Côte d’Ivoire où ils s’adonnaient à des pillages, des viols, des vols et des meurtres.
 
 
On assiste alors à un ballet diplomatique organisé par la soi-disant Communauté Internationale. Une vraie danse de marionnettes pour faire la part belle aux assaillants. Nous leur avons tout concédé : primature, ministères, recrutements dans l’armée et la police, etc. Mais ils continuaient de narguer le peuple de Côte d’Ivoire. Le président LAURENT GBAGBO n’a ménagé aucun effort pour conduire ce pays vers la paix et la réconciliation. Un accord bidon entre la Communauté Internationale et les belligérants demandait aux rebelles de déposer les armes avant toute échéance électorale, mais rien n’y fit. Les rebelles refusèrent de déposer les armes. Alors le président LAURENT GBAGBO prend ses responsabilités et décide de libérer le pays.
 
 
Dans la 1ere semaine de Novembre 2004, nous déclenchons l’OPERATION DIGNITE (OPERATION CESAR à l’origine). Des frappes chirurgicales sont opérées sur tous les sites de la rébellion : l’opération fut un succès mais malheureusement, la Communauté Internationale encore elle, par le biais de la France va mettre un terme à la joie des ivoiriens devant cette victoire en détruisant toute notre flotte aérienne. Alors le peuple de Côte d’Ivoire se mobilise et mains nues, fait face à l’armée française et ses chars qui tentaient encore une fois de faire sauter le président LAURENT GBAGBO. Le coup à encore échoué mais le bilan est lourd : beaucoup de patriotes perdent la vie. Cette fois-ci il n’y a pas de doute : c’est la France à travers ses rebelles qui en veut à la Côte d’Ivoire et à son président.
 
 
En 2010, des élections sont organisées sans désarmement préalables des rebelles. Le scrutin dans les zones CNO est entaché d’irrégularité car les partisans d’ALASSANE DRAMANE OUATTARA tuent, chassent et violent les représentant de LAURENT GBAGBO dans les bureaux de vote. Au soir du scrutin, la CEI est incapable on ne sait pour quelles raisons de donner les résultats dans les délais qui lui étaient impartis. Selon le code électoral, la commission est dessaisie du dossier et doit passer le relais au Conseil Constitutionnel. Mais grande fut la surprise des ivoiriens en apprenant sur les chaînes étrangères que la même CEI déclarée forclose la veille a donné les résultats déclarant ALASSANE DRAMANE OUATTARA vainqueur. Le Conseil Constitutionnel réagit et le lendemain selon la procédure normale déclare Me LAURENT GBAGBO vainqueur. La Communauté Internationale toujours elle, ne reconnait pas la décision du Conseil Constitutionnel et maintient ALASSANE DRAMANE OUATTARA président et du coup, la Côte d’Ivoire se retrouve avec deux présidents. Là encore, on assiste à un autre ballet de sorciers. Des médiateurs défilent, mais personne ne veut reconnaitre de manière officielle la forfaiture d’ALASSANNE DRAMANE OUATTARA. En effet, son élection ne repose sur aucune base juridique et ça, aucun juriste au monde ne semble voir ce hold-up électoral. Le président LAURENT GBAGBO qui s’appuie sur la légalité constitutionnelle maintien sa place au pouvoir.
 
 
Les rebelles décident donc de passer à l’offensive. Ils prennent d’assaut la ville d’Abidjan mais la riposte des ivoiriens ne se fait pas attendre. Les assaillants constatent alors leurs incapacités et leurs faiblesses, visiblement ils ne font pas le poids. La Communauté Internationale vole alors à leur secours. Nous avons subi les assauts de plusieurs forces en présence : LA LICORNE, L’ONUCI, ECOMOG, Mercenaires BURKINABE, et le monde n’a pas réagi, personne ne s’est ému. Les camps militaires ont été bombardé par des hélicoptères et même la résidence du président LAURENT GBAGBO n’a pas été épargnée.
 
 
Beaucoup de gens sont morts et nous avons dû replier. Rassurez-vous. Ce n’était pas une fuite mais juste un repli stratégique. Il fallait voir véritablement contre qui on se battait. Maintenant que c’est fait et que tout est claire nous allons maintenant agir. Voilà près de 2 ans qu’ALASSANE DRAMANE OUATTARA est au pouvoir et le pays va de mal en pis. Les seuls grands chantiers qu’il a pu réaliser jusqu’à lors sont des arrestations arbitraires, des vols, des exécutions et des déportations vers la Haye. Des vies ont été sacrifiées afin de pouvoir installer ce pouvoir dictatorial. Mais tout ceci prendra fin bientôt.
 
 
Ecoute terre d’Eburnie ! L’heure de la libération a sonné. Tes plaintes sont parvenues au Seigneur l’Eternel des Armées. Le sang des victimes cri vengeance et le Dieu des Armées n’est pas resté sourd à tes plaintes. Ils nous verrons, nous les Guerriers de l’O.D.E pour faire triompher la Gloire de l’Eternel. Amis et frères, soyez bénis ! Votre souffrance touche à sa fin car trop c’est trop ! Nous viendrons et ferons le ménage comme il se doit : nous sommes déjà là, parmi vous !
 
 
A Mr ALASSANE DRAMANE OUATTARA, nous disons : « Tu as assez fait de mal au peuple Eburnéen. Il est temps que tu paies tes crimes. Tu as été pesé dans la balance de la vie et trouver léger. Dieu se charge de ton histoire. Oui, tu rentreras dans l’histoire mais de la façon la plus triste possible et c’est nous les Guerriers de l’O.D.E. qui accomplirons l’œuvre de Dieu car nous lui sommes restés fidèles. Nous avons cru jusqu’au bout. Tu as assez fait couler le sang des ivoiriens, des vrais ! Tu as voulu t’approprier le trône vaille que vaille. Dieu a permis que tu t’installes pour que le monde entier constate ton incapacité à diriger le pays et ta cruauté. Il est tant que tu dégage toi et tes pairs. Nous nous souvenons qu’à l’époque Me HENRI KONAN BEDIE avait lancé un mandat d’arrêt contre toi. Il a même fait arrêter des leaders de ton parti politique et tu es parti en exil. Le président LAURENT GBAGBO t’a réhabilité en t’offrant comme cadeau un certificat de nationalité qui te rendait présidentiable. Aujourd’hui, tu as usurpé le pouvoir et voilà comment tu remercies le peuple de Côte d’Ivoire. Nous aussi nous avons un merci à te dire car tu nous as ouvert les yeux. Toi et ta Communauté Internationale vous nous avez montré qu’on peut de temps en temps être xénophobe. Tes frères que tu as envoyé nous massacrer trouverons sur leurs chemin les Guerriers de l’O.D.E. »
 
 
A SORO GUILLAUME : « Ton orgueil t’a induit en erreur. Tu as commis l’erreur d’afficher au monde que c’est toi le chef de la rébellion. Fais comprendre à tes fantoches de chefs de guerres que vous étiez dans l’erreur. L’Eternel des Armées que vous cherchiez tant est là ! Vous le verrez très bientôt. Nous ses soldats, serons sans pitié pour vous ».
 
 
Nous demandons également à l’impie qui occupe actuellement le mont Péko de s’apprêter à subir la colère de Dieu : « Tu sentiras son Glaive jusqu’à la garde. Oui, nous viendrons car l’Eternel doit faire connaitre son nom et sa puissance et nous en seront ces instruments ».
 
 
Aux politiciens de tout bord : «Vous avez échoué car vous avez conduit le peuple à la dérive. Vous avez foutu un véritable bordel !! Ecartez-vous de notre chemin car ceci n’est plus votre combat. C’est celui de l’Eternel des Armées contre les Forces du mal. Malheur à celui d’entre vous qui voudra s’approprier la victoire. Il assumera les conséquences car à Dieu seul revient l’Honneur, la Puissance et la Gloire.
 
 
A vous nos frères, sœurs, pères, mères et femmes : « Rassurez-vous. Dieu va se manifester bientôt. Il est écrit dans les écritures saintes que Josué a fait le tour de la ville de Jéricho avant de la conquérir. Nous également, nous avons fait le tour des forteresses de DRAMANE. L’Eternel nous donnera le top départ et DRAMANE tombera soyez-en sûr. Croyez en l’Eternel car c’est lui qui vous délivrera des filets de DRAMANE. La parole de Dieu dit également ceci : Restez et veillez car vous ne savez pas le moment où le Seigneur va venir !
 
 
Femme, hommes, jeunes hommes, jeunes filles, citoyens de Côte d’Ivoire sur toute l’étendue du territoire national, nous mettons en garde les couche-tard et les noctambules. Tous ceux que nous verrons devant nous quand nous auront commencés seront considérés comme combattants et traité comme tel. Je le répète, c’est un combat entre le vrai Dieu et les Forces des ténèbres. Soyez donc vigilant et priez. Prenez vos dispositions et réapprovisionnez-vous ! Cette terre souillée doit être purifiée et cela prendra le temps que ça doit prendre. Le temps n’appartient qu’à Dieu seul. Munissez-vous de rameau et de cors, prêt à accueillir le Seigneur dans la joie et l’allégresse car quand l’Eternel et son armée en auront fini avec les impies, le pays sera enfin libéré. »
 
 
Chers frère et sœur Eburnéens, la bataille d ‘Armageddon longtemps annoncée par les écritures aura bel et bien lieu sur cette terre qui a trop souffert des fantaisies des mystiques et autres. Bien-aimé, l’heure de ta délivrance est arrivée mais sache une chose : l’Ange exterminateur du Dieu Tout-Puissant fera son œuvre et rien ne sera épargné. Convertis-toi, range ta vie, tourne toi vers celui qui te donne le souffle de vie car ceux qui n’auront pas cru périront. Tous les soi-disant prophètes, charlatans et autre vendeurs d’illusions paieront pour avoir séduit le peuple de Dieu. Même les hautes autorités religieuses ne seront pas épargnées pour n’avoir pas fait l’œuvre du Seigneur. Ceci n’est pas une prophétie, c’est l’HOMME DE DIEU, le vrai, qui vous parle. Nous serons sans pitié pour quiconque n’a pas respecté les lois du Seigneur et ne s’est pas repenti. L’Armée de Dieu est là, et nous les Guerriers de l’O.D.E. serons la manifestation de sa puissance. Bien-aimé, regardez et vous verrez la rétribution des méchants !
 
 
Que ceux qui ont des oreilles entendent. Que ceux qui ont le discernement discernent.
 
 
A Dieu la Puissance et la Gloire ! Au nom du Dieu des Armées j’ai parlé. Ainsi soit-il !
 
 
HOMO DEUS (L’homme de Dieu)
123456

Influençons le monde |
mbaar |
GFS Transport |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tribulations d'un bloggeur
| beautyworld
| David FOKA (ACMR)